1. Partir en Australie : le visa Vacances Travail moins cher et plus souple en 2017
En bref

Partir en Australie : le visa Vacances Travail moins cher et plus souple en 2017

Envoyer cet article à un ami
À vous les plages de Sydney ! // © iStockphoto
À vous les plages de Sydney ! // © iStockphoto

Le visa Vacances Travail est LE bon plan si vous voulez vivre une expérience en Australie. Il permet en effet de travailler et/ou d'étudier sur place, tout en voyageant. Le dispositif, très réglementé en raison des fortes demandes, évolue cependant pour attirer plus de jeunes.

Envie de passer une année au pays des kangourous ? Tenté par une aventure hors des sentiers battus des échanges scolaires classiques ? La formule du visa Vacances Travail ou WHV (Working Holiday Visa) est faite pour vous. Depuis 2004, 200.000 jeunes Français ont choisi de partir en Australie avec un VVT, dont 28.000 en 2016.

Études, road-trip, bénévolat, jobs... : les possibilités d'activités sont diverses et permettent à chacun d'y trouver son compte. Son principal atout : pouvoir financer son voyage sur place avec des contrats de travail de courte durée.

À consulter aussi : Nos offres de jobs étudiants en Australie

Une expérience pour les 18 - 35 ans

Bonne nouvelle pour 2017 : les conditions d'accès à ce visa Vacances Travail ont été assouplies et devraient être effectives dès janvier. Le gouvernement envisage d'étendre l'âge maximum de 30 à 35 ans, pour inciter à plus de demandes. Le visa coûtera également 35 € de moins : il faudra débourser désormais 270 € pour son obtention. Enfin, sur une année, la possibilité d'exercer une activité rémunérée était limitée à six mois chez le même employeur. Elle passe désormais à douze mois, sous réserve d'être effectuée dans une région différente. La durée maximum d'études, quatre mois, reste la même.

Un an ou deux maximum

La durée de ce visa est limitée à un an. Toutefois, il est possible de solliciter un prolongement d'un an supplémentaire, sous réserve d'avoir effectué trois mois de travaux saisonniers dans certains secteurs d'activité et régions rurales d'Australie qui manquent de main d'œuvre.

Attention : les détenteurs de ce visa sont imposés sur leurs revenus. À prévoir dans votre budget.

Pour aller plus loin : Ma vie d'étudiante en Nouvelle-Zélande : Estelle, une future ingénieure aux antipodes