1. Les étudiants dans les starting blocks à Neoma BS
Reportage

Les étudiants dans les starting blocks à Neoma BS

Envoyer cet article à un ami
Les starting days à Neoma BS Campus de Rouen, l'occasion de favoriser l'esprit de promo // © Neoma BS
Les starting days à Neoma BS Campus de Rouen, l'occasion de favoriser l'esprit de promo // © Neoma BS

#RécitsdeRentrée Episode 4. A Neoma Business School, la rentrée démarre par une semaine d’intégration, les starting days. Pendant quatre jours, les étudiants de première année s’affrontent autour d’un défi centré sur l’entrepreneuriat social. Objectif : créer un esprit de groupe, découvrir des méthodes de travail et insuffler une conscience écologique.

Un amphi plein, une ambiance survoltée… le vendredi 6 septembre les étudiants de première année à Neoma BS campus de Rouen terminent leur semaine d’intégration. Ils se préparent au dernier défi de la semaine : "pitcher" pendant une minute trente un projet d’entrepreneuriat social sur lequel ils ont travaillé toute la semaine. S’ils ont convaincu les jurys, ils se retrouvent en finale où ils auront trois minutes pour convaincre le grand jury.

"Les 600 étudiants de la nouvelle promotion ont été divisés en plusieurs équipes, réparties en sous-groupes de 10 et encadrées par des coachs professionnels ou des intervenants. Ils ont travaillé pendant quatre jours sur un thème en lien avec l’entrepreneuriat social avec l’objectif d’en sortir un concept de service ou d’entreprise à proposer", explique Isabelle Chevalier, directrice du département Talent et Carrière de Neoma BS.

Pendant une semaine, les étudiants ont alterné entre des "temps d’apport" avec des tables rondes, des conférences de personnalités "inspirantes" et des "temps d’actions" pour élaborer leur projet.

Découvrir de nouvelles méthodologies de travail

Les étudiants ont une semaine pour entrer dans une nouvelle méthodologie de travail, souvent très éloignée de ce qu’ils ont connu, notamment en prépa. "C’est une bonne transition entre l’académique de la prépa et ce que l'on va apprendre ici pendant trois ans", estime Gabriel.

Pour Emma, cette semaine est aussi une occasion de se remettre dans le bain : "je n’avais pas étudié depuis mai, c’est bien de s’y remettre en douceur. Et puis après deux années de prépa où j’ai beaucoup étudié de manière très scolaire, cette approche ludique me convient bien."

Lire aussi : Dix bonnes raisons de faire une école de commerce

Lors de cette dernière journée d’intégration, les étudiants s’initient au "pitch" avec une formation délivrée par un entrepreneur et un metteur en scène. Le premier présente la manière de construire et de structurer un pitch pour le rendre cohérent et lisible. "Le mot pitch vient du base-ball et signifie lancer. L'objectif c'est d'attraper la balle et donc pour nous, d'attraper l'attention de l'interlocuteur".

Puis un metteur en scène leur apprend à scénariser leur pitch pour le rendre plus percutant et faire en sorte que le projet retienne l’attention d’un jury, d’un investisseur, d’une banque. "Vous allez vendre une histoire", déclare le metteur en scène sous le regard attentif des étudiants.

Créer un esprit de groupe

Après le cours en amphi, les étudiants travaillent par équipe sur le pitch de leur concept. Deux étudiants présenteront le projet devant le jury. Concentrés sur leur projet, les étudiants sont soucieux de reprendre les conseils des experts en pitch et de proposer un résumé court et efficace.

Les starting days ont été créés pour constituer un esprit de groupe au sein d’une promotion, "avec les valeurs qui nous sont chères" et "favoriser l’intégration des nouveaux étudiants au sein de l’école", estime Isabelle Chevalier.

Lire aussi : Pré-rentrée à Sciences po : créer un esprit communautaire

L’un des groupes est unanime, parlant d’une seule et même voix, les étudiants indiquent : "nous nous sommes vite entendus. Dès les premières minutes, la gêne et la timidité se sont estompées. Ce groupe nous permet de ne pas être seul au début et c’est précieux."

Pour d’autres ces journées sont un plus mais n’ont pas d’impact en matière d’intégration. "Ces journées permettent de rencontrer de nouvelles personnes, mais, personnellement, je connais déjà pas mal de monde qui viennent de ma prépa, et puis nous n’aurons pas du tout la même classe pendant l’année que pendant les starting days", estime Marguerite, membre d'une autre équipe.

Insuffler une conscience écologique

Depuis 2018, l’école investit le champ de la RSE et oriente les starting days sur cette thématique, notamment sur l’entrepreneuriat social. L’événement a d’ailleurs reçu le label écoresponsable, ce qui implique un cahier des charges à respecter.

"Ces jeunes sont la génération clé pour réussir la transition écologique. Nous voulons leur faire prendre conscience que cette thématique est un vrai sujet de société. Il faut qu’ils apprennent à développer du business soutenable", indique Isabelle Chevalier.

Lire aussi : Rentrée à Polytechnique : les X2019 en mission commando

Cette dernière estime que "les étudiants sont, pour un tiers, déjà investis d’une conscience écologique. L’objectif c’est qu’à la fin de la semaine ils soient à 50% à avoir une conscience écologique et 100% à la fin de l’année."

Favoriser l’apprentissage de pair à pair

Les étudiants de deuxième année sont également impliqués dans les festivités d’intégration. Des membres d’associations étudiantes, comme Enactus ou Déclic entreprendre, accompagnent les étudiants de première année dans leur projet.

"Ils ont organisé un éco-challenge sur le développement durable avec des épreuves communes pour la nouvelle promotion. C’est lors de cet événement que la nouvelle promotion a pris corps", raconte Magali Debray coach en développement personnel et consultante dans le management qui accompagnait l’un des groupes d’étudiants.

"Cette année nous avons mis en place une formation de facilitateur pour les deuxièmes années afin de favoriser l’apprentissage de pair à pair", ajoute Isabelle Chevalier, directrice du centre Talent et carrière de Neoma BS. Ce travail a été fait avec des spécialistes de la facilitation.

Des projets à incuber
A la fin de la journée, huit projets d'entrepreneuriat social ont été sélectionnés parmi les 60 présentés. Cinq prix ont été remis par le grand jury : "Ecobox" par la Matmut ; "RouenCyclage Truck" par la CEN ; "Giv' Eat" par l'Incubateur de Neoma BS ; "Mov' It" par Enactus France ; "RouenParation" par les experts du Village d'experts. Tous les projets présentés sont inscrits dans l’incubateur de l’école. Les projets les plus prometteurs pourront être incubés au sein de Neoma.