1. Paramédical : infirmier spécialisé, vers l'infirmier et au-delà
Boîte à outils

Paramédical : infirmier spécialisé, vers l'infirmier et au-delà

Envoyer cet article à un ami
L'infirmier de bloc opératoire suit une formation de 18 mois pour se spécialiser. // © Ian HANNING/REA
L'infirmier de bloc opératoire suit une formation de 18 mois pour se spécialiser. // © Ian HANNING/REA

Des infirmiers spécialisés, on en manque en France. Quatre voies s'offrent à vous si vous souhaitez aller au-delà de la formation en trois ans : les spécialisations d'infirmier en bloc opératoire, d'infirmier anesthésiste, de puériculteur ou d'infirmier en pratique avancée.

Une fois diplômé d’un IFSI (institut de formation en soins infirmiers), à l’issue de trois années d’études, les infirmiers peuvent opter pour une spécialisation. Celle-ci les mènera vers l'un de ces quatre métiers paramédicaux : infirmier en bloc opératoire, infirmier anesthésiste, puériculteur ou bien infirmier en pratique avancée.

Sur les 600.000 infirmiers en France, 22.500 sont des infirmiers spécialisés. "Ce n’est pas assez, déplore Bilal Latreche, le président de la FNESI (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers). Les besoins sur le terrain ne sont pas comblés. On manque d’infirmiers spécialisés dans les blocs opératoires et d’infirmiers anesthésistes. Ces spécialités restent trop peu connues des étudiants."

Lire aussi : Parcoursup, acte 2 : le diplôme d'infirmier, la licence de droit et la PACES plébiscités

L’organisation étudiante déplore qu’une expérience professionnelle de un à deux ans soit exigée pour devenir infirmier spécialisé. "Cela revient à renier les compétences et les connaissances acquises pour le diplôme, reprend Bilal Latreche. De plus, cela oblige la plupart des étudiants à sortir du cycle de la formation initiale et à devoir trouver de quoi se financer. Ce qui en décourage plus d’un."

En quoi consiste chacune de ces professions de santé ? Quelles sont leurs responsabilités et leurs salaires ? L'Etudiant vous les présente.

Quatre métiers au microscope

L'infirmier de bloc opératoire doit suivre une spécialisation de 18 mois. Sa mission : assister le chirurgien en pratiquant trois actes : écarter, aspirer le sang ou autres liquides organiques, électrocoaguler pour cicatriser. Les infirmiers de bloc opératoire gagnent entre 1.940 € et 2.877 € bruts par mois.

L'infirmier anesthésiste suit une formation de deux ans sanctionnée par un master. Il est habilité, sous le contrôle d’un médecin anesthésiste, à pratiquer des actes comme l’anesthésie générale, l’anesthésie loco-régionale (très ciblée) ou une réanimation post-opératoire. Le salaire mensuel moyen brut se situe entre 1.866,01 € et 2.972,65 €.

L'infirmier puériculteur suit une formation d’un an. Il peut travailler au sein des services pédiatrie des hôpitaux ou bien devenir directeur de crèche. Les salaires tournent entre 1.540 € bruts par mois en début de carrière et 2.560 € en fin de carrière.

L'infirmier en pratique avancée : un nouveau métier, entre infirmier et médecin. Il a été créé par deux décrets publiés au Journal officiel en juillet 2017. Avec ses compétences étendues, ce professionnel de santé peut effectuer des actes techniques jusqu’alors réservés aux médecins, comme faire des prélèvements de sang par ponction artérielle. Ses deux années de spécialisation sont sanctionnées par un master. Les étudiants ont le choix entre quatre mentions : pathologies chroniques stabilisées ; oncologie et hémato-oncologie ; maladie rénale chronique, dialyse, transplantation rénale ; santé mentale, psychiatrie. Le ministère des Solidarités et de la Santé devrait établir une grille de rémunération prochainement.