1. Kevin, en L2 de droit : "J'ai vu les différences sociales dans la cour du collège"
Portrait

Kevin, en L2 de droit : "J'ai vu les différences sociales dans la cour du collège"

Envoyer cet article à un ami
Kevin compte bien s'investir dans la campagne présidentielle pour soutenir sa candidate. // © Olivier GUERRIN pour L'Étudiant
Kevin compte bien s'investir dans la campagne présidentielle pour soutenir sa candidate. // © Olivier GUERRIN pour L'Étudiant

Kevin, en licence 2 de droit à Lyon, s'est toujours intéressé à la politique et s'est engagé au FNJ depuis 2015. Portrait de ce jeune militant, extrait de notre série "Avoir 18 ans en 2017 : ils vont voter pour la première fois".

"Pour la génération de mes parents, le FN reste le grand méchant loup, en raison des outrances verbales de son ex-leader, Jean-Marie Le Pen." Ses parents votent socialiste, mais Kevin, étudiant en deuxième année de licence en droit à l'université Lyon 3, milite au FNJ (Front national jeunesse) depuis la rentrée.

Issu d'un milieu plutôt modeste – son père est électricien et responsable technique, et sa mère est employée de banque –, il a grandi à Mions (69), en banlieue lyonnaise. Il se passionne pour la politique depuis ses 15 ans. "J'adore militer, parler politique dans des réunions." Dès le collège, les injustices et les inégalités le révoltent. "J'ai vu les différences sociales dans la cour de récréation : le plus "populaire" était celui qui avait les vêtements à la mode, les plus chers."

D'un extrême à l'autre

Alors en quête d'engagement politique, Kevin ne se reconnaît pas dans le PS : "La gauche de gouvernement, ce n'est ni la justice ni la redistribution : j'ai d'abord cherché plus à gauche." Kevin passe ainsi deux mois au MJCF (Mouvement jeunes communistes de France) en 2015 : "Il y a un paradoxe dans la gauche radicale : leur discours libertaire fait le lit de l'ultralibéralisme et de la mondialisation. Je ne m'y retrouvais pas idéologiquement."

Sur les bancs de la faculté, Kevin sympathise avec Damien, membre du FNJ. "J'ai participé à des réunions, des formations, mené des actions. Comme à Fréjus [83] lors des Estivales, l'université d'été du FN." Ce n'est qu'après ce parcours initiatique de plusieurs mois que Kevin adhère à la fédération FNJ du Rhône. "Ma génération a moins de chances de réussite sociale et professionnelle que celle de mes parents ou grands-parents qui ont connu une France plus florissante économiquement et plus homogène culturellement", estime le militant, venu accompagné de deux jeunes cadres du parti.

Lire aussi : Avoir 18 ans en 2017. Ils vont voter pour la première fois

Pas encore fixé sur son futur métier – "avocat bien sûr, ou juge pourquoi pas ? Mais juriste d'affaires, non !" –, Kevin s'intéresse au droit public et se donne le temps d'affiner son projet professionnel. "Suivre des études de droit, c'est déjà faire un peu de la politique. Et les politiques publiques, c'est beaucoup du droit !" Pour Kevin, Marine Le Pen est une vraie chef en France. Il compte s'investir dans la présidentielle pour la soutenir."