1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Cette étudiante est un trait d'union entre les générations
Portrait

Cette étudiante est un trait d'union entre les générations

Envoyer cet article à un ami
Marthe s'est engagée dès 16 ans dans le monde associatif. // © Delphine Dauvergne
Marthe s'est engagée dès 16 ans dans le monde associatif. // © Delphine Dauvergne

ELLE VA FAIRE LA UNE. À 19 ans, Marthe Clair-Démétrios a été récompensée par le prix Jeune & Bénévole, le 30 janvier 2017. Une reconnaissance décernée à cette étudiante en géographie pour son engagement auprès des personnes âgées.

Le 30 janvier 2017, Marthe Clair-Démétrios a reçu le prix Jeune & Bénévole. Cette étudiante de 19 ans a voulu s'engager dans le monde associatif dès 2014. "Mes parents ont toujours baigné dans ce milieu. J'avais aussi envie de me sentir utile, faire quelque chose en dehors du cadre scolaire", se souvient-elle. Marthe, alors mineure, rencontre l'association des petits frères des Pauvres au forum des associations d'Orléans. "La solitude des personnes âgées est un problème de société important. Ce que j'apprécie chez les petits frères des Pauvres, c'est qu'ils s'intéressent à la pauvreté sociale", justifie-t-elle.

Sorties, scrabble et discussions

L'étudiante en géographie rend donc visite régulièrement à deux personnes âgées, de 89 et 92 ans. "Je vais les voir entre une heure et deux heures par semaine. On discute, on joue au scrabble. Des événements collectifs sont aussi parfois organisés, comme des goûters ou des sorties."

Avant de s'investir, les bénévoles reçoivent des formations, notamment sur la manière d'écouter ou les maladies liées à l'âge. La première personne à laquelle Marthe a rendu visite – en binôme avec un autre jeune – est aujourd'hui décédée. Une situation à laquelle les bénévoles sont préparés. "Nous nous attachons beaucoup à ces personnes. Quand un bénévole fait face à un décès, l'équipe l'accompagne et le soutient. Nous ne sommes jamais seuls", souligne-t-elle. Marthe apprécie "la relation de proximité avec les gens. Nous ne nous substituons pas aux services d'aide à la personne, mais nous créons du lien entre les générations".

Du bénévolat à la recherche

Son investissement associatif a donné envie à Marthe de travailler sur "les relations intergénérationnelles dans le monde". Dans ce but, elle s'est inscrite en deuxième année de licence de géographie à l'université d'Orléans. "J'avais auparavant suivi une année en prépa littéraire dans la perspective de devenir journaliste. J'ai depuis changé d'avis car j'idéalisais trop ce métier", explique-t-elle. Après sa licence en géographie, elle aimerait compléter son cursus avec une formation en sociologie.

Lire aussi : Histoire, psychologie, sociologie : le match des licences de sciences humaines

Un siège au Conseil régional de la jeunesse

L'engagement de Marthe ne se limite pas aux petits frères des Pauvres. Depuis 2014, elle s'investit également à l'Entraide scolaire amicale, où elle donne des cours à une collégienne en difficulté.

À 16 ans, lorsqu'elle était encore au lycée, Marthe est aussi entrée au Conseil régional de la jeunesse de la région Centre. Elle finit actuellement son mandat de trois ans. "Nous sommes consultés pour les sujets qui ont un lien avec la jeunesse. Nous nous réunissons tous les mois et travaillons sur certains projets, comme le chéquier CLARC, qui donne des aides d'accès à la culture pour les jeunes ou encore l'élaboration d'une résolution sur la citoyenneté chez eux", raconte Marthe.

Des responsabilités qui l'enrichissent

Toutes ces expériences ont beaucoup apporté à Marthe. "J'ai gagné des compétences : esprit de synthèse grâce aux comptes-rendus effectués pour le Conseil régional de la jeunesse, organisation de réunions, aisance à l'oral...", énumère-t-elle.

Son bénévolat lui apporte même des exemples à citer dans ses devoirs : "Comme je suis également secrétaire régionale et locale pour les petits frères des pauvres, je voyage de temps en temps. Cela m'a permis de parler d'un village de campagne dans une dissertation de géographie".

Mais ce que Marthe apprécie le plus c'est "le côté humain des rencontres, que cela soit les personnes âgées, les bénévoles ou les salariés des petits frères des Pauvres. Les membres de l'équipe pensent aux autres avant eux-mêmes. Ce sont des modèles pour moi". Avec son prix Jeune & Bénévole, Marthe va peut-être devenir un exemple à son tour...

Pour aller plus loin : Avec BimBamJob, ces superwomen rêvent de faire disparaître le chômage / Pour ces jeunes ingénieurs, les grands-parents ont beaucoup à vous apprendre / Elles valorisent la cuisine de nos grands-parents