"Je n'ai pas pris la spécialité maths ou physique-chimie" : comment rattraper le niveau en prépa ?

Par Clément Rocher, publié le 01 Septembre 2022
6 min

A la rentrée en prépa scientifique ou en école d'ingénieurs post-bac, le niveau en maths comme en physique est d'emblée très exigeant. Pour les étudiants qui ne suivaient pas la spécialité en terminale, des dispositifs existent pour leur éviter de prendre du retard dès le début de l'année.

Si le choix des mathématiques et de la physique-chimie en spécialités s'impose souvent comme une évidence aux lycéens qui souhaitent faire des études scientifiques, d'autres combinaisons permettent de rejoindre une prépa ou une école d'ingénieurs. Il est alors possible que, selon les spécialités scientifiques choisies en terminale, les étudiants aient besoin d'un accompagnement particulier en début d'année.

Depuis la réforme du lycée, les écoles d’ingénieurs ont par exemple dû adapter leur cycle de formation post-bac pour accueillir différents profils scientifiques à la sortie du bac. Elles accompagnent notamment les étudiants qui ont besoin d'une remise à niveau. Des dispositifs existent aussi en classes préparatoires scientifiques, mais ils vont demander plus d'autonomie.

Lire aussi

Homogénéiser les niveaux

A l’Université de technologie de Compiègne, les étudiants ont la possibilité de se composer un parcours sur mesure en choisissant les enseignements qu’ils veulent suivre. Un aménagement non négligeable : à la rentrée 2021, près d'un étudiant de première année sur trois n'avait pas suivi la doublette maths-physique-chimie.

"Nous avons fait un gros travail avec les équipes pédagogiques pour réorganiser la formation post-bac et permettre aux étudiants qui n'ont pas forcément fait la spécialité physique-chimie de se mettre à jour dans cette discipline, explique Etienne Arnoult, directeur à la formation et à la pédagogie de l'UTC. C’est aussi à eux de faire leur bon choix de cours pour renforcer des connaissances, même si au début on les oriente vers les bons enseignements."

Autre exemple d'aménagement à l'ECE, où les deux premières années de cycle préparatoire sont des années de remise à niveau et d'homogénéisation. "Les élèves ont des niveaux différents entre eux, même parmi ceux qui ont pris la doublette maths et physique-chimie. Nous faisons des petites classes de 35 à 40 élèves", développe François Stephan, directeur de l’école.

Lire aussi

Rattraper les maths avant la rentrée

L'école sélectionne même un petit nombre d’élèves ayant arrêté les maths en classe de terminale. Dans ce cas, l’école d’ingénieurs propose une remise à niveau avant la rentrée via une application en ligne pour s’exercer sur des notions de bases en maths. "Les mathématiques c’est le langage fondamental pour les études d’ingénieur", justifie le directeur.

L'UTC a elle aussi mis en place des cours de maths pour permettre aux élèves de rattraper le niveau et de suivre le cycle préparatoire dans les mêmes conditions que leurs camarades. Un an après la mise en place de ce dispositif, le directeur de la formation assure que le taux de réorientation n’a pas augmenté, preuve que les élèves tiennent le coup la première année. "Ceux qui n’ont pas fait de physique ou de maths au lycée ne sont pas plus pénalisés que les autres. Ils ont pris les cours qu’il faut au démarrage", confirme-t-il.

Une plus forte autonomie en prépa scientifique

Les profils sont moins variés en classes préparatoires PCSI ou MPSI : près de 95% des nouveaux étudiants suivaient les spés maths et physique-chimie en terminale. Pour les quelques étudiants qui ont fait d’autres choix, comme NSI (Numérique et sciences informatiques) ou SI (Sciences de l’ingénieur), des cours de rattrapages existent, mais ne sont pas systématiques.

Rattraper son retard en physique ou en maths leur demandera donc un important travail personnel. "Les professeurs vont en tenir compte mais c’est un vrai problème, confirme Denis Choimet, président de l'UPS. Il serait avisé de la part des élèves de se renseigner sur la discipline et de la travailler à l’aide de manuels. Cela ne remplacera évidemment pas un enseignement donné pendant l’année mais cela peut être une solution. Ce sera aux élèves de tenir compte des conseils et de poser des questions en cours."

Lire aussi

Des séances de tutorat par les étudiants

Les nouveaux intégrés peuvent également solliciter du tutorat par les étudiants en cas de difficulté dans une matière. A l'UTC, "ce sont les élèves plus âgés qui viennent les accompagner et les soutenir. Ce système marche plutôt bien. On voit que les étudiants avaient besoin de se retrouver après les périodes de confinement", intervient Etienne Arnoult.

Une association étudiante de l'ECE propose aussi du tutorat. "On leur recommande de se faire aider par leurs camarades d’une année supplémentaire. On les encourage à l'esprit d'équipe et à s'entraider", continue François Stephan.

L'entraide est également présente en classe prépa scientifique, même s'il ne s'agit pas à proprement parler de tutorat. "Il y a un vrai climat de solidarité entre les étudiants en prépa, confirme Denis Choimet. On les incite à travailler en petit groupe de manière à réfléchir ensemble."

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une prépa

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !