Baromètre l’Etudiant : des jeunes plus autonomes et qui gardent confiance dans l’avenir

Par Thibaut Cojean, publié le 07 Octobre 2020
4 min

Selon la première édition du baromètre exclusif L'Etudiant-BVA-Orange, les jeunes Français ont appris à travailler différemment pendant le confinement et se montrent optimistes quant à leur réussite étudiante. Ils restent cependant demandeurs d’un meilleur bagage de connaissances et de compétences pour démarrer leur vie professionnelle.

Le confinement n’a pas altéré la confiance et l’optimisme des Français âgés de 15 à 20 ans, révèlent les résultats du baromètre L'Etudiant-BVA-Orange*. À la rentrée scolaire et universitaire 2020, 77% d’entre eux se disent motivés par leurs études, et 71% sont optimistes quand ils pensent à leur avenir en général.

Une baisse de niveau pour 42% des élèves

La période d’enseignement à distance n’a donc pas atteint le moral des lycéens et étudiants. En tout cas sur le long terme. Car pendant le confinement, 50% des jeunes ont eu le sentiment de décrocher et autant ont perdu en motivation. Deux phénomènes qui touchent plus souvent les filles que les garçons.

Presqu’un jeune sur deux (42%) pense aussi avoir baissé de niveau dans certaines matières, quand 35% estiment, au contraire, avoir progressé. D’autres effets plus bénéfiques ont été aussi ressentis : 65% des sondés disent avoir appris à travailler différemment, et 57% déclarent avoir gagné en autonomie.

On note à ce sujet que les lycéens, généralement mieux suivis par les enseignants que leurs aînés, ont beaucoup plus souvent ressenti ces trois derniers effets positifs que les étudiants.

Effets du confinement sur les 15-20 ans.

Lire aussi

La confiance varie selon les formations suivies

De manière générale, l’enseignement à distance n’a pas enlevé le goût des études aux 15–20 ans. Ainsi, 70% d’entre eux sont optimistes quant à leur réussite. Là encore, les élèves de première montrent l’exemple, et avec eux les étudiants en bac+1 et bac+2.

Mais ils ne partagent pas le même sentiment en pensant à leur avenir post diplôme : 57% seulement sont optimistes quant à leur intégration dans le monde du travail. Des résultats qui diffèrent toutefois fortement selon les formations.

Si la confiance dans la vie professionnelle est au rendez-vous en écoles de commerce (79%), en écoles d’ingénieurs (67%), en classes préparatoires (71%) ou en IEP (70%), c’est moins le cas en BTS (53%) et à l’université (49%, DUT compris). Globalement, on constate aussi que les garçons se déclarent toujours plus optimistes que les filles.

Lire aussi

Développer les compétences et les qualités

Ce phénomène s'observe également au-delà de l'emploi. À la proposition "quand tu penses à ton avenir, tu es plutôt…", les étudiants des formations dont les perspectives d’avenir sont les plus claires ont beaucoup plus souvent répondu "optimiste" que les autres : 86% en écoles de commerce, qui connaissent une très bonne insertion professionnelle, ou encore 82% en classes préparatoires, qui débouchent traditionnellement sur des études en grande école. Seuls 68% des étudiants à l’université et 61% des élèves de BTS démarrent l’année avec la même confiance.

L'optimisme en l'avenir dépend de la formation.

Une foi en l'avenir qui semble dépendre d'une confiance en leurs aptitudes. Sûrs de leurs choix, peu demandent un accompagnement dans leurs projets d’orientation (28%) ou de carrière (26%).

Cependant, beaucoup estiment qu’ils seraient mieux armés avec un socle de connaissances et de compétences plus solide (52%), des qualités personnelles plus marquées (47%) ou de meilleures connaissances du monde professionnel (45%).

* Ce premier volet du baromètre L'Etudiant-BVA-Orange sur la confiance dans l’avenir a été réalisé entre le 3 et le 16 septembre 2020 auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 jeunes entre la seconde et le bac+2.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !