1. Supérieur
  2. L’EICAR : l’école des métiers du cinéma et de l’audiovisuel
Publi-info

L’EICAR : l’école des métiers du cinéma et de l’audiovisuel

Envoyer cet article à un ami
 // © EICAR & Angelina Komarova
// © EICAR & Angelina Komarova

Un comédien qui répète son texte dans les couloirs, un groupe de musiciens qui enregistre une bande-son en studio ou une équipe de tournage qui réalise une mini-série... À l’EICAR, il y a toujours de l’animation ! Chaque année, pas moins de 850 étudiants s’y forment aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel. Envie d’en savoir plus ? On vous dit tout.

Une école de cinéma, mais pas que

À Paris, l’EICAR ouvre ses portes aux bacheliers et aux titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur désireux de travailler dans l’industrie du cinéma et plus généralement dans l’audiovisuel. Acteur, réalisateur, monteur, ingénieur du son, cadreur, chef opérateur ou plus récemment scénariste… c’est toute la famille des métiers du cinéma qui est représentée, y compris des métiers longtemps négligés – comme celui de directeur de production – et pourtant essentiels à la vie d’un film.

Aussi bien artistiques que techniques, les formations débouchent sur des diplômes ou des certifications de niveau bac+2 à bac+5. L’EICAR, qui est aussi une école d’audiovisuel, prépare à quatre options du BTS audiovisuel (Gestion de production, Métiers de l’image, Métiers du son, Montage et post-production). Quant aux étudiants de bachelor ou de mastère professionnel, ils préparent des diplômes EICAR pouvant être complétés par des certifications RNCP, reconnues par l’État comme gages d’une insertion professionnelle réussie.

À noter que, quelle que soit la formation choisie, tous les étudiants travaillent de concert avec les autres filières. Un avant-goût de ce qui les attend sur les plateaux de tournage, puisque le monde du cinéma requiert un vrai sens du collectif !

Comment intégrer l’EICAR ?

Pour suivre ces formations en cinéma et audiovisuel, deux prérequis sont essentiels : être à la fois créatif et motivé. Outre l’inventivité et la culture, la curiosité pour les techniques audiovisuelles et les équipements est un véritable atout.

Si vous avez le profil, passez d’abord par la case inscription en remplissant votre dossier de candidature sur le site. Ensuite, vous serez convoqué pour deux épreuves écrites (une analyse de séquence de film et une épreuve créative) et un entretien oral. Pour la section Actorat, les candidats sont invités à passer une audition d’une durée de trois à quatre minutes sur la base d’un texte choisi et préparé par leurs soins. Quant aux candidats aux formations en alternance qui disposent déjà d’un diplôme supérieur ou d’expérience dans l’audiovisuel, la candidature en ligne est suivie d’un entretien.

L’EICAR, une formation orientée sur la pratique

À l’EICAR, plus de 70 % des enseignements sont axés sur la pratique, ce qui implique le déploiement d’un matériel de pointe dont l’école est propriétaire. Chaque année, pas moins de 200 K€ d’investissements sont consacrés aux équipements ! Ainsi, les étudiants ont accès au matériel de référence de l’industrie, comme les caméras RED ou ARRI Alexa, sans avoir à le louer. Actuellement, l’école dispose de six plateaux de tournage, de stations de montage, de salles de danse ou de répétition, de studios son, d’une régie broadcast ou encore de salles de projection. De plus, la grande majorité des enseignants sont des professionnels en activité qui forment les étudiants aux dernières évolutions techniques. Par ailleurs, l’école prendra ses quartiers, dès la rentrée 2021, dans un tout nouveau campus de plus de 7000 m2 à porte d’Ivry.

Une grande place pour les stages et l’alternance

La plupart des formations initiales (bachelor, BTS) imposent plusieurs mois de stage sur l’ensemble du cursus, tandis que les formations sur un an sont suivies en alternance dans le cadre de contrats de professionnalisation ou d’apprentissage. Les étudiants sont accompagnés dans leurs recherches par le service relations entreprises qui collecte les offres et connecte les candidats aux sociétés partenaires (TF1, Radio France, Canal +, Sony…). En tout, pas moins de 1000 entreprises sont partenaires de l’école. En 2019, cela a permis aux étudiants de décrocher 478 stages et 115 contrats pros.

Un lien étroit avec l’industrie du cinéma

Chaque année, des étudiants de l’EICAR ont l’opportunité de participer à de grands événements comme le Festival de Cannes pour y réaliser des sujets, mais aussi rencontrer les professionnels du secteur, et notamment les anciens étudiants. Une plateforme est d’ailleurs en cours de création pour connecter les étudiants et les anciens parmi lesquels Zoé Wittock, réalisatrice du film Jumbo, Mélanie Auffret, réalisatrice de Roxane ou encore Igor Gotesman, réalisateur de Five et de la série Netflix Family Business… De plus, avec pas moins de 300 réalisations par an, les étudiants vont très régulièrement présenter leurs films dans les festivals, ce qui peut s’avérer un formidable tremplin pour leur carrière.

Une école très internationale

Si vous arpentez les couloirs de l’école, ne vous étonnez pas si vous entendez parler anglais, portugais ou même japonais. Grâce à son département international et sa centaine d’étudiants, l’EICAR accueille plus de 60 nationalités différentes, source de grande richesse culturelle. L’école est notamment partenaire de Campus France. Les étudiants français sont aussi les bienvenus dans ce département où les enseignements sont entièrement prodigués en anglais. Par ailleurs, tous les étudiants bénéficient de cours d’anglais professionnel appliqué à l’audiovisuel et sont amenés à le pratiquer avec les étudiants internationaux. Le tout dans une ambiance joyeuse et non moins studieuse !