1. Supérieur
  2. Paris 1 se mobilise contre l'expulsion d'un étudiant guinéen sans-papiers
En bref

Paris 1 se mobilise contre l'expulsion d'un étudiant guinéen sans-papiers

Envoyer cet article à un ami
À la Sorbonne, la pétition en soutien à Abdoulaye a déjà recueilli 2.000 signatures. // © cc/flickr/stevecadman
À la Sorbonne, la pétition en soutien à Abdoulaye a déjà recueilli 2.000 signatures. // © cc/flickr/stevecadman

Étudiant en France, Abdoulaye risque d'être renvoyé vers son pays, la Guinée-Conakry. Le jeune homme de 25 ans est sans-papiers. Un comité de soutien s'est créé à l'université Paris 1.

L'université Paris 1 se met en branle pour Abdoulaye, 25 ans, étudiant et réfugié en France. En mai 2016, à son arrivée de Guinée-Conakry, le jeune homme s'est inscrit en deuxième année de licence d'AES (administration économique et sociale). Aujourd'hui, il risque d'être renvoyé vers son pays. Lors d'un contrôle d'identité, des policiers ont relevé qu'il n'avait pas correctement rempli sa demande d'asile politique. Le 14 septembre 2016, il a été placé en détention dans le Val-de-Marne. 

Il risque la prison et la peine de mort

Depuis, plus de 30 enseignants-chercheurs en études africaines ont lancé une pétition pour demander la "libération et la régularisation" du jeune homme. D'un jour à l'autre, il sera renvoyé vers la République de Guinée "où il encourt pourtant une répression politique mortelle", d'après son comité de soutien. Le jeune guinéen explique sur le site "BuzzFeed" qu'il était un farouche mais pacifique opposant au régime du président Alpha Condé.

Lire aussi : Un camarade de classe sans-papiers ? Comment vous pouvez l'aider

Interrogé par nos confrères du "Monde", Georges Haddad, le président de Paris 1 se dit déterminé à l'épauler jusqu'au bout : "Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir en tant que président d’université – car c’est l’honneur de Paris 1 qui est en jeu – et en tant que citoyen engagé pour les droits humains". Le 27 septembre 2016, la pétition avait dépassé la barre des 2.000 signatures. 

Pour aller plus loin : Kadiatou : “Sans papiers, j’allais au lycée la peur au ventre” / Élèves sans papiers : 7 questions-réponses sur vos droits / Héloïse Nio crée une école pour former les refugiés à la langue française / Les étudiants engagés auprès des réfugiés en appellent à plus de courage politique