1. Le cœur des jeunes diplômés bat pour les PME, mais leur raison préfère la grande entreprise
Décryptage

Le cœur des jeunes diplômés bat pour les PME, mais leur raison préfère la grande entreprise

Envoyer cet article à un ami
Si les jeunes diplômés sont attirés par les start-up et les PME, au moment de choisir leur premier job, ils préfèrent la sécurité de la grande entreprise. // © Etienne Gless
Si les jeunes diplômés sont attirés par les start-up et les PME, au moment de choisir leur premier job, ils préfèrent la sécurité de la grande entreprise. // © Etienne Gless

Les jeunes diplômés estiment que les PME offrent un cadre de travail plus humain, mais préfèrent la sécurité des grandes entreprises, selon une enquête de l'APEC publiée mardi 18 octobre 2016. Mention spéciale aux start-up qui suscitent l'enthousiasme.

"La start-up est le lieu de tous les fantasmes", relève l'étude de l'APEC sur l'attractivité de l'emploi dans les PME publiée le 18 octobre 2016. L'Association pour l'emploi des cadres souligne ainsi l'engouement des jeunes pour ce modèle économique d'entreprise très récente, reposant sur une idée forte et un savoir-faire pointu.

Les jeunes diplômés prêtent à la start-up une image plus dynamique et une qualité de vie meilleure que dans d'autres types d'entreprises. Des références de géants de l'internet plein la tête, ils imaginent ses dirigeants jeunes comme eux, partageant les mêmes centres d'intérêt et sensibles à leur bien-être.

PME : un cadre de travail plus humain

Hiérarchie moins pesante, missions plus intéressantes, dirigeants plus accessibles… Les PME conservent plus globalement un avantage sur les grandes entreprises. Perçues comme animées d'un projet fort ou porteuses d'une histoire, d'une expertise ou d'une créativité spécifique, elles offrent un cadre stimulant pour débuter sa carrière.

Surtout, pour les étudiants et diplômés interrogés, les PME apparaîssent comme des entreprises plus humaines. "Cette dimension humaine est un élément clé de valorisation des PME : les jeunes en font un critère très important qui compense une bonne part des limitations propres à ces entreprises", relève l'étude de l'APEC.

Mais force est de constater que la PME, qu'elle soit familiale, innovante ou jeune start-up en démarrage, ne peut rivaliser avec la grande entreprise pour ce qui est d'offrir de l'évolution professionnelle, de la stabilité de l'emploi et surtout un fort niveau de rémunération.

Grande entreprise : un choix sans passion

À l'heure du choix, les grandes entreprises attirent toujours les jeunes diplômés pour des motifs concrets et rationnels : la rémunération, la stabilité et la sécurité. Un choix sans grand enthousiasme motivé par la perception que ce type de structure est pérenne, son organisation claire et formalisée, sa grille de salaire connue, ses avantages sociaux supérieurs, etc.

Les grandes entreprises offrent aussi l'avantage de garantir une évolution de poste et de salaire, avec un plan de formation… Des éléments qui permettent de se projeter dans une carrière à moyen terme. Sans oublier leur notoriété qui rejaillit sur celles et ceux qui travaillent pour elle : "Un nom connu permet de se situer et d'être situé plus facilement dans le monde professionnel et auprès des proches", relève l'étude.

Mais ces grandes entreprises suscitent aussi des réserves chez les jeunes : leur culte exclusif du profit, leur priorité donnée à la valeur boursière sur le cœur du métier,  leurs politiques de délocalisations ou d'optimisation fiscale et leur lobbying déçoivent les jeunes diplômés ayant déjà travaillé dans de grosses sociétés. La grande entreprise offre un cadre rassurant mais moins d'épanouissement personnel.