1. 10 conseils pour postuler en master ou en 3e cycle
Coaching

10 conseils pour postuler en master ou en 3e cycle

Envoyer cet article à un ami
Pour l’admission en master ou dans un 3e cycle, les établissements ont des critères de plus en plus précis. Et la concurrence est rude : le taux de recrutement à l’entrée des meilleurs masters se situe entre 7,5% et 15%. Dans ce contexte, voici 10 conseils qui vous permettront de préparer un solide dossier et de vous démarquer.

Conseil n° 1 : ne faites pas un master sous prétexte que c’est la crise !

Il faut, en effet, résister à la tentation d’ajouter un diplôme à un autre. Il ne serait pas judicieux d’envisager cette formation comme un aboutissement, une fin en soi. Un master n’a d’intérêt que s’il s’inscrit dans un projet professionnel.

Conseil n° 2 : définissez votre projet professionnel

Pour commencer, vous devez déterminer ce que vous avez envie de faire après ce master, et donc prendre le temps de réfléchir et de définir votre projet professionnel. Pour ce faire, n’hésitez pas à solliciter des professionnels travaillant dans le secteur que vous visez. Demandez-leur s’ils peuvent vous accorder un entretien téléphonique pour qu’ils vous donnent, notamment, leur avis sur tel ou tel master. Cela vous aidera à être sûr de votre démarche : vous saurez pourquoi vous faites ce choix.

Conseil n° 3 : venez aux journées portes ouvertes des écoles

"Je conseille de prendre contact avec des anciens élèves, de venir aux journées portes ouvertes, aux forums organisés par les établissements, recommande Marion Leparmentier, directrice des mastères spécialisés de l’ESCP Europe. On voit beaucoup de choses lorsqu’on vient sur place. On est plongé dans le concret : on visite les locaux des écoles, on vous explique le contenu des programmes dans les amphis. C’est notamment l’occasion de poser des questions, d’écouter celles des autres, de repérer les gens présents, de leur demander leur profil, pourquoi ils optent pour tel master, etc. Ces journées aident à affiner son choix."

Conseil n° 4 : choisissez bien votre programme

Plongez-vous dans les brochures des écoles et des universités ! Sélectionnez les programmes qui correspondent le mieux à vos attentes, conformément à vos objectifs ainsi qu’à votre profil personnel et universitaire. La notoriété de l’établissement, les labels, le nombre d’heures de cours, les intervenants, la langue utilisée en cours, la situation géographique, les débouchés... sont autant de critères de choix, à définir selon vos compétences, vos disponibilités ou vos ambitions.
"Ne postulez pas pour plus de 5 programmes, cela accumule du stress. 5, c’est cohérent et gérable dans le temps", préconise Guillaume Verney-Carron, directeur et consultant au sein du cabinet Best Admission.

Conseil n° 5 : ne vous arrêtez pas au coût de la formation

La question financière ne doit pas être le seul critère pour choisir sa formation. Le "retour sur investissement" des masters et 3es cycles reste intéressant. De plus, avec ce précieux sésame, votre profil devient plus attrayant. N’oubliez pas qu’en intégrant une grande école, vous bénéficiez de tous ses services en termes de relations avec les entreprises, d’offres de stage et d’offres d’emploi. Vous pouvez aussi avoir droit à différentes sources de financement : prêts bancaires, bourses ou autres dispositifs.

Conseil n° 6 : prenez le temps de remplir votre dossier

Compléter un dossier d’admission demande du temps. Ce document retrace votre parcours d’études et précise votre projet de carrière. Vous devrez adapter votre CV et votre lettre de motivation selon le cursus choisi, en mettant en avant un stage, un mémoire ou une option, par exemple. Vous devrez aussi réunir certains papiers, dont les photocopies des diplômes et parfois des lettres de référence. Une fois votre dossier dûment rempli, confiez-le pour relecture à une personne de votre entourage ou à un professionnel.

Conseil n° 7 : entraînez-vous pour les tests d’admission

Après un 1er écrémage des candidatures, certaines écoles font passer des tests d’anglais (TOEFL ou TOEIC). Ces derniers évalueront vos connaissances grammaticales, votre niveau de compréhension orale et écrite et votre aisance rédactionnelle. Vous pourrez aussi vous soumettre au test GMAT qui mesure vos aptitudes au management... Entraînez-vous aux exercices environ 2h par jour. Pour cela, de nombreux sites vous aideront gratuitement.

Conseil n° 8 : préparez votre entretien

Beaucoup de jeunes diplômés se mettent une forte pression avant l’entretien d’admission. Le meilleur moyen pour y arriver confiant et bien armé : s’entraîner à cet oral. Sollicitez une personne de votre entourage et demandez-lui de vous poser les questions fréquentes lors de ces entretiens : pourquoi voulez-vous faire un master, avez-vous un projet professionnel précis, pourquoi avez-vous choisi ce 3e cycle, présentez-vous d’autres dossiers, qu’attendez-vous de cette formation ?... Répondez le plus clairement possible.

Conseil n° 9 : ayez une tenue correcte

Cela peut paraître évident, mais la tenue vestimentaire a son importance. Le costume est ainsi recommandé pour les garçons et une tenue plutôt sobre et classique pour les filles. Postuler pour un master, c’est déjà mettre un pied dans le monde du travail.

Conseil n° 10 : faites preuve de motivation à l’oral

Durant l’entretien, il ne faudra bien sûr pas répéter ce que vous avez écrit dans votre dossier. L’oral est une valeur ajoutée. Il s’agit d’avoir un discours argumenté, probant et clair. Encore une fois, il est capital d’arriver à cet entretien avec une connaissance parfaite de l’école, de ses spécificités, du diplôme que vous convoitez. Dites-vous bien que vous n’êtes pas là pour tout raconter ; osez faire des choix.
"Vous avez des points forts, mettez-les en avant ! Montrez que vous êtes motivé, car les écoles recherchent des candidats faisant preuve d’ouverture d’esprit, d’initiative, de détermination, etc.", conseille Guillaume Verney-Carron. Les qualités personnelles comptent aussi durant l’oral. Une personne dotée d’un fort charisme pourra ainsi faire oublier d’autres aspects moins brillants de sa candidature.