1. Arts du spectacle : les formations à suivre avant de monter sur les planches
Décryptage

Arts du spectacle : les formations à suivre avant de monter sur les planches

Envoyer cet article à un ami
Danse, cirque théâtre… la maîtrise de ces arts exige travail et persévérance.
Danse, cirque théâtre… la maîtrise de ces arts exige travail et persévérance.

Dans le spectacle, les conditions de travail sont dures et les places rares. Talent, passion et patience sont des qualités à développer… en passant par une école.

Vous rêvez d'arpenter les planches d'un théâtre ? Alors sachez que le ministère de la Culture comptabilise plus d'une trentaine d'établissements d'enseignement supérieur du spectacle vivant délivrant des diplômes de musique, danse, théâtre, arts du cirque. L'admission se fait sur concours mais il est possible d'y entrer par une validation des acquis de l'expérience. Il existe également des classes préparatoires, comme à l'école de la Comédie de Saint-Étienne (42) pour les arts dramatiques.

Pour les comédiens, le concours du CNSAD

Si vous souhaitez devenir comédien, ne ratez pas les journées de juin du CNSAD (Conservatoire national supérieur d’art dramatique) à Paris. Cet établissement public est renommé. Vous pourrez voir les élèves sur scène, discuter avec eux ou leurs professeurs et peut-être glaner des conseils pour le concours.

Mais pour vous y présenter, vous devez avoir suivi une formation théâtrale intensive d'au moins une année dans un conservatoire à rayonnement régional, départemental, communal ou intercommunal ou dans un cours d'art dramatique privé. Bon à savoir : certains conservatoires se sont associés à des universités pour diplômer leurs élèves à bac+3.

Costumier, danseur, acrobate, humoriste…

Le ministère de la Culture a signé avec dix écoles de théâtre une plate-forme pour la formation du comédien qui offre certaines garanties. Outre le CNSAD, deux autres établissements publics font partie des signataires : l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg (67) et l’ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre), à Lyon (69). La première accueille 45 élèves, répartis sur deux promotions. Elle forme des comédiens, des régisseurs et des scénographes, des metteurs en scène, des dramaturges. La seconde est placée sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale et propose aussi des formations pour devenir réalisateur lumière, réalisateur son ou administrateur du spectacle vivant.

Autres écoles signataires : l'ESTBA (École supérieure de théâtre Bordeaux-Aquitaine) à Bordeaux (33), l'école du Théâtre national de Bretagne à Rennes (35), l'ESAD (École supérieure d'art dramatique) à Paris…

Pour la danse, le ministère de la Culture répertorie 13 établissements supérieurs, dont l’École de danse de l’Opéra de Paris et le CNSMD (Conservatoire national supérieur musique et danse) de Paris et Lyon, où les élèves suivent cinq ans d’études.

Pour le cirque, citons l’École nationale des arts du cirque à Rosny-sous-Bois (93), l’Académie Fratellini à Saint-Denis (93) ou le Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne (51), qui proposent un cursus en trois ou quatre ans menant au DNSP (diplôme national supérieur professionnel) d'artiste de cirque (niveau licence).

Et pour les férus de marionnettes, l'ESNAM (École nationale supérieure des arts de la marionnette), Institut international de la marionnette, à Charleville-Mézières (08), offre une formation gratuite en trois ans.

À l’université aussi

Plus d'une vingtaine d'universités proposent des licences en arts du spectacle avec des spécialités en danse et théâtre. Citons notamment la licence arts du spectacle, option cinéma, danse et théâtre à Strasbourg ou la licence d’études théâtrales à La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, qui dispense une formation théorique en arts du spectacle. Les étudiants peuvent bénéficier d’une bourse et la scolarité y est quasi gratuite.

Bien choisir son école d'art, par Céline Manceau

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Bien choisir son école d'art”,
par Céline Manceau.

Sommaire du dossier