1. Lycée
  2. Ne dites plus "ça dénote !" à la place de "ça détonne !"
Boîte à outils

Ne dites plus "ça dénote !" à la place de "ça détonne !"

Envoyer cet article à un ami
Le verbe détonner désigne quelque chose qui n’est pas en harmonie avec un ensemble. // © Adobe Stock/fotomek
Le verbe détonner désigne quelque chose qui n’est pas en harmonie avec un ensemble. // © Adobe Stock/fotomek

Quand on veut dire que quelqu’un ou quelque chose "sort du ton", on emploie, à tort, le verbe dénoter, qui signifie tout autre chose. C’est détonner qui signifie "sortir du ton", et attention, il prend deux "n" ! Sinon, il devient détoner, qui signifie "exploser"... Pas de panique, on vous explique tout !

Dénoter : montrer quelque chose

Le verbe dénoter, qui est de la même famille que le nom note a pour définition : "indiquer, désigner par quelque caractéristique". Il équivaut à des verbes comme annoncer, marquer, montrer, refléter, révéler… Exemple : Son attitude dénote un certain courage / Son attitude montre un certain courage.

Dénoter est un verbe transitif, c’est-à-dire qu’il se construit toujours avec un complément. Par conséquent, dire que quelqu’un ou quelque chose "dénote" est incorrect du point de vue du sens, mais aussi de la grammaire !

Lire aussi : Doit-on parler d’une "mise à jour" ou d’une "mise au jour" ?

Détonner : sortir du ton

Avec deux "n", le verbe détonner est composé du préfixe privatif dé- et du latin tonus, "son d’un instrument". D’abord terme de musique, il qualifie au figuré quelque chose qui n’est pas en harmonie avec un ensemble.

Enfin, on se gardera de confondre détonner avec détoner, qui vient du verbe latin tonare (éclater). Littéralement, détoner revient à exploser avec un bruit violent rappelant celui du tonnerre.

Bien qu’ils soient issus du latin tonare, les verbes tonner et étonner prennent deux "n" ! Littéralement, "être étonné", c’est être frappé par la foudre, et donc au figuré, frappé de stupeur. Avec le temps, le sens s’est adouci : "étonné" est devenu synonyme de "surpris".

Un billet de Sandrine Campese, auteure pour le blog du Projet Voltaire, et formatrice en orthographe. Pour ne plus faire de fautes, entraînez-vous avec le Projet Voltaire, n°1 de la formation en orthographe avec plus de 5 millions d’utilisateurs (écoles, entreprises, particuliers).