1. Jobs d'été à l'étranger : les secteurs et les pays les plus accessibles
Coaching

Jobs d'été à l'étranger : les secteurs et les pays les plus accessibles

Envoyer cet article à un ami
Les travaux agricoles sont une source de nombreux jobs l'été en France comme à l'étranger. Pensez au "wwoofing" qui permet d'apprendre et de travailler quelques heures par jour dans une ferme bio en échange du gîte et du couvert. // © PlainPicture
Les travaux agricoles sont une source de nombreux jobs l'été en France comme à l'étranger. Pensez au "wwoofing" qui permet d'apprendre et de travailler quelques heures par jour dans une ferme bio en échange du gîte et du couvert. // © PlainPicture

Envie de partir à l'étranger, de progresser en langues et de vous faire un peu d'argent ? Vous trouverez plus facilement et rapidement un job dans les pays européens. Misez sur les secteurs où la demande est forte en été : agriculture, hôtellerie-restauration, tourisme ou métiers de l'animation.

Un job à l'étranger, pourquoi faire ? Premier réflexe que vous devez avoir, vous interroger sur votre motivation première : progresser en langues ? Vous faire un peu d'argent de poche ? Acquérir une première expérience professionnelle ? La réponse vous aiguillera vers les secteurs d'activités, les postes et les pays à cibler pour votre recherche.

Second réflexe : déterminer des postes correspondant à votre niveau en langues. Si vous êtes à l'aise, postulez pour des jobs en lien avec le public : serveur, réceptionniste, conseiller de vente, téléopérateur. Si les langues étrangères ne sont pas votre fort, partez quand même mais pour des postes moins exposés : plonge, ramassage de fruits et légumes… Malgré un faible niveau en langues vous pourrez néanmoins décrocher un job, et vous progresserez sur place !

Espagne, Grèce, Italie : la concurrence est rude

"Informez-vous sur le taux de chômage des jeunes dans les pays d'Europe que vous ciblez, préconise Sophie Girardeau, conseillère Europe et international pour le CIDJ et Eurodesk, réseaux français et européen d'information pour les jeunes. Espagne, Grèce et Italie restent les pays les plus touchés." Bref, les destinations ensoleillées pour les vacances, c'est parfait. Mais, pour un job d'été, vous serez en concurrence avec des jeunes locaux souvent diplômés qui se ruent sur les jobs liés au tourisme. Malgré ce chômage élevé, vous pouvez quand même tenter votre chance : de nombreux hôtels-clubs et centres de vacances ont toujours besoin de personnel francophone pour une clientèle française.

Lire aussi : Consultez nos offres de jobs sur letudiant.fr

L'Angleterre : c'est toujours le moment

Malgré le Brexit, le divorce programmé pour le printemps 2019 entre l'Angleterre et l'Union européenne ne doit pas vous inquiéter. Comme dans tous les autres États membres, pas besoin de permis ou de visa de travail pour décrocher un job. "Vous devez néanmoins obtenir un "National Insurance Number" (NIN) pour travailler au Royaume-Uni. Dès votre arrivée, vous pouvez le demander au "Job Center" le plus proche de votre logement", précise Sophie Girardeau. Cette formalité accomplie, pas de soucis question jobs. "Il y a toujours autant d'offres d'employeurs anglais que les années précédentes", constate Dominique Girerd, le directeur du Club Téli, qui recueille des milliers d'offres à travers le monde et en propose plus de 10.500 en 2018, au Royaume-Uni. Attention, de l'autre côté de la Manche, la notion de 35 heures hebdomadaires de travail n'existe pas. La limite est fixée à 48 heures.

Allemagne et destinations moins courues : le bon plan

L'Allemagne, la République tchèque et l'Estonie sont les destinations qui enregistrent le plus faible taux de chômage des jeunes en Europe. Il est donc plus facile d'y trouver un job. "L'an passé, j'ai travaillé sur l'accueil et les moyens d'attirer les touristes", confie Lisa, 21 ans, diplômée d'un BTS (brevet de technicien supérieur) tourisme qui a été embauchée durant quatre semaines à l'office du tourisme de Heppenheim, une ville allemande dans le Land de Hesse jumelée avec la ville du Chesnay (Yvelines). Comme Lisa, si vous avez des connaissances dans la langue de Goethe, profitez du bon plan proposé par l'OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) : si vous avez entre 16 et 30 ans, en échange d'un job de quatre semaines dans une ville ou une région jumelée en Allemagne, vous pouvez toucher une bourse de 300 € (150 € si l'hébergement vous est offert) pour financer vos frais de séjour.

