1. Un bug informatique cloue au sol des étudiants d'outre-mer
En bref

Un bug informatique cloue au sol des étudiants d'outre-mer

Envoyer cet article à un ami
Suite au bug, près d'un millier d'étudiants ultramarins ne peuvent prendre l'avion pour venir étudier en métropole. // © ilfede – Thinkstock
Suite au bug, près d'un millier d'étudiants ultramarins ne peuvent prendre l'avion pour venir étudier en métropole. // © ilfede – Thinkstock

Une panne informatique prive de billets d'avion plusieurs centaines d'étudiants originaires d'outre-mer, qui devaient se rendre en métropole pour rejoindre leur établissement d'enseignement supérieur. Explications.

Si vous êtes originaire de la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion ou d'autres territoires ultramarins, et que vous devez rejoindre une université ou une école en métropole, vous connaissez peut-être des difficultés à bénéficier d'une aide de l'État finançant votre billet d'avion.

Que se passe-t-il ? Début septembre 2016, un bug informatique a entraîné des retards dans le paiement des billets pris en charge par Ladom (Agence de l'outre-mer pour la mobilité) dans le cadre du PME (passeport mobilité études). Près d'un millier d'étudiants sont concernés par le problème sur les quelque 18.000 qui bénéficient du PME chaque année.

Une aide mise en place

Ericka Bareigts, la nouvelle ministre des Outre-mer, a mis en place une cellule de soutien pour ces étudiants. De son côté, Ladom invite ceux qui connaîtraient des problèmes de billets d'avion ou des difficultés d'inscription universitaire suite à une arrivée tardive à se connecter sur son site pour signaler leurs difficultés et obtenir des réponses à leurs questions.

Le passeport mobilité études, qu'est-ce que c'est ?

Ce dispositif permet de financer un billet aller-retour par année universitaire pour les étudiants de moins de 26 ans originaires d'outre-mer (les DOM, Saint-Martin et Saint-Barthélémy) qui suivent, en métropole, en outre-mer, voire dans certains pays de l'Union européenne, des études supérieures inexistantes ou saturées dans leur département d'origine. Le billet est pris en charge à 100 % pour les boursiers et à 50 % sous conditions de ressources.