1. Job étudiant : 8 commandements à suivre pour concilier boulot et études
Boîte à outils

Job étudiant : 8 commandements à suivre pour concilier boulot et études

Envoyer cet article à un ami
Faire du baby-sitting régulier ou occasionnel : un job qui peut bien s'adapter aux études. // © plainpicture/Blend Images/Jon Feingersh
Faire du baby-sitting régulier ou occasionnel : un job qui peut bien s'adapter aux études. // © plainpicture/Blend Images/Jon Feingersh

Prendre un job, c'est bien. Mais sacrifier ses études, c'est non ! Avant de vous précipiter sur la première offre d'emploi venue, suivez nos 8 conseils. L'Etudiant a recueilli les recommandations de Brigitte Bleyer, spécialiste de l'emploi étudiant, pour que votre job ne perturbe pas vos études.

1. Tu éviteras de prendre un job en première année

Si vous le pouvez, "en première année, prenez le temps de vous familiariser avec votre nouvel environnement, ses exigences, ses nouvelles méthodes de travail, conseille Brigitte Bleyer, spécialiste de l'emploi étudiant à Pôle emploi. Vous devez passer l'essentiel de votre temps à l'université ou dans votre école. Chaque année, lors des forums jobs que j'organise, je rencontre des étudiants qui entament une deuxième première année de fac et cherchent un emploi à mi-temps. C'est ce qui les a empêchés de réussir l'année précédente".

2. Tu ne sacrifieras pas un cours pour un emploi

"Consultez d'abord votre planning d'études avant d'accepter la première offre d'emploi qui se présente, conseille Brigitte Bleyer. Partez des disponibilités horaires qui vous restent et ne sacrifiez pas un cours pour un emploi."

Priorité doit être donnée à la réussite de votre diplôme ! En première ou deuxième année, la conseillère Pôle emploi recommande donc de ne consacrer idéalement qu'une journée par semaine à un job, le week-end, ou de ne travailler que durant les vacances scolaires.

Lire aussi : Jobs étudiants, les bons plans de la rentrée 2018

De même, en vous coupant de la vie associative et des relations sociales sur le campus, vous hypothéquez vos chances de succès aux examens. Ne les sacrifiez pas.

3. Tu privilégieras un job en relation avec tes compétences

"Si vous êtes doué en langues étrangères, si vous avez des compétences en bureautique ou dans le digital, mettez-le en avant et cherchez des offres dans ces domaines", conseille Brigitte Bleyer. Si vous êtes bon en maths, en sciences ou en français, par exemple, les cours de soutien scolaire à des élèves, collégiens et lycéens, fournissent une excellente piste de recherche de jobs. Et vous serez mieux payé que le SMIC (9,88 € brut de l'heure en 2018).

4. Tu feras attention au volume horaire de travail

Année après année, les enquêtes de l'OVE (Observatoire de la vie étudiante) le prouvent : un job sans rapport avec vos études exercé 15 heures par semaine a une influence négative sur la réussite de vos études. Le danger qui vous guette : l'échec aux examens. Attention à ne pas vous installer dans le statut de "salarié étudiant" : c'est une situation où votre travail l'emporte dans votre tête pendant votre journée d'études. Vous risquez alors de redoubler ou pire d'abandonner votre formation.

Lire aussi : Jobs étudiants, découvrez nos 80.000 offres de postes

En revanche, si vous suivez une formation en alternance ou effectuez un stage en entreprise dans le cadre de votre formation, la situation est bien différente car vous entrez alors dans un cercle vertueux.

5. Tu prendras garde aux temps de transport

"Pas plus d'une heure de trajet par jour", rappelle Brigitte Bleyer. Au-delà, vous passez trop de temps dans les transports et vous risquez de vous épuiser. L'idéal est de trouver un job directement sur votre lieu d'études (moniteur informatique, surveillant à la bibliothèque universitaire…), mais les places sont rares. Sinon, cherchez un emploi pas trop éloigné de la fac ou de votre logement.

6. Tu choisiras un job qui ne soit pas trop épuisant, ni physiquement, ni mentalement

Au-delà du volume d'heures de travail, certains jobs sont physiquement éreintants ou épuisants mentalement parce qu'ils demandent une disponibilité de tous les instants. Exemples : travailler dans un restaurant ou un fast food aux heures de rush ou rouler à vélo sous la pluie le soir en hiver pour effectuer une livraison.

Faites vous préciser la nature des tâches à accomplir et expérimenter leur pénibilité. Sachez dire non et trouvez mieux : ce ne sont pas les offres qui manquent !

7. Tu banniras le travail de nuit

Vous trouverez de nombreuses offres de veilleur de nuit et de réceptionniste émanant d’hôtels. De même, les bars, les restaurants et les discothèques sont toujours à la recherche d'extras. Or, en exerçant ces emplois, difficile d'être frais et dispo en cours le lendemain matin ! Là encore, refusez une offre d'emploi si vous ne vous sentez pas capable de suivre le rythme.

8. Tu éviteras les jobs non déclarés

Un employeur qui ne vous déclare pas est dans l'illégalité. Refusez les paiements de la main à la main proposés par des particuliers pour un cours, un petit service… Si vous n'êtes pas déclaré, en cas d'accident de travail, vous n'êtes pas assuré donc pas couvert pour prétendre à des indemnités. De plus, vous n'avez pas droit au chômage. Enfin, même si cela vous paraît loin, votre travail ne comptera pas dans le calcul de votre future retraite.

Le statut d'étudiant salarié pour bénéficier d'horaires adaptés

Vous envisagez de travailler un minimum de 10 à 15 heures par semaine ? Vous pouvez demander à votre université ou votre école le statut d'étudiant salarié. Vous pourrez ainsi bénéficier d’aménagements : dispense d’assiduité à certains TD, emploi du temps adapté, contrôle terminal au lieu du contrôle continu…
Conditions à remplir : votre emploi doit débuter avant le 1er octobre de l’année d’inscription et couvrir l’année universitaire jusqu’au 30 septembre suivant.

Soignez votre candidature comme un pro !

"La recherche d'un job étudiant obéit aux mêmes règles que la recherche d'un emploi à longs termes", rappelle Brigitte Bleyer. Rédigez votre CV en cohérence avec l'offre d'emploi qui vous intéresse, en vous présentant sous un jour favorable. Mentionnez la formation que vous êtes en train de suivre et vos éventuels premières expériences professionnelles (job d'été) ou engagements associatifs. Le plus souvent, vous pouvez candidater par mail. C'est l'occasion de vous créer une adresse mail sobre et uniquement dédiée à votre recherche d'emploi. Quand vous êtes convoqué pour un entretien, soyez ponctuel au rendez-vous et faites un effort vestimentaire pour faire bonne impression auprès du recruteur.