1. Maxime Lledo, 19 ans, et déjà une "Grande Gueule" sur RMC
Portrait

Maxime Lledo, 19 ans, et déjà une "Grande Gueule" sur RMC

Envoyer cet article à un ami
Maxime Lledo, 19 ans, a remporté le concours qui lui permet d'être propulsé "Grande Gueule" aux côtés d'Alain Marschall et Olivier Truchot sur RMC. // © RMC
Maxime Lledo, 19 ans, a remporté le concours qui lui permet d'être propulsé "Grande Gueule" aux côtés d'Alain Marschall et Olivier Truchot sur RMC. // © RMC

IL VA FAIRE LA UNE. Il est le petit nouveau de l’émission de la radio RMC "Les Grandes Gueules", grâce à un casting réalisé en partenariat avec l'Etudiant. Maxime Lledo, 19 ans, s’écharpe gentiment au micro pour défendre ses idées et les intérêts des étudiants.

"Voici le benjamin des Grandes Gueules, voici Maxime Lledo !" Il faut le voir (en replay, par exemple) faire son entrée sur le plateau du "Quotidien", l’émission de la chaîne TMC présentée par le journaliste Yann Barthès, avec sa décontraction naturelle et son sourire "bright" ! Le 18 octobre 2017, il ne s’est pas laissé intimider par les questions décalées, le public hilare, les caméras et le million et demi de téléspectateurs. Une vraie grande gueule ne se démonte pas, quelle que soit la situation. C’est même à cela qu’on les reconnaît.

À seulement 19 ans, Maxime Lledo est le nouveau chroniqueur des "Grandes Gueules", le talk-show de la radio RMC animé par les journalistes Olivier Truchot et Alain Marschall. Il a été choisi parmi 250 candidats.

Une fois par semaine, l’étudiant en première année d’histoire, encore incognito dans sa fac, saute dans le TGV Angers-Paris de 5 h 40 pour s’écharper avec passion et en direct avec d’autres personnalités de la société civile. Maxime est passé des débats en famille et entre potes aux chamailleries écoutées pendant trois longues heures par près de deux millions d’auditeurs.

Le TGV, puis trois longues heures de direct

La revue de presse dans le TGV, la petite montée de stress au moment de passer au maquillage (l’émission est diffusée sur la chaîne Numéro 23), la prise d’antenne, les caméras et les micros braqués… Tout cela, il adore. "Je m’éclate comme un petit fou pendant trois heures, s’enthousiasme-t-il. Avant d’ajouter, plus sérieux : "L’émission de me donne surtout l’opportunité de montrer ce que les étudiants ont dans le ventre et dans la tête". À 19 ans, on est légitime pour débattre avec des avocats et des journalistes". Parmi ses faits d’arme, citons notamment un réquisitoire contre le "niveau des élèves trop bas" au bac.

Catégorie : "bavard-bon élève"

Maxime se classe dans la catégorie des "bavards" et des "bons élèves, sans plus". Titulaire d’un bac L mention bien, il a fait une année de droit (non validée, l'élection présidentielle l’a happé) avant de se réorienter en histoire. "En revanche, je n’ai jamais eu moins de 16/20 à un oral. Les exposés et les présentations : c’est vraiment mon truc", ajoute-t-il.

Lire aussi : Journalisme : quelles études après le bac ?

Avant de pousser des gueulantes sur RMC, Maxime et trois de ses potes animaient une Webradio "pour faire entendre la voix des étudiants". Les quatre compères se réunissaient tous les vendredis soirs, autour de quelques bières et de deux ou trois sujets d’actualité : l’affaire Fillon, l’élection de Trump, etc. Chez lui, la radio est une passion et même une obsession. Il lui arrive de se lever très tôt pour regarder les matinaliers, qu’il cite avec gourmandise : Yves Calvi, Patrick Cohen, Nicolas Demorand…

Faut-il en déduire qu’il se rêve en journaliste ? "Franchement, j’en sais rien. L’objectif, pour le moment, c’est de décrocher ma licence d’histoire", répond-il. On peut avoir un avis sur tout et complètement sécher sur son orientation.