Ma vie d'étudiante en Grande-Bretagne : Florianne revisite la finance à la fac d'Exeter

Par Jean-Marc Engelhard, publié le 07 Janvier 2019
7 min

Étudiante à Grenoble École de management, Florianne, 21 ans, a choisi de passer six mois en échange Erasmus à Exeter, une université anglaise renommée du Devon, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Un séjour qui se partage en moments studieux, sorties en ville et séances de karaté.

Le Brexit ? C’est un sujet récurrent dans les conversations sur le campus de l’université d’Exeter. "Il y a une réelle inquiétude parmi les étudiants, ceux qui étaient en âge de voter ont glissé un bulletin dans l’urne contre la sortie de l’Union européenne. La plupart d’entre eux préfèrent l’évoquer sur le ton de la blague. En revanche, c’est un sujet souvent abordé de manière sérieuse à la fin des cours d’économie, pour envisager les conséquences", souligne Florianne, en troisième année de Bachelor à GEM (Grenoble École de management).

Arrivée en septembre dernier pour un semestre d’échange, dans le cadre d’Erasmus, à Exeter Business School (rattachée à l’université), l’étudiante de 20 ans a rapidement trouvé ses marques dans cette ville proche de Plymouth et à deux heures et demie de Londres.

Lire aussi

"Des maisons de brique rouge, de la verdure… l’ambiance est définitivement anglaise. Il y a des étudiants venus du monde entier. Le campus constitue un des lieux les plus vivants d’Exeter", constate Florianne.

Pour elle, le seul bémol, ce sont les transports en commun, peu développés : "Les bus ne sont pas très fréquents", regrette l’étudiante, qui, depuis le début de son séjour, préfère effectuer la plupart de ses trajets à pied. "De chez moi, il me faut vingt minutes pour rallier le centre-ville et un peu plus d’une demi-heure pour aller au campus", précise-t-elle.

Une petite maison dans un quartier résidentiel

Son logement, Florianne l’a réservé à distance, avant son arrivée. Et elle ne regrette pas d’avoir choisi cette petite maison située dans un quartier résidentiel, qu’elle partage avec trois autres étudiants, deux Anglais et un ami de son école. Le tout pour un loyer mensuel de 500 £, soit environ 560 €.

"Nous étudions sur le campus, et nous faisons souvent le chemin ensemble. L’ambiance est très cool, une fois par semaine, l’un de nous prépare un repas typique de son pays", se réjouit-elle.

Si elle passe beaucoup de temps avec ses colocs, Flo­rianne profite aussi des activités proposées par les nombreuses associations étudiantes, avec une prédilection pour le sport. "Je fais du karaté et de la danse modern jazz, trois fois par semaine.

Lire aussi

C’est le meilleur moyen de se faire rapidement des nouvelles connaissances. Il y a une bonne ambiance entre les participants et nous sortons régulièrement ensemble", explique-t-elle. Des sorties qui les conduisent souvent dans les pubs du centre-ville.

Côté finances, Florianne estime dépenser entre 800 et 900 £ par mois (soit entre 900 et 1.000 € environ). Des dépenses allégées par sa bourse Erasmus d’un montant de 270 € mensuels.

Entre amphis et "tutos"

À l’université, l’emploi du temps de Florianne se partage entre cours en amphis et séances de "tutorials", équivalent des TD (travaux dirigés). "L’enseignement s’apparente davantage à celui de l’université en France qu’à ce que je vis à GEM", note-­­­t-elle.

Florianne aime sortir dans les pubs d'Exeter avec ses amis du karaté et du modern jazz.
Florianne aime sortir dans les pubs d'Exeter avec ses amis du karaté et du modern jazz. // © Jessica Lennan pour l'Etudiant

Si elle a choisi des modules assez classiques, comme l’économie internationale et les statistiques appliquées à la comptabilité, elle profite de son séjour anglais pour se frotter à des sujets moins classiques.

"Je suis le cours d’un ancien financier qui a vécu la crise de 2008 de l’intérieur, dont le thème est 'Economics & financial crisis'. Et j’ai aussi choisi de me pencher sur l’histoire de l’argent", explique l’étudiante, qui, à l’issue de son Bachelor, souhaite poursuivre son cursus dans le domaine de la finance.

Certaines matières sont évaluées en contrôle continu, d’autres sanctionnées par des partiels. Et c’est plutôt vers celles-ci que s’est porté le choix de Florianne.

Si elle compte bien passer les fêtes de fin d’année en famille en France, elle a programmé un retour à Exeter, début janvier. Le temps de se mettre d’arrache-pied à ses révisions et de passer les épreuves.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !