Ma vie d'étudiante à Montréal : Léa, en 3e année de licence à l'UQAM

Par Daisy Le Corre, publié le 28 Avril 2015
5 min

Après avoir validé deux années de psychologie à l’université François-Rabelais de Tours (37), Léa poursuit sa troisième année de licence à l’UQAM (Université du Québec à Montréal).

C'est en août 2014 que Léa, 20 ans, a posé ses valises à Montréal, au Québec. "C'est un rêve depuis que je suis petite ! Mes parents m'ont soutenue dans ce projet", raconte l'étudiante, qui avait prévu de venir au Canada dès sa première année de licence. L'envie d'une autre méthode d'enseignement a conforté son choix.

"En France, je trouvais mes études stressantes. Pour mes partiels, je révisais parfois jusqu'à dix heures par jour ! Ici, il n'y a pas de gros examen final pour lequel il faut réviser quatre mois de cours en deux semaines… On a des ‘intras’, des examens à chaque moitié de session. Cela me convient mieux."

Léa cumule douze heures de cours par semaine et consacre autant de temps au travail personnel. Parfaitement intégrée et épanouie dans son nouvel environnement scolaire, elle ne regrette rien et envisage de continuer en maîtrise à l'UQAM. "Il y a des cours que je n'aurais pas pu suivre en France, comme celui sur la psychologie de la motivation et des émotions ! Et le professeur est drôle et décalé, ça facilite l'apprentissage !"

Des professeurs qu'on tutoie

Une atmosphère détendue, des enseignants disponibles qu'il est normal de tutoyer : Léa ne rêvait pas mieux. "Les professeurs nous fournissent aussi beaucoup de documentation en anglais. D'ailleurs, mon niveau d'anglais a évolué à la vitesse grand V en deux mois à peine."

Après les cours, Léa profite des installations sportives mises à sa disposition par l'université, à raison de dix heures par semaine.

En deux jours, Léa a trouvé un appartement de 60 m² qu'elle partage avec trois colocataires.

Environ 530 € de budget mensuel

Le budget de Léa, partie avec un programme d'échange franco-canadien lui permettant de ne payer que le montant des frais universitaires français, est bien ficelé. "Mes parents me paient mon loyer (300 € par mois), ma carte de transport (33 € par mois) et ma nourriture (142 € par mois). Pour les sorties (71 € par semaine) et les vêtements, c'est ma carte bancaire qui chauffe. Heureusement que j'avais mis un peu d'argent de côté en pré­vision de mon séjour !"

Quand l'envie lui prend de changer d'air, Léa profite de la situation géographique de son campus pour faire du tourisme. "Avec mes parents, qui sont venus en octobre, j'ai passé trois jours à Québec et, là, je suis en train de m'organiser pour aller visiter New York, Toronto, Pittsburg et Boston !"

Une colocation trouvée en deux jours

Pour trouver son logement, Léa a surfé sur le site canadien kijiji.ca et, en deux jours, elle a mis la main sur son appartement ! "Je partage 60 m² avec trois colocataires, dont une Suédoise qui est devenue une superpote et qui m'apprend à cuisiner !"

Léa avoue avoir plus d'amis québécois que français ! Elle les a rencontrés sur Tinder principalement, car, "comme il n'y a pas de ‘tronc commun’ à la fac, ce n'est pas facile de nouer des amitiés durables puisque les têtes changent à chaque cours…"

Trois fois par semaine, elle sort avec ses amis pour boire des verres et faire de nouvelles connaissances. Son QG, c'est l'Etoh, un bar près de chez elle où il y a souvent des expositions sympas. "Les personnes que j'ai connues via le Net ne sont pas des rencontres glauques comme certains pourraient l'imaginer… mais sont devenues de vrais amis", assure Léa, toujours over-connectée.

Avant de partir…
Préparez-vous à utiliser une nouvelle langue : le québécois ! Mais aussi à "switcher" régulièrement du français à l'anglais, bilinguisme oblige. Si on découvre assez rapidement qu'une voiture s'appelle "un char" et que "les ustensiles" sont l'équivalent de nos couverts, d'autres expressions peuvent prêter à confusion.

Réunissez les documents nécessaires pour le visa de résident temporaire : passeport, lettre d'admission de l'établissement sur place, CAQ (certificat d'acceptation du Québec)… Prévoyez un budget puisque vous devez justifier de ressources financières suffisantes : environ 710 € par mois pour toute la durée de vos études.

Mettez-vous dans l'ambiance avec Québec Land (éditions Sarbacane), une BD humoristique qui relate l'expérience de deux Français en Amérique du Nord ! Et suivez sur YouTube les conseils vidéo de Mélanie, étudiante à l'université de Concordia, à Montréal.

Son budget sur place
Logement
300 € par mois (colocation), de 270 € à 520 € par mois (résidence universitaire) ou 400 € par mois en solo. Petites annonces dans la Presse, le Journal de Montréal, Métro, 24 Heures, ou sur kijiji.ca ou lespac.com

Transport
La carte Opus mensuelle (bus et métro) coûte 33 € si vous êtes étudiant à temps plein dans un établissement reconnu par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec et si vous avez moins de 26 ans.

Téléphone
35 € par mois pour un forfait SMS illimités et 1 Go Internet. Pour une connexion Internet à domicile : un peu plus de 71 € par mois.

Nourriture
Le prix moyen d'un sandwich, en restaurant universitaire, est de 3,50 € et celui d'un café, de 0,70 €. Pour un repas "complet" (plat + boisson + dessert), prévoyez 7 € environ.

Bons plans
Pour obtenir des réductions dans une centaine de magasins, procurez-vous la Student Price Card (SPC). Également : Craigslist un nid de bonnes affaires ! Et pour manger sain sans dépenser trop : les quatre marchés publics de Montréal.

Les sites utiles
- L'ambassade du Canada en France.
- L'Association des universités de la francophonie canadienne.
- La CREPUQ (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec).
- La délégation générale du Québec à Paris.
- L'OFQJ (Office franco-québécois pour la jeunesse).

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !