1. Après un bac+2 : poursuivre en licence générale
Décryptage

Après un bac+2 : poursuivre en licence générale

Envoyer cet article à un ami
Le contexte de la licence générale (ici, l'université Paris 8-Saint-Denis) est très différent de celui du DUT. // © Myr Muratet/Campus Condorcet/Divergence
Le contexte de la licence générale (ici, l'université Paris 8-Saint-Denis) est très différent de celui du DUT. // © Myr Muratet/Campus Condorcet/Divergence

Vous souhaitez poursuivre vos études en licence générale à l’université après un bac+2 (DUT ou BTS) ? Attention, cette voie n’est pas envisageable pour tous… Nos recommandations.

Le DUT est un diplôme hybride, qui permet une poursuite d'études courte à l'université en licence pro, mais aussi longue, en licence 3 générale suivie d'un master. Sur les 82 % des diplômés de DUT qui continuent dans l'enseignement supérieur, 25 % vont en licence générale, 3,3 % en licence professionnelle et 13,5 % en licence 1 ou licence 2 vers d'autres disciplines. Le reste rejoint une école ou effectue un cursus à l'étranger.

La licence générale : une option pour les diplômés de DUT

Pour s'inscrire en licence générale, aucune équivalence n'est automatique. Un bon dossier sera indispensable. Il faudra également vous adapter à un nouveau contexte : les cours en licence sont plus théoriques qu'en IUT et les étudiants moins encadrés.

Pour François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise, qui accueille de nombreux étudiants issus des filières courtes, il n'y a pas de passage "naturel" entre les DUT et la licence 3. "L'université étudie leurs dossiers et regarde si la discipline choisie est cohérente avec le DUT obtenu. Si ce n'est pas le cas, nous proposons parfois de reprendre à partir d'une licence 2, voire d'une licence 1", explique-t-il.

De la filière courte au master

Il faut également être conscient que s'engager dans une licence générale suppose le plus souvent de poursuivre… en master, la licence générale n'étant pas conçue pour une insertion professionnelle immédiate, mais comme un sas vers le deuxième cycle (master 1 et master 2).

"Pas si complexe", sourit Ludovic qui, après son DUT QLIO (qualité, logistique industrielle et organisation) à l'IUT de Nantes, est parti en échange à l'université de Coventry (Grande-Bretagne). De retour à Nantes, il a dû refaire une troisième année de licence à l'institut d'économie et de management de Nantes. "J'ai pris goût aux études en Angleterre, car l'enseignement du management y est plus global. Et en licence 3, j'ai refait les mêmes cours qu'à Coventry, donc c'était une année extrêmement simple pour moi !", raconte-t-il. Le jeune homme, actuellement cadre dans une société de conseil, ne s'est pas arrêté là : il a poursuivi en master 1, avant de décrocher une place à Nantes dans le master 2 conseil en organisation et management des ressources humaines.

Titulaire de BTS : un choix à éviter

Pour les étudiants de BTS, l'entrée en licence générale est en revanche déconseillée. "Le niveau n'est clairement pas le même. Il est quasi impossible pour un étudiant de BTS d'intégrer une licence 3", estime Jean-Luc Fugit, vice-président de l'université de Saint-Étienne en charge de l'orientation et de la réussite étudiante.

Les bons étudiants de BTS désirant poursuivre leurs études à l'université choisiront donc de se diriger en licence professionnelle. Mais attention : là aussi, aucune admission n'est automatique.