Ma vie d'étudiant à Barcelone : Yann allie études et fêtes

Par Jean-Marc Engelhard, publié le 11 May 2018
7 min

Arrivé en janvier à Barcelone, Yann, étudiant en première année de master à Toulouse Business School, profite pleinement de cette métropole réputée pour son sens de la fête. Sans négliger pour autant de se plonger dans ses cours de commerce international.

Certains de ses camarades de Toulouse Business School ont choisi de rallier en groupe Barcelone, où l’école dispose d’un campus, en partageant une colocation. Yann, lui, a préféré rejouer "L’Auberge espagnole", film retraçant la vie d’un étudiant Erasmus à Barcelone. "Dès novembre dernier, lorsque j’ai décidé d’y passer un semestre, je me suis mis en quête d’un logement, raconte l’étudiant de 21 ans, en première année de master. Je voulais être en colocation avec des étudiants venant d’autres pays que la France." Sa recherche, principalement mené sur Facebook, lui a permis de trouver une chambre dans un "piso compartido", autrement dit un appartement partagé, accueillant huit habitants.

Une colocation à 400 € par mois

"Je cohabite avec une Suédoise, une Luxembourgeoise, deux Espagnols et un Allemand… L’ambiance est très multiculturelle, et il n’y a pas d’autre choix que de pratiquer les langues étrangères au quotidien !", constate-t-il. Il estime que son loyer de 400 € mensuels n’est "pas donné" ; il le trouve néanmoins raisonnable pour la capitale de la Catalogne. D’autant qu’il est situé dans le quartier central de l’Eixample, à proximité du Passeig de Gràcia – les Champs-Élysées locaux –, des fameuses maisons de l’architecte Gaudí ou de la Plaça Catalunya. "C’est un quartier très vivant qui a l’avantage d’être près du campus", précise l’étudiant, originaire d’Angers.

Profiter de Barcelone le week-end

La spécificité des écoles de commerce et, en particulier, l’ouverture sur le monde qu’elles offrent, c’est ce qui a conduit Yann à entrer à Toulouse Business School.

Lire aussi

"Au départ, je souhaitais m’orienter vers la comptabilité, par le biais du DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et gestion). Mais une fois que j’ai obtenu mon DCG (diplôme de comptabilité et gestion), j’ai voulu évoluer dans un contexte international. J’ai donc décidé de passer des concours en admission parallèle pour intégrer une école de commerce", confie-t-il. Il n’a donc pas réfléchi longtemps avant de boucler ses valises pour un semestre de préparation de sa majeure International Business.

Yann, qui est rugbyman, a laissé le temps du séjour son maillot pour chausser les baskets.
Yann, qui est rugbyman, a laissé le temps du séjour son maillot pour chausser les baskets. // © Joan Villaplana Casaponsa pour l'Etudiant

Tous les cours se déroulent en anglais

"Sur le campus, il y a bien sûr beaucoup d’étudiants toulousains, mais aussi de nombreux étrangers. Et tous les cours se déroulent en anglais", raconte-t-il. Son emploi du temps, chargé en début de semaine, est plus allégé à l’approche du week-end. Cela lui laisse le temps de vérifier la réalité de la réputation festive de Barcelone. "Avec les étudiants de mon école ou avec mes coloc, les occasions de sortir sont nombreuses ! Et comme c’est une ville très internationale, j’ai l’opportunité de rencontrer des personnes venant du monde entier. C’est d’autant plus tentant qu’ici, le coût de la vie est peu élevé", constate Yann, qui, à l’inverse de certains autres étudiants, fait preuve d’une grande sobriété, en amateur de sport qu’il est.

Lire aussi

Joueur de rugby depuis huit ans, il a dû se résoudre à remiser son maillot pour la durée du séjour, mais il s’est inscrit dans une salle de sport à deux pas de chez lui. "Dès qu’il fera plus chaud, j’irai courir sur la promenade, le long de la plage", projette-t-il.

S’imprégner de l’atmosphère de Barça

À son programme également, la visite de Montjuic, un quartier qui surplombe la métropole. "De la marina à la Barceloneta en passant par le centre historique, j’ai déjà découvert de nombreux quartiers de la ville", explique-t-il. Une exploration qu’il mène à pied. "Je prends de temps en temps le métro ou le bus mais je préfère marcher pour profiter de l’atmosphère de la ville", raconte l’étudiant qui n’a pas peur de faire preuve d’audace : au royaume de Lionel Messi et du Barça, il ne craint pas de se promener en ville en arborant un tee-shirt aux couleurs du Real de Madrid. "Personne ne m’a jamais rien dit", assure-t-il. Preuve que Barcelone est une ville d’une grande tolérance.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !