1. En quête d'un job d'été à l'étranger ? 4 réflexes efficaces
Boîte à outils

En quête d'un job d'été à l'étranger ? 4 réflexes efficaces

Envoyer cet article à un ami
40 entreprises étaient présentes à la Journée Jobs d'été au Centquatre, à Paris, le 26 avril 2016, et proposaient quelque 6.000 jobs en France et à l'international. // © Etienne Gless
40 entreprises étaient présentes à la Journée Jobs d'été au Centquatre, à Paris, le 26 avril 2016, et proposaient quelque 6.000 jobs en France et à l'international. // © Etienne Gless

Un job d'été à l'étranger, c’est beaucoup plus qu’un petit boulot : progrès en langue, nouveaux réseaux et amitiés, expérience et débrouillardise… Foncez ! Comment trouver le bon ? Suivez les 4 conseils de l'Etudiant et du CIDJ.

1. Préparez-vous au moins 3 mois à l'avance

"Commencez à préparer votre projet 3 mois à l'avance, car certaines formalités exigent un délai", préconise Sophie Girardeau, conseillère Europe et international au CIDJ (Centre d'information et de documentation de la jeunesse). "Beaucoup de jeunes se découragent en cours de route. Il faut persévérer."

L'idée est d'avoir le temps de faire le point sur vos compétences et expériences, de rédiger votre CV dans la langue du pays, de trouver votre job et de régler les formalités : trouver un logement, ouvrir un compte dans une banque internationale, souscrire des assurances complémentaires comme une assurance rapatriement.
À savoir : pour un job d'été en Europe, vous pouvez demander la carte européenne d'assurance maladie auprès de votre caisse d'assurance maladie. Gratuite et valable 1 an, elle atteste de vos droits et facilite la prise en charge de certains frais médiaux. 

2. Vérifiez vos droits à l'étranger avant de postuler

Assurez-vous que vous pourrez travailler légalement dans le pays de votre choix AVANT de faire une demande pour un job à une entreprise. La plupart des employeurs ne regarderont même pas votre candidature si vous ne possédez pas les autorisations nécessaires. Souvent, passeport et carte d'identité suffisent pour travailler dans l'un des 28 pays membres de l'Union européenne : en effet en tant que citoyen européen vous pouvez travailler librement dans n'importe quel pays de l'Union (hormis la Roumanie et la Bulgarie).

Mais hors Europe, vous aurez souvent besoin d'un visa : renseignez-vous en France auprès du consulat de votre pays de destination. Attention, des pays réglementent également certains secteurs d'activité et vous pourriez ne pas accéder aux offres de job. Dans tous les cas, vérifiez les conditions de travail et de rémunération en vigueur. 

3. Adaptez votre CV aux codes étrangers

"Faites le point sur vos compétences et expériences pour savoir à quel job prétendre", préconise Sophie Giradeau. Au moment de la rédaction de votre CV dans la langue du pays, vous devez faire un travail d'adaptation pour coller aux normes en vigueur.

Ainsi, pour un job dans un pays anglo-saxon, vous devez créer sur votre CV une rubrique "Références", dans laquelle vous donnez les coordonnées de deux personnes susceptibles de vous recommander (un professeur d'université, un ancien employeur). Gardez-vous par ailleurs de mentionner certaines informations : "En raison des lois antidiscriminations, l'âge, le sexe, le statut familial et la photo d'identité sont des informations illégales aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. Mentionnées sur votre CV, elles le mèneraient directement à la poubelle !" met en garde Sophie Girardeau.

Pour les pays européens, vous pouvez utiliser le CV européen : le site Europass vous aidera à en rédiger un qui permet de vous présenter de manière claire, universelle et reconnue dans l’Union européenne. Pensez bien sûr à faire relire votre CV par une personne anglophone ou maîtrisant la langue du pays concerné.

4. Repérez les secteurs qui recrutent

Une façon d'optimiser vos chances de trouver un petit boulot à l'étranger est bien sûr de viser des entreprises friandes de jeunes Frenchies. L'hôtellerie-restauration est le secteur où les jobs restent les plus faciles à dénicher : ils demandent peu d'expérience, et le turnover est important. Quelques sites à visiter pour consulter des offres : caterer.com, spécialisé dans les jobs au Royaume-Uni. La rubrique “Emploi” du site lhotellerierestauration.com vous fournira quant à elle des pistes dans le monde entier (Europe, États-Unis...).

Clubs de vacances, campings, parcs d'attractions recherchent des accompagnateurs, du personnel de réception, des moniteurs sportifs et des animateurs. Pour trouver un job dans le secteur du tourisme, vous pouvez consulter leisurejobs.com, resortwork.co.uk ou seasonworkers.com (sites en anglais) ou encore jobanim.com.

Si vous avez votre BAFA (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur), vous pouvez postuler auprès de nombreuses associations qui proposent des séjours à l'étranger en centres de vacances pour enfants et adolescents. Les organismes de séjours linguistiques recrutent aussi des accompagnateurs de groupes de jeunes à l'étranger. Quelques sites pour trouver des offres : animjobs.com, planetanim.com, loffice.org, rubrique “Jobs et stages à l'étranger”.

Enfin, si les travaux agricoles ne vous font pas peur, vous pouvez postuler pour la cueillette et le ramassage des fruits et légumes dans les exploitations agricoles. Vous trouverez des offres au Royaume-Uni sur fruitfuljobs.com et dans de nombreux pays sur pickingjobs.com.

Attention aux offres bidon !
"Des structures vous promettent un job facile à l'étranger avec un bon salaire moyennant des frais de dossier. Vous risquez de ne décrocher qu'un entretien garanti et non un vrai job", prévient Sophie Girardeau. Payer pour un job ou un hébergement peut donc ne pas s'avérer un bon plan. Dans tous les cas évitez le travail au noir.