Journée Sensationnelles : les sciences et techniques recrutent !

Par Emmanuel Vaillant, publié le 02 Avril 2012
3 min

Mercredi 4 avril 2012 a lieu la journée des « Sensationnelles 2012 » pour la promotion des sciences et technologies dans les lycées. A cette occasion, un rapport intitulé « Repérages » présente une cartographie des jeunes, des formations et des métiers dans les filières scientifiques et techniques. Celui-ci souligne trois constats. Autant d’arguments forts à faire valoir pour susciter des vocations scientifiques pamri les jeunes.
  

Premier constat

 
Chaque année, environ 160.000 jeunes en France acquièrent un diplôme scientifique ou technique, ce qui représente 20 % de la population en formation initiale. C’est peu mais bien au-dessus de la moyenne européenne qui est de 14,3 %. Plus de la moitié des étudiants en sciences et technologies sont formés en université : DUT (diplôme universitaire de technologie), licences, masters ou doctorats. La proportion d’élèves diplômés d’écoles d’ingénieurs est stable depuis 2005 avec des modalités d'accès de plus en plus diversifiés : 30 % entrent par une autre voie que les classes prépas ou les prépas intégrées.
  

Deuxième constat
 

Les jeunes ingénieurs, tout comme les diplômés de BTS (brevet de technicien supérieur), DUT et licences industriels bénéficient d’un meilleur accès à l’emploi que la moyenne des diplômés de l’enseignement supérieur. Par exemple, alors que le taux d’emploi de l’ensemble des élèves du supérieur est de 82 %, il est de 88 % pour les étudiants sortis d’un BTS industriel, 83 % pour les DUT industriels, 92 % pour les licences industrielles et jusqu’à 94 % pour les diplômés d’écoles d’ingénieurs. De plus, le niveau de salaire est généralement plus élevé pour la majorité des diplômes  scientifiques, techniques ou industriels : avec des écarts de 100 à 400 € par mois selon les diplômés.
  

Troisième constat

 
En 2011, 35 métiers scientifiques et techniques ont représenté un potentiel de 130.000 créations d’emplois qui n’ont pas été systématiquement pourvus. Autrement dit, la proportion de jeunes formés dans les filières scientifiques et techniques n’est pas suffisante par rapport à l’ensemble des besoins de recrutements potentiels existants. Notamment parce que les étudiants ne choisissent pas toujours les spécialités où il y a le plus d'embauche. En effet, 5 univers de métiers représentent à eux seuls la moitié des besoins : les  ingénieurs et cadres d’études R & D en informatique, les ingénieurs et cadres d’études en industrie, les ingénieurs et cadres technico-commerciaux, les techniciens production et exploitation de systèmes d’information, et enfin les techniciens d’études et développement informatique.  


 

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road