Dispositif Santé Psy Étudiant : les étudiantes et les étudiants souhaitent de plus en plus se faire accompagner psychologiquement

Par L'Etudiant Fab, publié le 26 Avril 2022
4 min

Selon une étude de la Fédération des association générale étudiantes (Fage) réalisée par Ipsos, 73% des jeunes déclarent avoir été affectés sur le plan psychologique, affectif ou physique à la suite des restrictions sanitaires imposées par l’épidémie de Covid-19.

Le premier confinement a mis en exergue les difficultés auxquelles sont confrontés les étudiantes et les étudiants : solitude, anxiété, précarité… Ainsi, une étude d’OVE de septembre 2020 estime à plus de 50% la part d’étudiants qui ont souffert de solitude pendant le confinement. Par ailleurs, la contraction de l’intérim et des petits boulots a accru la précarité des jeunes qui comptaient sur ces ressources afin de vivre dignement.

Pour autant, la fin des mesures de confinement ne s’est pas accompagnée d’une disparition du mal-être étudiant. L’entrée dans la vie adulte constitue un moment charnière du travail sur soi. Rachel Iglesias, psychologue basée à Toulouse, décrit ainsi ce phénomène : “les étudiants appartiennent à une tranche d’âge décisive dans la construction de leur équilibre psychologique. C’est le moment où les angoisses de l’enfance et de l’adolescence remontent. Mais c’est également le moment où l’individu est le plus à même d’accepter des modifications importantes de ses schémas de pensée.

Mieux renseignés, les étudiantes et les étudiants sont de plus en plus enclins à bénéficier d’un accompagnement psychologique. Le recours à un psychologue se démocratise : “avant, nous recevions plus de jeunes femmes que de jeunes hommes, dorénavant c’est 50/50” remarque Rachel Iglesias.

Les jeunes se renseignent sur la démarche, savent ce qu’ils veulent et deviennent de plus en plus acteurs de leur propre travail thérapeutique. La psychologue Rachel Iglesias souligne ce point : “c’est un âge où on développe assez rapidement des capacités d’introspection. On avance encore plus vite qu’avec une population plus âgée.

Si les étudiantes et les étudiants consultent plus facilement un psychologue, il n’en demeure pas moins que le coût financier induit peut constituer un frein rédhibitoire. Pour répondre à cette difficulté, des initiatives existent tels que le dispositif Santé Psy Étudiant qui permet aux étudiantes et aux étudiants de bénéficier de 8 séances chez le psychologue, 100% pris en charge par l’Etat. D’autres initiatives telles que Nightline proposent un service d’écoute nocturne gratuit pour les étudiantes et les étudiants.

La demande envers ce type de dispositif est croissante. Un an après son lancement, le dispositif Santé Psy Etudiant a permis la réalisation de plus de 100 000 séances au profit de plus de 25 000 étudiantes et étudiants.

Comment bénéficier du dispositif Santé Psy Étudiant ?

1. Je consulte tout médecin généraliste, au sein de mon établissement ou extérieur, qui peut établir après consultation ma lettre d'orientation (obligatoire) ;

2. Je prends rendez-vous avec un psychologue partenaire du dispositif disponible sur l’annuaire en ligne ;

3. Je peux suivre, si nécessaire, jusqu’à 8 séances entièrement prises en charge, sans avancer d’argent.

Le compte instagram du dispositif Santé Psy Etudiant

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !