Classement 2022 des lycées : l'atout des lycées à taille humaine

Par Thibaut Cojean, publié le 23 Mars 2022
8 min

Puisqu'il prend en compte l'accompagnement des élèves, le classement 2022 des lycées de l'Etudiant met une nouvelle fois les établissements à taille humaine en lumière. Les bonnes relations de l'équipe pédagogique avec les familles ont aussi un impact sur les résultats des élèves. Alors, les meilleurs lycées sont-ils ceux à petits effectifs ? Pas si simple.

Au total, 2.297 lycées figurent dans le classement 2022 des lycées généraux et technologiques de l'Etudiant. En moyenne, chacun d'entre eux a présenté 219 élèves au bac. Les vingt lycées ayant les meilleures notes ont quant à eux présenté 95 candidats en moyenne. Et les cinq premiers, 78.

L'accompagnement des élèves au lycée, un critère de réussite

La taille d'un lycée augurerait-elle de sa qualité ? Ce n'est pas si simple. Le classement de l'Etudiant prend en compte l'accompagnement des élèves, à travers trois indicateurs : la stabilité (le fait de conserver ses élèves de la seconde jusqu'au bac), la capacité à les faire progresser et la capacité à les faire briller.

Pour ces deux derniers critères, le ministère de l'Éducation nationale calcule des taux de réussite et de mention "attendus", déterminés à partir des résultats scolaires des élèves et de leurs profils socio-économiques. Si un lycée obtient de meilleurs résultats que ceux espérés, on considère qu'il a réussi à faire progresser (taux de réussite) et à faire briller (taux de mention) ses élèves.

C'est notamment le cas du lycée Bernat Etxepare de Bayonne (64), qui a présenté 100 élèves au bac 2021 : 100% de réussite contre 97% attendu, et surtout 94% de taux de mention contre 62% attendu. Une performance qui lui vaut la note moyenne de 19,36/20, et la première marche du podium.

"Les résultats de l'an dernier n'ont pas beaucoup de sens, avoue Iban Thicoipe, le directeur de l'établissement privé. Une grande partie de nos mentions ont été obtenues grâce, ou à cause, de l'instauration du contrôle continu et il y a pu y avoir une sur-notation de la part des enseignants." Même le grand oral, qui s'est tenu fin juin comme prévu "a été un sketch", juge le responsable. "Les directives étaient de ne pas mettre de mauvaise note."

Lire aussi

"Les élèves nous appellent par nos prénoms"

Le chef d'établissement prend pourtant cette performance au sérieux, et l'attribue à l'accompagnement appuyé des élèves. "Nous avons mis en place un système de tutorat, explique-t-il. Chaque enseignant a à sa charge une douzaine d'élèves qu'il suit toute l'année. Et à chaque trimestre, on organise une matinée de tutorat le samedi pour la famille et pour l'élève." Ce "suivi très proche" des élèves a été notamment important ces deux dernières années, marquées par la crise sanitaire et les confinements, et a permis d'identifier "des soucis nouveaux, des problèmes émotionnels liés à la pandémie".

Autre particularité du lycée : "On enseigne 100% en langue régionale." Un apprentissage immersif qui lui permet d'attirer des élèves de "tout le pays basque". Certains font plus de deux heures de trajet quotidien aller-retour, d'autres sont obligés de dormir à l'internat la semaine. Surtout, cela pousse les élèves à rester dans le même lycée jusqu'au bac ! L'établissement récolte ainsi la note de 20/20 en indice de stabilité.

L'équipe enseignante est stable elle aussi. "Ils doivent parler basque, donc les professeurs restent", explique Iban Thicoipe. De plus, "ils sont de la région, ils connaissent les familles". Une proximité installée par la langue qui se ressent aussi dans les relations avec les élèves. "Ils nous appellent par nos prénoms", souligne le directeur.

Lire aussi

Confiance des familles rime avec réussite des lycéens

Ces bons rapports avec les familles sont aussi l'argument principal avancé par Elisabeth Comiti-Teigné pour expliquer la troisième place du lycée corse de la plaine de Pruneli Di Fiumorbo (2B), avec 109 élèves présentés au bac 2021. "Nous sommes un petit établissement avec des équipes très soudées. On connaît très bien les élèves et leurs familles, on les suit de près", explique la proviseure.

Dans ce lycée de zone rurale, les élèves restent généralement de la seconde à la terminale, ce qui permet de tisser "des relations très fortes avec les parents d'élèves et les fédérations de parents". Selon elle, cela "permet d'améliorer le suivi de l'ensemble".

"Notre gros soutien, ce sont les parents, qui nous font confiance", loue également Chrisophe Reynaud, directeur du lycée Saint-Joseph de Villefranche-de-Rouergue (12), quinzième ex-aequo avec seulement 40 élèves présents au bac 2021. Un effectif qui "permet d'avoir des groupes restreints en spécialités et un suivi à taille humaine, quasiment individualisé".

Ne pas se fier à la taille des lycées

Au niveau de la stabilité, certains élèves restent dans cette même cité scolaire de la campagne aveyronnaise de la sixième à la terminale, "même si on se fait piller nos meilleurs élèves par les gros lycées de Rodez", regrette le directeur. Une fois encore, l'aspect relationnel est mis en avant. "On connaît chacun de nos élèves, c'est un gros avantage !"

Mais attention à ne pas s'arrêter aux effectifs des lycées. Car si ces bons rapports sont logiquement plus facilement atteignables dans des lycées à taille humaine, le nombre d'élèves ne constitue pas toujours un critère de qualité. Il n'est d'ailleurs pas pris en compte dans le classement de l'Etudiant, car certains très gros lycées accompagnent parfois beaucoup mieux leurs élèves que d'autres n'ayant qu'une seule classe.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !