Police

Le concours est la seule voie d'entrée pour intégrer la police. Pour mettre toutes les chances de votre côté, inscrivez-vous en droit ou en sciences politiques.

Police

Pour travailler dans la police, comme dans toutes les branches de la fonction publique, le concours est un passage obligé.

Le nombre de postes ouverts aux concours externes était en 2018 d’environ 2.500 pour les gardiens de la paix, de 33 postes pour les officiers de police et de 28 postes pour les commissaires de police.

L’ENSP (École nationale supérieure de la police) a mis en place une classe préparatoire intégrée pour favoriser l’égalité des chances aux concours d’officier et de commissaire de police.  

Gardien de la paix : après le bac

Le concours pour devenir gardien de la paix comporte des épreuves de connaissances générales, de langue, d'orthographe et de calcul, des tests d'endurance physique et des tests psychotechniques, ainsi qu'un entretien de motivation et une épreuve de gestion du stress. 

Autres exigences : être en bonne santé, avoir une bonne condition physique et être titulaire du bac.

La formation est rémunérée (environ 1.354 € net par mois) et se déroule sur un an en alternant périodes en école et stages en service actif.

L'élève gardien de la paix s'engage pour quatre ans, à partir de sa titularisation. Il est affecté à des missions de sécurité publique et/ou relevant de la police judiciaire, dans un ­commissariat, une compagnie républicaine de sécurité ou à la police aux frontières. 

Officier de police : après la licence

Le concours d'officier est réservé aux titulaires d'une licence. Un diplôme en droit est recommandé.

Le concours comporte trois phases : épreuves d'admissibilité (culture générale, résolution d'un cas pratique, questionnaires sur l'actualité et le droit), de pré-admission (épreu­ves d'exercices physiques) et d'admission (tests psychotechniques, épreuves de mise en situation individuelle et de gestion du stress, oral de langue et entretien avec un jury).

Une fois admis, l'élève officier s'engage pour cinq ans et suit une formation rémunérée (environ 1.318 € net par mois) d'un an et demi à ­l'ENSP de Cannes-Écluse (77). Puis il est affecté dans un commissariat ou dans une unité spécialisée (brigades criminelle, financière, des stupéfiants, direction du renseignement intérieur, etc.) en fonction de son rang de classement à la sortie de l'école.

Lire aussi : le palmarès 2018 des facs de droit

Commissaire de police : après une formation en droit ou un IEP

Pour se présenter au concours externe de commissaire de police, il faut être titulaire d'un bac+5, de préférence un master en droit ou un diplôme d'IEP (institut d'études politiques Sciences po).

Le concours comprend les épreuves suivantes : culture générale, langue étrangère, compositions en droit, mises en situation individuelle et collective, exercices physiques, entretien avec un jury, tests psychotechniques et épreuve de gestion du stress. Attention, seules trois tentatives sont possibles !

La formation est rémunérée (environ 1.539 € net par mois), se déroule à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or (69) et dure deux ans, stages compris. Une fois diplômé, le futur commissaire obtient son affectation en commissariat ou en unité spécialisée en fonction de son rang de sortie. La période d'engagement après titularisation est de sept ans.

Lire aussi : métiers de la police : descente au commissariat

Info plus

lapolicenationalerecrute.fr, un site qui donne tous les détails sur les carrières dans la police nationale et les concours.

Retour aux études par secteur.