1. Le quotidien de Maria, pharmacienne en officine
Portrait

Le quotidien de Maria, pharmacienne en officine

Envoyer cet article à un ami
"Le pharmacien d'officine connaît les histoires de chacun." // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant
"Le pharmacien d'officine connaît les histoires de chacun." // © Bertrand Desprez pour L'Étudiant

À 33 ans, après six années d'études, Maria a choisi de travailler dans une officine de région parisienne. Entre conseils aux clients et prévention, elle nous raconte son quotidien.

Le pharmacien d'officine, c'est le confident de la famille, comme le médecin généraliste. "On connaît les histoires de chacun", assure Maria. Cette pharmacienne de 33 ans a choisi sa voie dès le collège. "En troisième, j'ai effectué mon stage de découverte dans ma pharmacie de quartier. Je n'ai jamais changé d'idée ! J'apprécie la proximité avec les clients, la richesse des rapports humains, le côté scientifique et non répétitif du métier. Je côtoie des personnes de tous âges, atteintes de toutes pathologies. Cela va de la mineure qui vient pour la pilule du lendemain à la personne âgée traitée au long cours."

Mission : conseil et prévention

Maria a effectué ses six années d'études à Paris. Aujourd'hui, elle est salariée dans une officine à Asnières-sur-Seine (92). Son métier comprend une part importante de conseil et de prévention. "Mon rôle est de déchiffrer les ordonnances, de vérifier si elles sont vraies et ne contiennent pas d'erreurs (posologie, incompatibilité), de suivre les traitements longs et lourds, d'alerter le médecin si je trouve qu'un patient ne va pas bien..."

Le pharmacien encadre aussi les préparateurs en pharmacie, placés sous sa responsabilité. Il a donc un rôle de manager. Ce professionnel de santé peut enfin réaliser des préparations, même si cette tâche incombe maintenant davantage aux préparateurs ou aux pharmacies spécialisées dans ce domaine. Parfois, il est amené à prodiguer les premiers soins.

Pas le droit à l'erreur

Pour exercer en officine, il faut donc être psychologue. "Il faut être rigoureux – on peut tuer quelqu'un sur une erreur de déchiffrage d'ordonnance –, avoir un esprit scientifique. Et nous devons nous former régulièrement aux nouveautés de notre domaine." Maria travaille 35 heures par semaine, avec des horaires variables. Elle est "de permanence" un samedi sur deux. En France, les salaires net mensuels des pharmaciens varient environ de 2.000 € pour un débutant à 3.500 €. Les pharmaciens titulaires, c'est-à-dire propriétaires d'officine, gagnent davantage, mais Maria n'aspire pas à cette responsabilité. "Le titulaire gère les employés, la comptabilité, s'occupe des commandes... J'aime moins cet aspect du métier."

Elle souhaite donc rester salariée dans la pharmacie qui l'a embauchée juste après son stage de fin d'études. "J'y travaillais déjà quand j'étais étudiante [c'est possible à partir de la troisième année, NDLR]." Mais la pharmacienne confie que l'emploi, en région parisienne, mollit. "Il y a beaucoup de compétition entre les pharmacies. Cela oblige les petites officines à fermer... En province, la concurrence est moins rude."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Le quotidien de Maria, pharmacienne en officine Le quotidien de Frédéric, pharmacien biologiste en laboratoire de ville Le quotidien de Camille, pharmacienne dans l'industrie Le quotidien de Patrick, pharmacien-praticien hospitalier