1. Sélection à l'université : tout savoir sur Paris-Dauphine
Enquête

Sélection à l'université : tout savoir sur Paris-Dauphine

Envoyer cet article à un ami
Les trois quarts des admis à l'université Paris-Dauphine ont eu une mention bien ou très bien au bac. // © Université Paris-Dauphine
Les trois quarts des admis à l'université Paris-Dauphine ont eu une mention bien ou très bien au bac. // © Université Paris-Dauphine

Prestigieuse, élitiste, spécialisée dans les sciences des organisations, les mathématiques et l’informatique, cette université est libre de sélectionner ses étudiants grâce à son statut de “grand établissement”, et ce dès l’entrée en licence. La procédure d’admission se fait hors APB.

“Mes parents auraient préféré que j’aille en classe préparatoire, mais je n’étais pas sûre d’être assez forte psychologiquement et, surtout, je n’avais pas envie de sacrifier deux ans de ma vie. Je voulais découvrir Paris, profiter des expositions, des concerts”, explique Camille, désormais en deuxième année du master marketing et stratégie en alternance.

La jeune femme a finalement été admise en première année de licence éco-gestion directement après son bac scientifique mention bien. Une formation qu’elle recommande avec enthousiasme : “Dauphine, c’est pour moi le parfait mix entre la fac et la prépa : on a l’autonomie de l’université, sans le stress de la prépa mais avec de bonnes conditions d’encadrement.” Et puis, précise-t-elle, cela laisse aussi le temps de s’investir dans la vie associative de l’université. En l’occurrence, fan de musique, Camille a participé à l’organisation d’un festival de musique via l’association étudiante L’Oreille de Dauphine.

Des professeurs à l’écoute

Renaud Dorandeu, responsable des licences en droit, économie, gestion et sciences sociales de l’établissement, met en avant “trois spécificités” des formations : “Tous les cours se déroulent en petits groupes d’une trentaine d’étudiants, ce qui crée une vraie proximité avec les enseignants. Une grande importance est accordée à la pluridisciplinarité, très présente dans le tronc commun des deux premières années de la licence – les élèves se spécialisent en troisième année. Enfin, il y a une grande ouverture sur les sciences sociales et les langues.”

Des candidats triés sur le volet

Pour être admis, il est indispensable d’être un bon, voire un très bon élève depuis le lycée, car la sélection est rude. En sciences des organisations, Paris-Dauphine reçoit environ 6.000 candidatures pour 700 places ouvertes à Paris, 30 à Londres et 30 à Madrid.

Lire aussi : Comment la fac est devenue sélective

La procédure permettant de postuler aux campus délocalisés est identique. La sélection se fait à partir d’un score calculé en fonction des notes de première et des deux premiers trimestres de terminale. Hormis si vous candidatez pour un campus délocalisé, vous n’aurez pas à envoyer de lettre de motivation. Les trois quarts des admis en L1 ont obtenu une mention bien ou très bien au bac. Et tous sont issus des filières ES et S option mathématiques.

“Nous cherchons des profils équilibrés, avec de bonnes notes dans toutes les matières”, précise Renaud Dorandeu. “La régularité et l’ouverture d’esprit sont des qualités importantes.” Pour la spécialité mathématiques-informatique (755 admis parmi les 2.034 candidats de 2016), il faut, en revanche, être issu de la filière scientifique.

Enfin, contrairement aux universités, Paris-­Dauphine est également libre de fixer ses droits d’inscription : pour la licence sciences des organisations, ces frais varient en fonction des revenus des parents et peuvent atteindre 2.200 €. Pour les licences en mathématiques et informatiques, ils sont de 530 €.