Repaire ou repère : comment ne plus les confondre ?

Par Sandrine Campese du Projet Voltaire, publié le 22 Mars 2021
2 min

Deux lettres de différence et le sens se trouve complètement changé ! Voilà le destin des homophones repaire et repère, qui ne formaient qu’un seul mot à l’origine. Pour ne plus être tenté(e) d’écrire l’un pour l’autre, voici quelques points de repère !

Repaire : un très vieux nom, de la même famille que "père"

Le nom "repaire" est un nom très ancien, lui-même issu du vieux verbe repairer. Dans le langage de la chasse (vénerie), il signifie "être au gîte, au repaire". Voilà pourquoi le nom repaire désigne le lieu qui sert de refuge à une bête sauvage et, au sens large, qui sert d’abri, de lieu de réunion à des individus dangereux.

Néanmoins, le nom repaire est de la même famille que "père". Eh oui ! Toujours par l’intermédiaire de repairer, qui, étymologiquement, désigne le "retour à la patrie" (d’où le "a"), le retour au pays, quoi ! Or, père se dit pater en latin. Mais non, pas de quoi perdre ses repères !

Lire aussi

Repère : une origine commune, mais un autre sens et une autre orthographe

Nous l’avons dit, "repère" procède de "repaire" : il est même apparu bien après. Il s’écrivait d’ailleurs "repaire" au XVIe siècle ! De l’idée de "retour à un point de départ", on n’a conservé que le point (de repère !).

C’est ainsi qu’est né "repère", l’orthographe le distinguant de "repaire". Naturellement, il est lui aussi de la même famille que "père" (et c’est bien plus visible).

Le repère, c’est la marque qui sert à retrouver un emplacement, tout ce qui permet de reconnaître, de retrouver une chose dans un ensemble.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road