Décryptage

Mon premier job ne me plaît pas, que faire ?

Si vous vous ennuyez dans votre premier job, faites le point.
Si vous vous ennuyez dans votre premier job, faites le point. © plainpicture/alt6/Jean-François Brière
Par Yves Deloison, publié le 23 mai 2017
4 min

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes : vous avez décroché un job, la négociation s’est bien passée et, pourtant, votre boulot ne vous plaît pas. Quelle stratégie déployer ? Quelle décision prendre ?

Vous pensiez avoir tout envisagé en amont, et pourtant, vous êtes déçu par votre premier emploi. Qu'il s'agisse du contexte, des missions, du rythme de travail ou des relations avec les collègues, il existe mille raisons de ne pas se satisfaire d'un nouveau job, d'autant que le manque d'expérience peut engendrer des déconvenues.

"Au cours de l'entretien, le recruteur a tendance à ne mettre en avant que les points positifs du poste", démarre Alexandra Petitsigne, consultante en évolution professionnelle à l'APEC (Association pour l'emploi des cadres). Puis une fois sur le terrain, la situation s'avère différente de celle présentée initialement. "On peut par exemple avoir sous-estimé la part administrative du reporting, poursuit-elle. Peut également émerger un problème avec le manager direct, le n+1, qui n'est pas forcément celui qui a validé le recrutement."

Quelle stratégie adopter ?

"En premier lieu, il est impératif d'appréhender calmement la situation en prenant du recul pour revoir son offre de service et sa stratégie, explique Alexandra Petitsigne. Avant même de se demander quoi faire ensuite, il faut d'abord évoquer ce qui ne convient pas dans le poste." Comment ? En se posant quelques questions pertinentes : qu'est-ce qui ne vous plaît pas concrètement ? Pourquoi avoir choisi cette voie professionnelle à l'origine ? Etc. "Puis, pour être en phase avec soi-même, réfléchir en profondeur à ses priorités passe par l'analyse de ses motivations, aspirations et valeurs, souligne la consultante. Pour cela, il est préférable de rencontrer un conseiller en insertion. Il sera neutre et objectif lorsque vous évoquerez les pistes qui vous correspondent, ce qui n'est pas toujours le cas des proches."

Lire aussi : Pour quels métiers êtes-vous fait(e) ?

Réfléchir avant de parler

"Passé le choc du constat, on se sent totalement démuni, lance la consultante. En général, les jeunes ne savent pas comment réagir en début de carrière car ils n'ont pas encore conscience de ce qu'ils apprécient ou pas. C'est souvent parce qu'il n'y a pas eu un travail approfondi d'introspection et d'analyse des choix professionnels, indispensable au préalable."

Face à la déception, certains sont dans le déni et se persuadent que tout finira par se régler alors que d'autres préfèrent prendre le taureau par les cornes afin de débloquer la situation. "On peut notamment éprouver le besoin d'en parler à son n+1 pour envisager les portes de sortie", pointe-t-elle. Mais attention, pas question de prendre rendez-vous sans réelle réflexion car la meilleure manière de sortir de l'ornière consiste à comprendre les raisons de l'inadéquation entre le nouveau poste et soi.

Rester ou partir ?

Cette analyse complète doit vous permettre de piloter vos choix et de repérer les éventuelles solutions de mobilité interne ou externe : refonte des missions, accès à d'autres postes, changement de service dans l'entreprise par exemple. "Si vous êtes sûr de vouloir quitter l'entreprise, cette démarche est favorable car elle alimente votre réflexion et permet d'explorer d'autres pistes, notamment en consultant les fiches métiers et/ou en rencontrant des professionnels afin d'évoquer leurs missions", propose Alexandra Petitsigne.

Enfin, sachez tirer les leçons de cette mésaventure en creusant chaque point clé lié au poste ou au contexte de travail au cours des prochains entretiens d'embauche.

Comment argumenter auprès du manager ?

Afin d'éviter tout malentendu avec votre manager, présentez-lui la demande d'entretien comme un bilan d'activité, puis expliquez concrètement pourquoi vous n'êtes pas à l'aise avec le job.

Soyez transparent et honnête sur vos interrogations et vos attentes. Exposez les faits le plus objectivement possible afin d'engager le dialogue. "Votre n+1 peut comprendre la situation et partir du principe qu'on a le droit de se tromper et de l'assumer", argumente Alexandra Petitsigne.

Pour expliquer le décalage entre le poste tel qu'il vous a été présenté et la réalité, ne l'accablez pas de reproches personnels. S'il y a une surcharge d'activités, dites que c'est sans doute ponctuel. Interrogez votre supérieur sur ses éventuelles propositions.
Enfin, avant toute décision hâtive, vous pouvez proposer de renouveler la période d'essai afin d'envisager des ajustements.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !