1. Bac
  2. Bac de philo 2017 : qu'en pensent les étudiants en philosophie ?
Témoignage

Bac de philo 2017 : qu'en pensent les étudiants en philosophie ?

Envoyer cet article à un ami
 // © letudiant.fr
// © letudiant.fr

Ils ont passé leur bac il y a quelques années et sont maintenant en fac de philo. Comment jugent-ils les sujets du bac 2017 ? Quels souvenirs gardent-ils de l'examen ? Témoignages.

Après le lycée, ils ont choisi la philosophie. En ce jeudi 15 juin 2017, jour du bac philo, ils se remémorent leur épreuve et donnent leurs ressentis sur les sujets.

"Je prends la question à l’envers"

Giulia, en master de philosophie politique à l'université Paris-Diderot, rédige actuellement son mémoire de fin d’études. Elle donne son avis sur l’épreuve de la série littéraire, son ancienne filière.

“À l’époque où j’ai passé le bac, j’aurai choisi le premier sujet "Suffit-il d’observer pour connaître ?", mais aujourd’hui, après mes cinq ans d’études et mon expérience, j’aurai fait le choix du second sujet "Tout ce que j’ai le droit de faire est-il juste ?”.

Une question qui fait écho à sa réflexion en tant que militante anti-capitaliste. Pour illustrer sa réponse elle explique “Je prends la question à l’envers, désobéir au gouvernement c’est interdit, cependant la désobéissance civile devient juste quand les droits sont bafoués”.

Lire aussi : Bac 2017 : les sujets et les corrigés de philo

"Trouver les bons arguments"

Après avoir lu les sujets, Élodie, 21 ans, ancienne terminale S aujourd’hui étudiante en philosophie à l'université Paris 1–Panthéon-Sorbonne, se confie : "Le sujet qui m’a le plus inspiré : "Peut-on se libérer de sa culture ?". Je le trouve plus facile, moins technique et j’aurai eu plus de facilité à trouver les bons arguments que le premier sujet "Défendre ses droits est-ce défendre ses intérêts ?”.

Elle tente d’apporter quelques éléments de réponse : “On est dans une culture, c’est comme une seconde nature. Est-ce qu’on peut s’en libérer ? Oui, mais très difficilement. Il y a toujours la capacité d’adaptation ou de détachement, ça dépend des personnes”.

Cependant, Élodie aurait préféré plancher sur l’épreuve des bacs techno “Pour trouver le bonheur faut-il le rechercher ?”, un sujet qu'elle juge plus pertinent. "Le bonheur est ancré dans les valeurs américaines, alors qu'en France, il n'est pas revendiqué !".

Lire aussi : Bac de philo 2017 : Rousseau et Jean-Pierre Foucault, superstars sur Twitter

Le commentaire : "un moyen de sauver les meubles"

Après un bac ES, passé l’an dernier, Alpha a décidé de s’orienter en licence de philosophie. Son année de terminale “assez laborieuse” en philosophie ne l’a pas empêché d’obtenir un 13/20 au bac, dans cette matière.

Il explique son ressenti sur cette épreuve : “Je trouve que ce n’est pas spécialement plus dur ou plus facile en fonction des années. Pour moi, la philosophie est une question de confort avec le sujet. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé pour moi, je me souviens encore de la question : "Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?”.

En voyant les sujets cette année, il pense qu’il ne se serait pas senti aussi confort et qu’il se serait plutôt penché sur le texte de Hobbes, extrait du "Léviathan". Pour lui, le commentaire est “un moyen de sauver les meubles”.

Ils (re)passent le bac avec l'Etudiant

Chaque année, au moment du bac, l'Etudiant accueille des étudiants en journalisme pour couvrir les épreuves en direct. Enquêtes, reportages, témoignages... Vous pouvez lire cette année sur letudiant.fr les articles de 14 étudiants de l'IEJ : Antoine, Fabien, Heloïse, Inès, Jennyfer, Julia, Kassy, Laura, Laurène, Léa, Luca, Matthias, Pierre et Wallis*.