1. Rentrée décalée : Éloise, de la PACES à l’ingénierie
Témoignage

Rentrée décalée : Éloise, de la PACES à l’ingénierie

Envoyer cet article à un ami
Éloise avait déposé un dossier d’inscription à l’UTBM dès le mois octobre. Elle y a fait sa rentrée en cycle ingénieur début février. // © Raphaël Helle/Signatures pour l'Etudiant
Éloise avait déposé un dossier d’inscription à l’UTBM dès le mois octobre. Elle y a fait sa rentrée en cycle ingénieur début février. // © Raphaël Helle/Signatures pour l'Etudiant

Admise en première année d’études de santé, la jeune femme a très vite su qu’elle ne poursuivrait pas dans cette voie. Elle a saisi la possibilité de se réorienter, en rentrée décalée, vers une école d’ingénieurs postbac, l’UTBM.

En entrant dans le supérieur, Éloise a le sentiment d’avoir subi une véritable erreur d’orientation. Après avoir obtenu un bac S option biologie mention bien à Sartrouville (78), elle hésite entre un parcours pour devenir vétérinaire et une école d’ingénieurs en biologie. Lorsqu’elle formule ses vœux sur la plate-forme APB (devenue Parcoursup), l’étudiante sélectionne des écoles d’ingénieurs et des classes prépas. Mais elle n’obtient que son dernier choix : les études de santé. “J’étais très déçue, d’autant plus que ce n’était même pas dans ma fac de secteur à Nanterre”, se souvient-elle.

À la rentrée de 2014, Éloise entame donc les cours de PACES (première année commune aux études de santé) à l’université Paris-Descartes, sans motivation. Dès le mois de septembre, la jeune femme sait qu’elle ne veut pas rester dans ce cursus. Elle continue malgré tout à aller en cours et passera même le concours en janvier.

Début octobre, elle dépose un dossier d’inscription à l’UTBM (université de technologie de Belfort-Mont­béliard), une école d’ingénieurs postbac. Fin novembre, elle décroche un entretien commun à toutes les universités de technologie. Elle est séduite par leur réputation et motivée par son intérêt pour la biologie.

Son admission

Elle déménage fin janvier 2015 à Belfort, où elle a été acceptée, pour commencer les cours du cycle ingénieur début février. À l’UTBM, pas de traitement particulier, les élèves en rentrée décalée intègrent le ­deuxième semestre avec la promo­tion classique en tronc commun. C’est le saut dans le grand bain pour Éloise. “Nous avons suivi les cours du deuxième semestre sans aucun renforcement. C’était un peu dur au début. Le contenu est difficile en maths et en physique, d’autant qu’en PACES, je n’avais pas de mathématiques. Mais j’ai rencontré à l’UTBM des étudiants qui m’ont aidée à suivre et donné des cours.”

Lire aussi : Tout savoir sur les rentrées décalées

Les examens se déroulent à la fin de chaque semestre. Les cours du premier semestre se font avec la promotion suivante. Un parcours en semestre inversé est exigeant et, parmi les cinq élèves qui ont intégré le cursus en décalé en 2015, seuls deux sont encore en course.

Son nouveau cursus

Aujourd’hui, Éloise est en parcours décalé sur l’ensemble du cursus ingénieur, et sera diplômée dans un peu plus de deux ans. “Je côtoie deux promotions, j’ai pris le pli, et cela permet de rencontrer encore plus de monde !”
Si Éloise admet qu’il faut s’accrocher, elle concède qu’après quelques années c’est plus facile, notamment quand les étudiants commencent à se spécialiser. Pour elle, ce sera dans le domaine de la production. La jeune femme se veut encourageante : “Globalement, ce n’est pas aussi dur que ça en a l’air, car on rejoint la grande famille de l’UTBM !”

Salon de la rentrée décalée
Rendez-vous samedi 16 décembre 2017, de 10 h à 18 h, à Paris. Invitation gratuite sur letudiant.fr.