NRSud, une école post-3e pour intégrer le secteur de l’énergie solaire

Par L'Etudiant Fab, publié le 25 Février 2022
7 min

L’école de production des énergies du Sud, NRSud pour les intimes, ouvre ses portes en sep-tembre prochain, à Marseille. Une nouvelle école, accessible après la 3e, qui entend former au métier de photovoltaïcien via un CAP et un bac pro. La voie royale vers le secteur (très) por-teur de l’énergie solaire.

Marseille, ville neutre pour le climat à l’horizon 2030 ? C’est en tout cas l’objectif que s’est fixé la cité phocéenne. Et c’est dans ce contexte qu’un grand campus écologique et du numérique sort progressivement de terre, dans le quartier des Crottes. Au cœur de ce futur complexe, on trouve NRSud, l’école de production des énergies du Sud, qui s’apprête à recevoir ses premiers élèves à la rentrée prochaine.

Mais qu’est-ce qu’une école de production ? Il s’agit en fait d’une école privée technique hors contrat, offrant un apprentissage gratuit (ou presque) à des élèves de 15 à 18 ans qui ne trouvent pas forcément leur place dans le système scolaire traditionnel. Objectif : apprendre un métier d’avenir pour se faire rapidement une place sur le marché du travail.

En l’occurrence, NRSud propose un CAP et un bac pro pour former au métier de photovoltaïcien. Il faut dire que cette école de production est dédiée aux énergies propres et en particulier à l’énergie solaire, un secteur en plein boom.

L’énergie solaire, un secteur d’avenir

100 % des futurs diplômés de NRSud sont certains d’être embauchés dans le secteur de l’énergie solaire à l’issue de leur formation, avec un bon niveau de rémunération à la clé. Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que la nouvelle école de production a d’ores et déjà reçu plus de promesses d’embauche qu’elle ne comptera d’élèves. Des promesses qui émanent de ses nombreux partenaires. L’école a en effet été créée sur une initiative commune de plusieurs entreprises du secteur (TotalEnergies, Engie, Tenergie, DualSun, Sys e.n.r., BAO) et est soutenue par les syndicats professionnels, l’État et la Banque des territoires.

Cette offre pléthorique ne doit rien au hasard. Et pour cause, l’énergie solaire est la clé de voûte de la stratégie énergétique française pour les décennies à venir. C’est par le solaire que passera la transition énergétique. Par exemple, de nouvelles obligations légales apparaissent peu à peu en matière d’équipement en panneaux solaires des toitures de bâtiments neufs. D’ici 2030, entre 34 000 et 66 000 postes vont être ouverts dans le domaine des énergies renouvelables électriques, dont 7 000 Équivalents Temps Plein dans la filière solaire.

Un CAP et un bac pro pour devenir photovoltaïcien

NRSud propose un CAP en un, deux ou trois ans, qui prépare au métier d’électricien des énergies renouvelables – c’est le premier niveau d’emploi du photovoltaïcien. Ce métier regroupe diverses compétences transversales et différentes professions tels qu’électricien, couvreur et plombier. Cependant, le maniement de panneaux solaires repose en premier lieu sur des compétences techniques en électricité.

Après le CAP, deux options s’offrent au diplômé : intégrer le marché du travail ou poursuivre sur le bac pro Maintenance et Efficacité Énergétique (MEE), qui sera prochainement proposé par l’école. Ce bac pro prépare au métier de technicien des énergies renouvelables, soit le deuxième niveau d’emploi du photovoltaïcien. Le technicien en énergies renouvelables pose, répare et entretient les panneaux solaires photovoltaïques (production d’électricité) ou thermiques (eau chaude, chauffage), ainsi que les pompes à chaleur et climatisations. Son expertise est également sollicitée en matière de mobilité (véhicules électriques…).

À noter également qu’un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Technicien d’Installation et de Maintenance des Énergies Renouvelables, très reconnu par le secteur, sera proposé en première année du bac pro. Il permet d’acquérir des compétences supplémentaires comme le positionnement des capteurs solaires sur la toiture, l’étanchéité autour des capteurs, le raccordement des réseaux hydrauliques et électriques, etc.

Une pédagogie unique

L’école de production est une troisième voie d’orientation, à mi-chemin entre les lycées professionnels et les CFA. Il s’agit en fait d’une école-entreprise. Les élèves apprennent en produisant, mais sans devoir alterner entre école et entreprise. L’élève-apprenti reste au sein de l’établissement pour la formation pratique et théorique. C’est un apprentissage intégré. La méthode des écoles de production est éprouvée, avec plus de 90 % de réussite aux examens du CAP et du bac pro.

Au sein de NRSud, les élèves s’exercent à 100 % sur de vraies commandes, de vrais chantiers pour de vrais clients. Ils travaillent pour beaucoup d’entreprises en parallèle. L’école agit en effet en sous-traitance pour ses partenaires. Parmi les chantiers possibles : solariser le grand port maritime de Marseille, la base nautique des Jeux olympiques de 2024 ou les écoles de la ville, installer des panneaux solaires chez les particuliers, effectuer des chantiers tertiaires et de raccordement auprès d’Enedis, etc.

Trente-cinq heures de cours sont dispensées chaque semaine (un tiers de théorie et deux tiers de pratique). Les élèves sont regroupés dans de petites classes (14 élèves maximum) et bénéficient d’un taux d’encadrement hors du commun : deux maîtres professionnels pour 14 élèves, un maître référent pour la fabrication en atelier et un autre maître référent pour les chantiers.

Enfin, NRSud offre un accompagnement au permis de conduire et toutes les certifications et habilitations nécessaires au secteur : habilitation électrique, travail en hauteur, QualiPV, QualiSol, QualiPac, permis CACES. L’idée est vraiment de redonner envie et passion, voire d’accompagner vers l’entrepreneuriat.

Pour en savoir plus l’école, rendez-vous sur www.nrsud.fr et participez aux portes ouvertes, organisées chaque mercredi à partir du 2 mars (informations et inscription sur contact@nrsud.fr). Enfin, ne manquez pas la conférence « Orientation post-3e » sur les diplômes et métiers du secteur des énergies renouvelables, au salon de l’apprentissage organisé par l’Etudiant au parc Chanot, le 19 mars, à 12h.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !