Au lycée général, des profils marqués par les spécialités

Par Thibaut Cojean, mis à jour le 14 Decembre 2021
5 min

INFOGRAPHIES. Les choix de spécialités des élèves de première et de terminale générale dessinent des parcours spécialisés mais restent assez peu diversifiés. Selon les spécialités, la parité entre garçons et filles est loin d'être atteinte.

En première comme en terminale générale, la grande majorité des élèves choisissent toujours des spécialités leur donnant un profil scientifique, littéraire ou économique et social. Les chiffres communiqués par la Depp (le service statistiques du ministère de l’Education nationale) concernant les élèves scolarisés cette année montrent qu’ils ne mélangent pas beaucoup les spécialités de familles différentes.

Lire aussi

Peu de combinaisons de spécialités éclectiques

En première comme en terminale, les sept spécialités les plus classiques restent celles privilégiées par les élèves : mathématiques, sciences économiques et sociales (SES) et physique-chimie sont incontestées sur le podium, devant sciences de la vie et de la Terre (SVT) et histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP). Viennent ensuite les langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER) et enfin humanités, littérature et philosophie (HLP).

En première, près de 60% des élèves ont combiné ces spécialités dans un schéma très dominé par les sciences (maths-physique-chimie-SVT, maths-NSI-physique-chimie, etc.), l’économie (SES-HGGSP-LLCER, SES-HGGSP-Maths) ou les lettres (HLP-LLCER-HGGSP, HLP-LLCER-Arts). Si peu d’élèves choisissent des combinaisons éclectiques, c'est sans doute car les spécialités plus rares n’attirent pas beaucoup : 9,6% des élèves ont choisi numérique et sciences informatiques (NSI) en première, 5,2% sciences de l’ingénieur (SI), 6,6% arts et seulement 0,2% littérature, langues et cultures de l’Antiquité (LLCA).

Lire aussi

Le latin et le grec font moins que la nouvelle spécialité éducation physique, pratiques et cultures sportives (EPPCS), introduite cette année dans trois lycées maximum par académie et suivie par 0,8% des élèves de première.

Quelles sont les spécialités les plus et les moins suivies en première générale ?

Loading...

Loading…

Quelles sont les spécialités les plus et les moins suivies en terminale générale ?

Loading...

Loading…

Lire aussi

En terminale, les parcours des élèves semblent encore plus formatés : près de 80% gardent deux spécialités de la même famille. Et ce sont encore les sciences qui dominent : 4 élèves de terminale sur 10 suivent une combinaison maths-physique-chimie, maths-SVT, physique-chimie-SVT, maths-NSI ou maths-SI.

Les spécialités les plus suivies sont aussi les plus conservées

La spécialité maths, déterminante pour l’orientation dans de nombreuses filières, reste la plus suivie en terminale… mais c’est aussi l’une de celles que les lycéens abandonnent le plus ! Sur ce terrain, elle fait office d’exception. Car globalement, les spécialités les plus suivies en première sont celles que les lycéens conservent le plus en terminale.

Contrairement aux maths, même si peu d’élèves choisissent les spécialités artistiques en première, ils sont en proportion très nombreux à les conserver en terminale.

Les spécialités les plus abandonnées en fin de première

Loading...

Loading…

Lire aussi

Les filles sous-représentées dans certaines spécialités

Au-delà de ces choix généraux, ces chiffres démontrent que la grande majorité des spécialités ne connaissent pas la parité, signe d'une autocensure forte de la part des filles. C’est particulièrement flagrant en terminale où les filles sont beaucoup plus nombreuses dans les spécialités littéraires… et en minorité en sciences. Parfois ce déséquilibre est encore plus prononcé. Ainsi, plus de 8 élèves de HLP sur 10 sont des filles, contre seulement 1 sur 10 en NSI ou en SI.

Loading...

Loading…

Articles les plus lus

A la Une spécialités

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !