Terminale : comment travailler l'histoire géo à distance ?

Par Florian Dacheux, publié le 24 Avril 2020
4 min

En ces temps de confinement, comment travailler à distance pour les élèves de terminale des options S, ES, L, STMG et ST2S ? Décryptage et bons conseils pour ne pas décrocher en histoire-géographie.

À l’heure du confinement, professeurs et élèves ont dû s’adapter pour télétravailler et échanger à distance. Les épreuves du baccalauréat étant annulées, la fin d’année risque d’être rocambolesque. Une opportunité pour lâcher prise ? Pas vraiment.

Ne pas oublier le 3e trimestre

Professeur d’histoire-géo en STMG et ST2S au lycée Saint-Thomas-de-Villeneuve à Saint-Germain-en-Laye (78), Peter Papon a su garder un lien avec ses élèves via l’application Zoom. Il résume assez bien la situation en rappelant : "Ceux qui entrent dans le cliché 'moi j’attends le mois de mai pour bosser', ils vont être très embêtés !" Reste en effet la possibilité de nouveaux contrôles des connaissances, et certaines évaluations du 3e trimestre auront bien lieu, notamment en histoire-géographie.

Lire aussi

Régularité et objectifs à court terme

L’enjeu pour les élèves est de garder la motivation. Pour ce faire, le rythme de travail doit être régulier. "La régularité est essentielle, que ce soit en période de confinement ou hors confinement, précise Guillaume Casabianca, professeur d’histoire-géographique en classe de terminale littéraire au lycée Georges Brassens de Courcouronnes (91). Ce qui prime, c’est le fait de pouvoir revenir régulièrement sur différents chapitres. Au moins une heure en moyenne par jour."

Autrement dit, rien ne sert de potasser pendant 4h un chapitre au risque de ne plus être efficace à l’arrivée. Mieux vaut une routine claire et précise. "Il est préférable de se choisir des moments particuliers dans la journée où l’on se fixe des objectifs raisonnables et atteignables en 2h, ajoute Guillaume Casabianca. Quand on se lance dans des choses trop massives, on peut très vite se sentir perdu, ce qui est tout à fait normal dans la mesure où on n’a pas un professeur à côté pour cadrer le travail et donner des étapes."

Un avis partagé par son homologue de Saint-Germain-en-Laye : "Il faut adapter un régime plus souple pour être plus efficace dans son implication. C’est le moment ou jamais de se réapproprier ses cours, de réécrire certains, de revoir les définitions. La méthodologie, c’est toute une gymnastique."

Lire aussi

Confronter ses connaissances et préparer l'après-bac

Après avoir révisé un chapitre sur l’Afrique en réalisant une étude de cas sur le Sahara et une fiche personnelle de connaissances, pourquoi ne pas confronter ses connaissances avec d’autres informations glanées ici et là ? À commencer par Internet, les manuels scolaires gratuits mis en ligne par les éditeurs, les visites virtuelles de monuments ou encore l’actualité autour du Covid-19.

"La crise mondiale actuelle permet de boucler un chapitre sur la mondialisation, commente Guillaume Casabianca, qui recommande par ailleurs les podcasts des émissions de France Culture en lien avec le programme scolaire. Les élèves peuvent s’en servir pour intégrer des notions et des éléments utiles à garder à l’esprit."

Pour Peter Papon, tout est une question de curiosité. "Il y a de très bons films d’histoire, comme je peux conseiller "Star Wars" ou "V pour Vendetta". Il y a des jeux en lien avec la Première Guerre mondiale où l’on retrace et on revit en 2D façon Mario. On se retrouve à lire des lettres de Poilus. Sans oublier les documentaires et les séries. Tout est bon à prendre."

Human road Human road