1. Exclusif : 62 % des élèves de seconde veulent choisir la spécialité mathématiques
Témoignage

Exclusif : 62 % des élèves de seconde veulent choisir la spécialité mathématiques

Envoyer cet article à un ami
Les maths sont plebiscitées par les élèves de seconde, plus par stratégie pour le futur que par goût. // © plainpicture/Westend61/Dieter Schewig
Les maths sont plebiscitées par les élèves de seconde, plus par stratégie pour le futur que par goût. // © plainpicture/Westend61/Dieter Schewig

Selon le baromètre réalisé par l'Etudiant, les mathématiques sont largement plébiscitées par les élèves de seconde qui devront, en fin d'année, choisir trois spécialités de première. La physique-chimie et l'histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques récoltent aussi les suffrages des lycéens.

À la rentrée 2019, pour la première fois, les élèves de première générale suivront des spécialités et ne seront plus inscrits dans des séries (ES, S, L). L'Etudiant a souhaité connaître les disciplines qui attirent le plus les lycéens à travers un baromètre auquel 700 élèves actuellement en seconde ont répondu. Ceux-ci devront indiquer un premier choix de combinaison de quatre ou cinq spécialités dès le conseil de classe du deuxième trimestre, et arrêter leur combinaison de trois spécialités lors du conseil du troisième trimestre.

Près de 2/3 d'entre vous choisissent les maths

Le baromètre dévoile des orientations nettes. Les mathématiques – qui ne font pas partie des disciplines du tronc commun – sont choisies par 62 % des élèves actuellement en seconde.
Les autres disciplines que vous plébiscitez au sein des combinaisons sont : la physique-chimie (43 %), l'histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (32 %), les SVT (sciences de la vie et de la Terre) (32 %), les langues, littératures et cultures étrangères (29,5 %) et les SES (sciences économiques et sociales) (28 %).

En outre, à la question "Quelle est votre spécialité prioritaire ?", vous êtes 29 % à indiquer les mathématiques, pourcentage de loin le plus important. La deuxième discipline que vous jugez prioritaire sont les SVT avec 11 % des suffrages, puis vient l'histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques avec 10 %.

Bien qu'elles prennent largement la première place, les maths apparaissent moins prioritaires qu'elles ne sont présentes dans les combinaisons. Ceci s'explique notamment par le fait que de nombreux élèves ne choisissent pas les mathématiques par goût – et donc ne les désignent pas comme prioritaires – mais par intérêt et les placent donc tout de même dans leur combinaison.

Vers une reproduction des séries ?

Autre analyse éloquente : vos choix de combinaisons. Deux "triplettes" sortent du lot : "mathématiques physique-chimie – SVT"" (23 %) et "mathématiques physique-chimie sciences de l'ingénieur" (17 %). La troisième combinaison la plus choisie – "histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – mathématiques – SES" n'est ainsi demandée que par 4 % des répondants.

Vos choix de combinaisons reproduisent globalement les séries. En effet, pour ceux d'entre vous qui se dirigeaient vers la série scientifique, c'est la combinaison "mathématiques – physique-chimie – SVT" qui est largement la plus souhaitée.

Pour ceux qui pensaient s'orienter jusqu'alors vers une première ES, la combinaison la plus choisie est "histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – mathématiques – SES", quand ceux attirés par la série L optent majoritairement pour "histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – humanités, littérature et philosophie – langues, littératures et cultures étrangères".

Ces choix démontrent donc une volonté de "reconduire" implicitement les séries, plutôt que d'user de la liberté qui s'offre à vous d'explorer des enseignements originaux. Une volonté logique : de nombreuses filières de l'enseignement supérieur attendent encore une forte spécialisation et vous déclarez que vos choix se basent sur votre projet d'orientation. D'ailleurs, vous êtes 76 % à avoir déjà une idée de votre orientation postbac.

Lire aussi :
Réforme du lycée : quelles spécialités choisir si vous souhaitiez aller en ES, L ou S ?
Réforme du lycée : quelles spécialités pour quelles études ?

Vos choix sont ainsi sans équivoque si on les compare aux filières du supérieur visées. Exemples : les élèves qui souhaitent s'orienter en PACES (première année commune aux études de santé) choisissent quasi exclusivement (à 87 %) "mathématiques – physique-chimie – SVT". Ceux qui visent une école de commerce optent la plupart du temps (49 %) pour la combinaison "histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques – mathématiques – SES", quand ceux qui envisagent d'aller en école d'ingénieurs – la filière visée par le plus grand nombre des répondants – demandent surtout (à 36 %) la triplette "mathématiques – physique-chimie – sciences de l'ingénieur".

Vous avez déterminé… 128 combinaisons !

Au total, les 708 élèves de seconde qui ont participé à ce baromètre ont choisi 128 combinaisons différentes, dévoilant ainsi un grand panorama de choix possibles. Or, tous les lycées ne pourront pas proposer un éventail aussi large. Ce qui pourrait poser problème puisque 42 % d'entre vous ne sont pas prêts à renoncer à une spécialité. En outre, près de la moitié d'entre vous ne sont pas non plus prêts à changer de lycée pour suivre une spécialité, ni à en suivre une à distance. En revanche, vous êtes une majorité à envisager la possibilité de suivre une spécialité dans un autre lycée que le vôtre. Vous devriez avoir une idée de la liste des spécialités et des combinaisons offertes dans votre lycée au début de l'année 2019. Vous aurez alors un regard plus précis sur vos possibilités en fonction de vos envies.

Qui a répondu ?

708 élèves de seconde ont répondu au baromètre, dont 56,5 % de filles. L'académie la plus représentée est Versailles (12,8 %). 59 % se seraient orientés vers la série S, 25 % vers la série ES et 16 % vers la série L. Des chiffres proches de la réalité puisque, en 2017–2018, 51 % des lycéens de filière générale étaient en S, 33 % en ES et 16 % en L.