Restauration, animation et tourisme… : les secteurs phares de l'été

"L'hôtellerie-restauration est LE secteur dans lequel les offres sont les plus faciles à trouver, surtout si vous n'avez pas d'expérience", remarque Sophie Girardeau. Prospectez dans les restaurants, les hôtels ou les auberges de jeunesse qui recrutent des serveurs, des plongeurs, des commis, des réceptionnistes… Dans le tourisme, les centres de vacances, les campings, les parcs d'attraction ou les offices de tourisme recherchent du personnel d'accueil, du personnel d'accompagnement, des surveillants, des moniteurs sportifs et des animateurs. Si vous êtes à l'aise en langues, pensez aussi aux organismes de séjours linguistiques en France qui recrutent des accompagnateurs de groupes de jeunes à l'étranger. Sur le site loffice.org vous trouverez une quarantaine d'organismes de séjours linguistiques labellisés.

Travailler dans une ferme bio : pensez au "wwoofing"

Les travaux agricoles peuvent vous offrir une expérience conviviale. Mais les jobs sont souvent physiques et s'exercent au soleil plusieurs heures par jour. "Pensez au wwoofing", préconise Sophie Girardeau. Quesaco ? Le "wwoofing" est l'acronyme de "World Wide Opportunities on Organic Farms" (opportunités dans les fermes bio à travers le monde). "Comme "wwoofer", vous travaillerez de quatre à six heures par jour dans une ferme biologique en échange d'un toit et d'un repas, mais vous ne serez pas rémunéré." Jardinage, soins aux animaux, réparation de clôtures… vous apprenez les travaux au contact du propriétaire. Sur le site international wwoof.net, choisissez votre pays de destination sur la carte du monde et accédez à la liste des fermes qui peuvent vous accueillir sur le globe.

Un job à l'international, cela se prépare

"Pour travailler et vivre dans un des pays membres de l'Union, votre carte d'identité ou votre passeport suffit", rappelle Sophie Girardeau. "Hors Europe, vous aurez souvent besoin d'un passeport biométrique et d'un visa de travail." Un bon plan est de partir via un programme vacances travail (PVT). Le principe ? Le permis vacances travail ou visa travail (ou Working Holiday Visa, en anglais) permet à des jeunes de 18 à 30 ans de voyager et travailler pour une durée maximum de 12 mois dans un pays étranger. La France a signé des accords bilatéraux avec 14 pays à travers le monde : Australie, Argentine, Canada, Chili, Colombie, Corée du sud, Japon, Russie, Nouvelle-Zélande. Et depuis mars 2018, il est désormais possible de postuler pour le Brésil !

Jobs "clés en main", ouvrez l'œil et soyez prudent

Moyennant finances, des organismes vous proposent des jobs à l'étranger, logement et assurances compris. Au-delà du fait que vous déboursez de l'argent, ces formules comportent parfois leur lot d'offres bidons. Pour éviter les arnaques, Sophie Girardeau, conseillère Europe et international au CIDJ et à Eurodesk, recommande quelques conseils de prudence :
– exigez un contrat listant l'ensemble des conditions ;
– à l'inscription, ne versez que 20 à 30 % du prix demandé, pas l'intégralité ;
– n'effectuez pas de paiement à distance sans contrat signé ;
– préférez un organisme agréé situé en France et donc soumis au droit français.

À checker avant de partir

Papiers d'identité et visa
La carte d'identité suffit en Europe. Mais vous devez demander une autorisation de séjour aux autorités locales si vous restez plus de trois mois sur place. Passeport et visa vous seront en revanche nécessaires hors Europe.

Santé et protection sociale
Demandez la carte européenne d'assurance maladie. Elle est gratuite, atteste de vos droits et couvre les frais médicaux en Europe. Hors Europe, vous en serez pour vos frais. N'oubliez pas les éventuels vaccins. Souscrivez une assurance complémentaire santé, responsabilité civile et rapatriement.

Finances
Renseignez vous sur le coût de la vie et prévoyez un budget couvrant vos frais de départ et sur place : hébergement, assurances, visas, transports…

Hébergement
Renseignez vous avant votre départ sur l'existence de formules de logement bon marché : colocation, foyers de jeunes travailleurs, auberges de jeunesse ou chambre chez l'habitant. À moins de décrocher un job où l'hébergement est offert.