1. Rentrée décalée : trouvez votre nouvelle voie, filière par filière
Coaching

Rentrée décalée : trouvez votre nouvelle voie, filière par filière

Envoyer cet article à un ami
Vous souhaitez vous réorienter mais vers quelle voie se tourner ? // © Image Source/Plainpicture
Vous souhaitez vous réorienter mais vers quelle voie se tourner ? // © Image Source/Plainpicture

Changer de trajectoire et intégrer un cursus différent de votre choix initial est possible. Écoles de commerce, IUT, STS… se mobilisent pour vous offrir des passerelles.

Vous avez fait le choix de la réorientation en cours d'année ? L'Etudiant vous aide à préciser votre projet, pour démarrer du bon pied dans cette nouvelle aventure.

Au premier rang de l'offre de rentrées décalées, les écoles de management, d'ingénieurs et spécialisées. On en trouve également dans certains IUT (instituts universitaires de technologie) ainsi que dans les STS (sections de techniciens supérieurs), pour la plupart privées. À l'université, on parlera de réorientation en cours d'année.

Dans les écoles de commerce : une offre foisonnante de programmes

Parmi les écoles de commerce, l'INSEEC, l'EMLV, l'IPAG, l'IDRAC et les écoles des groupes IGS et ESG présentent des programmes en rentrée décalée de décembre à mars. Sup de co La Rochelle s'adresse notamment aux élèves partis à l'étranger ou qui ont fini un stage tard dans l'année, et propose de faire passer le concours en décalé par Skype. Sont concernés quelques Bachelors en première ou troisième année, et les MBA (Masters of Business Administration). Les masters et des MSc de l'INSEEC sont aussi accessibles en rentrée décalée.

L'ESDES met en place cette année une fast track, une rentrée en février, avec le passage des épreuves écrites et orales à la fin janvier. Ce programme "en accéléré" s'échelonne entre la mi-février et juillet, et est suivi d'un stage de quatre semai­nes. À l'EMLV, Restart-postbac décline un programme intensif sur 19 semaines, de février à juillet, comprenant des projets à mener avec les étudiants des autres écoles du groupe, l'école d'ingénieurs et l'Institut de l'Internet et du multimédia. Dans ces programmes, le samedi matin est souvent réservé à des examens ou à des cours de rattrapage.

Parmi les écoles spécialisées, celles de Mediaschool Group (European Communication School, Institut européen de journalisme et #Supdeweb) et du groupe EDH (EFAP, iCART et EFJ) recrutent également en cours d'année.

Notre conseil. Comme pour une rentrée classique, ne négligez pas la qualité de l'école !

Lire aussi : Tout savoir sur les rentrées décalées

Dans les écoles d'ingénieurs : les profils scientifiques privilégiés

Les futurs ingénieurs peuvent accéder en février à des cursus via le concours Avenir+, qui regroupe sept écoles : l'ECE, l'EIGSI, l'EISTI, l'EPF, ESIGELEC, l'ESILV et l'ESTACA. Celles-ci proposent aux élèves actuellement en L1, notamment en PACES (première année commune aux études de santé) ou en L1 scientifique, en maths sup ou en première année de DUT, de suivre un semestre d'études accéléré.

Les critères sont les mêmes que pour une rentrée classique, et vous devrez en principe être titulaire d'un bac S. Pour les écoles du concours Avenir+, les dossiers d'inscription, qui se font exclusivement sur le Net, doivent être rendus entre le 15 décembre et le 1er mars.

Notre conseil. Les rentrées décalées ne sont pas les mêmes dans toutes les écoles qui en proposent. Attention au calendrier !

En IUT : moins de spécialités

Si vous visez plutôt un DUT (diplôme universitaire de technologie), l'espace Avenir de l'université de Strasbourg a recensé tous les IUT français qui acceptent les étudiants au second semestre. Néanmoins, en rentrée décalée, la palette de spécialités y est plus restreinte que ce que vous pouviez trouver sur Admission-postbac en terminale. Il existe 24 spécialités de DUT, dont 14 accessibles en rentrée décalée, selon l'université de Strasbourg.

Se pose la question de la sélection en IUT, où les places sont limitées et donc chères. Vous serez choisi sur dossier scolaire, appréciations et entretien de motivation. Les postulants sont généralement des étudiants issus d'une classe prépa scientifique ou des déçus de la PACES.

Notre conseil. La formule choisie par les IUT est, la plupart du temps, celle d'une scolarité décalée, c'est-à-dire qu'au lieu d'être diplômé en juin, vous le serez en février. Attention si vous avez un projet de poursuite d'études !

Lire aussi : Rentrée décalée : avantages et inconvénients

En STS : surtout dans le privé

La grande majorité des établissements qui proposent des BTS (brevets de technicien supérieur) en rentrée décalée est privée. Les domai­nes couverts sont essentiellement le commerce, comme MUC (management des unités commerciales), NRC (négociation et relation client) ou la communication. Tenter un BTS en rentrée décalée peut être risqué ! Bien sûr, vous rattraperez votre retard pendant les vacances scolaires, mais vous devrez, comme tous les autres étudiants, accomplir vos stages en entreprise.

Notre conseil. Gardez à l'esprit que le BTS est un diplôme national et que vous devrez passer les mêmes épreuves que les étudiants qui ont suivi la formation en deux ans.

Et pourquoi pas l'alternance ?

L'ICOGES Paris, l'ISEFAC alternance Paris ou encore l'ITIC Paris recrutent, dans le courant de l'année, des candidats souhaitant préparer un BTS en alternance, surtout dans le secteur tertiaire. Comme pour une alternance en septembre, vous signez un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation avec le centre de formation et une entreprise. Pour certains BTS, les étudiants sélectionnés devront travailler une journée de plus par mois que leurs camarades ayant fait leur rentrée en septembre. Par exemple à Pigier, les étudiants suivent cinq semaines complètes de cours intensifs, deux semaines dès leur arrivée, puis deux semaines en juillet et enfin une semaine au mois d'août, qui correspondent aux semaines de présence en entreprise pour les autres étudiants. Une manière d'attaquer la seconde année en étant à jour sur le programme.

Notre conseil. Attention à la nature du diplôme. Certains organismes préparent à un titre certifié, comme un CQP (certificat de qualification professionnelle), ou proposent une formation non diplômante. Ni l'un, ni l'autre ne vous permettront de poursuivre vos études.

À l'université : savoir se réorienter

Lorsqu'il s'agit de changer de filière à l'université, on parle davantage de réorientation. Votre établissement vous demandera un dossier comprenant vos bulletins du lycée et une lettre de motivation. La commission pédagogique validera ensuite votre demande en fonction du nombre de places disponibles. Vous devrez, sans doute, rattraper des matières, selon ce que vous avez déjà validé lors de votre première formation. Pensez-y avant d'abandonner complètement vos révisions pour les partiels ! Attention, les bilicences et autres cursus sélectifs ne sont en général pas accessibles en cours d'année.

Notre conseil. Chaque établissement fixe son propre calendrier, et, dans une même université, il peut y avoir des différences d'un département à l'autre. À vous d'aller chercher l'information auprès du service d'orientation, du BAIP (bureau d'aide à l'insertion professionnelle) et de votre département de ­formation.

Rendez vous au salon de la Rentrée décalée, samedi 7 et dimanche 8 janvier 2017, de 10 h à 18 h, à Paris. Invitation gratuite sur letudiant.fr.