1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Vidéo : pour ou contre la sélection à la fac en licence ?
Décryptage

Vidéo : pour ou contre la sélection à la fac en licence ?

Envoyer cet article à un ami
Débat sur la sélection à l'université entre William Martinet et Gilles Roussel // © Sylvie Lecherbonnier
Débat sur la sélection à l'université entre William Martinet et Gilles Roussel // © Sylvie Lecherbonnier

Faut-il sélectionner à l'université ? La question oppose présidents d'université et étudiants. Si Gilles Roussel, président de Paris-Est Marne-la-Vallée, défend la mise en place de pré-requis à l'entrée de la licence, William Martinet, à la tête du syndicat UNEF, prône le maintien d'une université ouverte. Extrait du débat.

Gilles Roussel, président de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée et président de la commission formation de la CPU (Conférence des présidents d'université) : "Nous ne sommes pas pour la sélection à l’université. Nous défendons en revanche la nécessité de pouvoir demander un certain nombre de pré-requis à l’entrée de la licence générale, car celle-ci n’est pas le bon outil pour faire réussir tous les étudiants. Il ne s’agit pas de regarder le niveau scolaire d’un bachelier, ses notes ou un dossier de candidature, mais de fixer des pré-requis de base. Par exemple, avoir fait de l’anglais durant son lycée pour entrer en licence d’anglais. C’est la même chose qu’au lycée : un élève de première ES ne dispose pas d’un accès automatique en terminale S."

William Martinet, président de l'UNEF (Union nationale des étudiants de France) : "Il y a des mots très chargés symboliquement, dont ‘sélection’ fait partie. Je comprends bien votre volonté de mettre ce mot de côté, mais on en arrive toujours au même point : des enseignants-chercheurs qui pourront décider si un bachelier peut, ou non, entrer à l’université. C’est donc la sélection que vous défendez, ce sur quoi nous sommes en total désaccord."

La CPU vise en réalité les bacheliers professionnels et technologiques qui n’auraient pas leur place en licence. Si la responsabilité doit être collective, c’est-à-dire partagée par tous les établissements publics (BTS et DUT compris), pour la réussite de ces bacheliers, la première étape est que l’université n'abandonne surtout pas sa responsabilité, comme le propose la CPU. Au contraire.

Lire la suite du débat sur EducPros.fr : Université : pour ou contre la sélection en licence


Pour aller plus loin : Sélection illégale à l'université : l’Unef (re)jette le pavé dans la mare / Sélection à l’université : 33 universités épinglées par l’UNEF