Quelles spécialités choisir au lycée pour entrer en école d'ingénieurs ?

Par Thibaut Cojean, publié le 05 Janvier 2022
6 min

INFOGRAPHIES. Quels sont les profils des néo-bacheliers admis en écoles d'ingénieurs en 2021 ? La très grande majorité ont passé un bac général. Parmi eux, tous (ou presque) ont fait des mathématiques jusqu'à la fin de la terminale.

Intégrer une école d'ingénieurs directement après le bac est presque impossible pour les élèves n'ayant pas suivi les mathématiques jusqu'à la fin de la terminale. Les recruteurs le recommandaient depuis la réforme du lycée, les données délivrées par la CDEFI (Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs), à l'occasion de la parution du classement 2022 des écoles d'ingénieurs de l'Etudiant, le confirment.

Lire aussi

Près de 95% des étudiants en écoles d'ingénieurs ont un bac général

La CDEFI a épluché les dossiers de 15.295 bacheliers admis dans 165 écoles d'ingénieurs françaises en 2021. Un premier constat édifiant saute aux yeux : 94,2% (14.404 étudiants) ont un bac général. Les bacheliers technologiques, qui disposent de places réservées dans certaines écoles, sont 4,5% à avoir été acceptés dans une classe préparatoire intégrée : 588 après un bac STI2D, 74 après un bac STL et 31 après un bac STAV. Les autres bacheliers (bac professionnel ou bac étranger) sont au nombre de 198.

Loading...

Loading…

Lire aussi

Maths + sciences : la combinaison gagnante pour rentrer en écoles d'ingénieurs

Pour étudier le profil plus précis des bacheliers généraux, la CDEFI a classé les spécialités de terminale en trois catégories : les mathématiques, les sciences (SVT, physique-chimie, NSI, SI) et les sciences humaines et sociales (SHS : HGGSP, SES, LLCER, etc.).

Là encore, une très grande majorité se dégage : 93,2% des admis avaient suivi une combinaison maths et sciences. Si l'on ajoute les 2,2% ayant suivi maths et SHS, ce sont plus de 19 bacheliers généraux admis en école d'ingénieurs sur 20 qui ont conservé la spécialité maths en terminale.

Cette prédominance ne surprend pas François Stephan, directeur de l'ECE, école d'ingénieurs généraliste basée à Paris, Lyon et Bordeaux. "Pour faire de l'informatique, des sciences de l'ingénieur ou de la mécanique, on a besoin de maths, explique-t-il. Elles sont un langage, une matière fondamentale pour maîtriser les sciences dures et pour réussir un cursus ingénieur."

Une combinaison 100% scientifique quasi obligatoire

Parmi les rares admis qui n'avaient pas suivi la spécialité maths, la plupart avaient tout de même conservé une combinaison 100% scientifique. Au total, seuls 48 bacheliers généraux admis en école d'ingénieurs, soit 0,35%, n'ont pas suivi de spécialité scientifique.

À noter que parmi l'ensemble des bacheliers généraux admis, 500 ont passé leur bac avant 2021, et ont intégré une école d'ingénieurs après une première année d'études ou une année de césure. Ils ne sont donc pas pris en compte dans la répartition des spécialités.

Loading...

Loading…

Lire aussi

L'option maths complémentaires ne suffit pas

Les recommandations émises par les écoles d'ingénieurs et les classes préparatoires scientifiques insistent également sur deux options : maths expertes (pour ceux qui suivent la spécialité en terminale) et maths complémentaires (pour ceux qui l'ont abandonnée). François Stephan assure que la première n'est "pas un prérequis", mais témoigne d'un bon niveau en mathématiques.

L'option maths complémentaires peut quant à elle suffire, "mais il faut avoir de très bonnes notes et un très bon dossier à côté". Là encore, les données confirment les recommandations : seuls 3% des admis ont suivi l'option maths complémentaires. À l'inverse, ils sont 43,9% à avoir suivi l'option maths expertes, donc à avoir eu 9 heures de cours de maths par semaine en terminale.

À l'autre bout du spectre, on observe que 1,7% de bacheliers généraux sont parvenus à entrer en école d'ingénieurs sans faire une heure de mathématiques en terminale. "Il n'y a pas que les maths dans les concours d'entrée", rappelle François Stephan.

Loading...

Loading…

Comment accueillir des élèves n'ayant pas suivi la spécialité maths en terminale ?

Ces statistiques concernent les bacheliers 2021, soit la toute première génération à passer le nouveau bac. Depuis, si la spécialité mathématiques reste le premier choix, elle attire déjà moins d'élèves.

Aussi, François Stephan se veut rassurant : "On anticipe le fait qu'il y aura des niveaux hétérogènes en mathématiques à l'avenir, et on se prépare à moduler le niveau des maths, pour éventuellement accueillir des élèves qui n'ont pas suivi la spécialité en terminale et amener tout le monde au même niveau pendant les deux premières années du cycle préparatoire au cursus d'ingénieurs."

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !