1. Ces diplômés de Sciences po inventent le stage en temps partagé
Portrait

Ces diplômés de Sciences po inventent le stage en temps partagé

Envoyer cet article à un ami
 // © Photo fournie par le témoin
// © Photo fournie par le témoin

Passer 4 jours par semaine en entreprise et 1 jour dans une association lorsqu’on est en stage étudiant, c’est possible ! Pour proposer et développer cette formule, Holly et Félix, tous deux diplômés de Sciences po Paris, ont créé Stagiaires sans frontières.

Permettre à des étudiants d'effectuer un stage en entreprise tout en leur dégageant du temps libre pour être bénévoles dans une association, tel est le concept inventé et porté par Holy et Félix, tous deux diplômés de Sciences po Paris.

L'idée fondatrice de l'association Stagiaires sans frontières a commencé à germer dans la tête de Félix pendant l'été 2012. “J'aidais l'association d'un ami de mes parents au Cameroun et je me suis dit qu'on pourrait très bien vivre cette expérience tout en faisant son stage d'études obligatoire”, résume le jeune diplômé.

En 2013, 9 étudiants de Sciences po tentent l'expérience. L'année suivante, 48 jeunes dans 7 pays font de même. Et en 2015, l'association accompagne sa première stagiaire en France. “Elle passe 80 % de son temps chez Saint-Gobain et le reste chez Emmaüs Défi”, raconte Félix. L'intérêt pour elle ? “Développer ses compétences professionnelles dans des milieux différents, pouvoir faire valoir cette double expérience sur son CV.”

Le plus pour l'entreprise ? “Attirer des jeunes engagés, curieux et porteurs d'un projet RSE [responsabilité sociétale des entreprises, NDLR] concret dans lequel d'autres collaborateurs peuvent s'engager.”

L'enjeu pour les écoles ? “Le mot engagement, souvent affiché, se transforme en acte.” Depuis septembre 2015 et pour 6 mois, 20 stagiaires – “pas seulement de Sciences po”, précise Holy – expérimentent la formule dans l'Hexagone.

Pour aller plus loin : Concours Sciences po : dates et inscriptions pour candidater aux IEP / Au cœur de Sciences po Paris : à l'école du débat / À quoi mène vraiment Sciences po