1. Frédérique Vidal, ministre : les étudiants de l'université de Nice réagissent sur les réseaux
Témoignage

Frédérique Vidal, ministre : les étudiants de l'université de Nice réagissent sur les réseaux

Envoyer cet article à un ami
Frédérique Vidal était présidente de l'université de Nice depuis avril 2012. // © UNS service de communication
Frédérique Vidal était présidente de l'université de Nice depuis avril 2012. // © UNS service de communication

Comment les anciens et actuels étudiants de l'université de Nice ont-ils vécu la nomination de leur présidente, Frédérique Vidal, comme ministre de l'Enseignement supérieur ? Entre fierté et scepticisme, les sentiments sont mitigés sur les réseaux sociaux.

Parmi la liste des ministres fraîchement nommés le 17 mai 2017, un nom est bien connu des Niçois : Frédérique Vidal. La présidente de l'université Nice-Sophia-Antipolis est désormais ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Cette universitaire, titulaire d'un doctorat en sciences biologiques et fondamentales, était à la tête de la fac depuis avril 2012. Un établissement composé de huit facultés, qui rassemble plus de 25.000 étudiants.

Lire aussi : Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, Frédérique Vidal à l'Enseignement supérieur

De nombreuses félicitations

Face à cette nomination, les réactions sur les réseaux sociaux sont globalement positives. À commencer par les félicitations publiées sur Twitter, de la part d'étudiants comme d'alumni.

Sur Facebook également, les avis sont plutôt bons, notamment sous la publication de l'université pour annoncer la nomination de sa présidente.

"J'ai eu 16/20 à la matière de la ministre"

La fierté est également de mise pour les étudiants de l'université. En particulier pour ceux qui ont suivi les cours de la nouvelle ministre.

Lire aussi : "Mec marrant", "grande perte"... L'ESSEC regrette son directeur devenu ministre

Quelques réactions plus critiques

Néanmoins, toutes les réactions ne sont pas aussi dithyrambiques. Certains se montrent notamment plus critiques envers la gestion de la présidente de l'université de Nice lors de son mandat.

À elle désormais de convaincre les élèves de son ancienne université, mais aussi plus largement l'ensemble des étudiants de France.