1. Meilleures villes étudiantes du monde : Paris chute, Toulouse gagne des places
Bancs d’essai

Meilleures villes étudiantes du monde : Paris chute, Toulouse gagne des places

Envoyer cet article à un ami
Toulouse a gagné quatre places dans le classement des meilleures villes étudiantes du monde. // © Adobe Stock/B.Piccoli
Toulouse a gagné quatre places dans le classement des meilleures villes étudiantes du monde. // © Adobe Stock/B.Piccoli

Chaque année, QS Top universities publie son classement des 120 meilleures villes étudiantes du monde. Parmi elles, Paris, Lyon, Toulouse et Montpellier. Même si les villes françaises perdent du terrain (à l’exception de Toulouse), leur attractivité semble toujours d’actualité.

Une fois de plus, Londres (Royaume-Uni) arrive en tête du classement QS des meilleures villes étudiantes du monde. Sur le podium, on retrouve également deux habituées : Tokyo (Japon) et Melbourne (Australie). Et si Paris reste dans le top 10, la capitale française – qui se classe au 7e rang mondial – perd deux places et se fait devancer par deux villes allemandes : Munich et Berlin.

Dans ce palmarès, plusieurs critères sont pris en compte tels que le nombre et la performance des universités, l’employabilité, le taux de pollution, la sécurité, la diversité des étudiants, les frais de scolarité… Trois autres villes françaises sont présentes dans le classement : Lyon (50e), Toulouse (74e) et Montpellier (100e). La Ville rose est la seule à avoir gagné quatre places dans le classement général.

Lire aussi : Palmarès 2018 des villes étudiantes : Lyon et Toulouse en tête

Toulouse, "une ville de fêtards"

Et pour cause ! D’après Faustine, étudiante de 21 ans en école d’informatique, Toulouse est une ville très conviviale. "Ce qui attire le plus, c’est la localisation : on est entre l’Atlantique et la Méditerranée, près des Pyrénées et puis il y a l’idée du Sud avec le soleil et l’esprit de convivialité qui donne envie." Originaire de Paris, l’étudiante estime que les Toulousains sont plus respectueux et plus accueillants.

Pour les étudiants, Toulouse fait aussi figure de ville d'excellence dans les domaines de l’aéronautique et l’aérospatiale. "Je crois que Toulouse est aussi réputée pour des filières comme le droit et la médecine", ajoute Faustine.

Dans le classement, Toulouse apparaît aussi comme une ville plutôt abordable. L’ex-étudiante en physique payait son studio 360 € par mois. "Il y a une vraie politique en faveur des étudiants : il y a constamment des bons plans, les loyers sont assez abordables par rapport à Bordeaux ou Aix-en-Provence et pour ce qui est des transports en commun, on s’en sort pour 10 € par moi, c’est imbattable."

Autre point fort : la vie étudiante. "C’est une ville de fêtards ! Il y a beaucoup de soirées étudiantes notamment autour de la place Saint-Pierre, c’est très animé." Attention tout de même à l’insécurité qui règne dans certains quartiers. "C’est la seule chose qui peut effrayer les étudiants", reconnait Faustine.

Lire aussi : Etudier à Toulouse: les avantages selon Marine

L'attractivité des villes françaises en hausse

Néanmoins, Paris, Lyon et Montpellier ne sont pas en reste. La capitale gagne notamment des points sur le critère "désirabilité" qui comprend le score de pollution, de sécurité, de corruption ainsi que l’avis des étudiants sur leur ville de rêve. Paris se classe donc 14e sur cet indicateur composite, contre 20e en 2018. L’employabilité des jeunes est aussi un atout pour la capitale qui se place 7e sur 120, loin devant Lyon (65e), Toulouse (100e) ou Montpellier (112e). Les entreprises semblent y avoir déniché les meilleurs établissements pour embaucher ceux qu’elles considèrent comme ayant des hauts potentiels.

À Lyon, c’est le coût de la vie qui est mis en avant. Notamment à travers les frais de scolarité mais aussi, plus surprenant, le prix d’un Big Mac et d’un iPad. La ville se classe 29e tout comme Toulouse et Montpellier.

Cette dernière remporte d’ailleurs des points concernant la diversité de ses étudiants. L’indice de tolérance et d’inclusion ainsi que sa proportion d’étudiants, français et internationaux lui permet d’atteindre la 23e place, devant Paris (26e), Toulouse (32e) et Lyon (61e).

Retrouvez dès le 20 septembre notre classement exclusif des villes étudiantes.