Grève pour le climat : pour les jeunes, "c'est le seul moyen de faire entendre nos voix"

Par Nalini Lepetit-Chella, publié le 26 Septembre 2022
5 min

En septembre, les mobilisations appelant à lutter contre le changement climatique sont elles aussi de retour. Vendredi 23, le mouvement "Friday for climate" a rassemblé quelques centaines de jeunes dans une quinzaine de villes, avant les marches pour le climat du week-end.

Ce vendredi 23 septembre 2022, par un temps sec et ensoleillé, les pancartes des jeunes rassemblés à l'occasion de la grève pour le climat à Paris, devant l'Académie du climat, ne manquaient pas de mordant. Les mots étaient tantôt humoristiques – "Maman, je sèche, comme la planète" –, tantôt sarcastiques – "Le second degré n'est plus une blague" –, quand ils ne dénotaient pas une vive colère, comme l'appel à brûler "le patriarcat, pas la planète".

Au milieu des centaines de personnes mobilisées pour cette grève dans la capitale, majoritairement des étudiants, quelques lycéens étaient présents. Leur objectif ? Essayer "d'avoir un futur" : "nous n'avons pas le droit de vote, alors c'est le seul moyen de faire entendre notre voix", déclare Clémence, 15 ans, en seconde au lycée franco-allemand de Buc (Yvelines).

Lire aussi

Un été pour "réaliser le changement climatique"

Pour elle et son amie Lucie, 14 ans, cette mobilisation est une première. Elles ont appris la tenue de ce rassemblement grâce à des affiches exposées dans le lycée par une de leurs camarades. Résultat : une vingtaine d'élèves de l'établissement de Buc étaient présents place Baudoyer ce vendredi.

Marie et Timna, en terminale au lycée franco-allemand de Buc (Yvelines), ont fait la grève pour le climat à Paris, vendredi 23 septembre 2022.
Marie et Timna, en terminale au lycée franco-allemand de Buc (Yvelines), ont fait la grève pour le climat à Paris, vendredi 23 septembre 2022. // © Nalini Lepetit-Chella

Les sécheresses et incendies de l'été leur ont fait "réaliser le réchauffement climatique", indique Lucie. "On remarque vraiment que ça a un impact concret, car ça se rapproche de plus en plus", analyse Marie, 17 ans, en terminale dans le même établissement.

Face à l'urgence, leur camarade Rebecca, en seconde, juge "outrageux que le gouvernement ne fasse rien". Au-delà de l'actualité hexagonale, elle se dit marquée par les inondations récentes au Pakistan. Pour elle, "cet été a tout remis en perspective".

Lire aussi

"Notre avenir n'est pas garanti dans 10, 20 ou 30 ans"

Ces jeunes ont donc estimé plus important de manifester leur inquiétude et de demander une réaction politique que d'aller en cours, moins d'un mois après la rentrée. Et ceci avec le soutien de certains enseignants. "Nous avons eu des mots d'encouragement de la plupart de nos professeurs", précise Timna, en terminale à Buc.

Le choix de faire cette grève est dicté par l'"urgence de la situation, estime Colin Champion, président du syndicat La Voix lycéenne. Notre avenir n'est pas garanti dans 10, 20 ou 30 ans. Si on n'accepte pas de se mobiliser maintenant, on met notre avenir en danger. Il y a une urgence énorme et une inaction énorme des dirigeants."

Colin Champion, président de La Voix lycéenne (à droite), s'est exprimé lors de la grève pour le climat à Paris, vendredi 23 septembre 2022. Il était accompagné par Ephram Beloeil, secrétaire national (à gauche).
Colin Champion, président de La Voix lycéenne (à droite), s'est exprimé lors de la grève pour le climat à Paris, vendredi 23 septembre 2022. Il était accompagné par Ephram Beloeil, secrétaire national (à gauche). // © Nalini Lepetit-Chella

Pour y remédier, le collectif propose notamment la rénovation énergétique des bâtiments scolaires, dont les lycées.

Des cours sur les conséquences du changement climatique mais pas sur les solutions

Discuter des solutions, des mesures qui peuvent être prises face au changement climatique, c'est précisément ce qui fait défaut aux cours du lycée, pour Lucie.

Elle, Clémence et Rebecca ont des cours de géographie sur "les conséquences, l'impact" de ces évolutions sur le climat, indique cette dernière. Mais pour les trois élèves de seconde, il manque des échanges sur "ce qu'on pourrait faire en tant qu'individus". "En sciences économiques et sociales, on pourrait étudier le rôle du capitalisme dans le changement climatique", suggère aussi Rebecca.

Lire aussi

Les enjeux climatiques devraient être abordés "un peu dans toutes les matières", notamment en sciences, estime pour sa part Mathis, 12 ans. En cinquième à Argenteuil (Val-d'Oise), ce jeune habitué des manifestations considère que "l'Éducation nationale ne met pas assez en avant le sujet", déplorant qu'il soit abordé "seulement en histoire", selon lui.

Et la situation n'est pas plus propice à l'engagement en terminale, d'après Ephram Beloeil, secrétaire national de La Voix lycéenne. "Nous avons une pression constante liée au bac et à Parcoursup, qui nous évite de penser au climat. Nous n'avons plus le temps, alors que c'est la chose la plus importante aujourd'hui !"

Un jeune déguisé montrait une pancarte "Protégeons le climat tant qu'il est encore temps" à la grève pour le climat, vendredi 23 septembre 2022, à Paris.
Un jeune déguisé montrait une pancarte "Protégeons le climat tant qu'il est encore temps" à la grève pour le climat, vendredi 23 septembre 2022, à Paris. // © Nalini Lepetit-Chella

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !