Décryptage

Quelles spécialités sont les plus choisies par les lycéens en 2022 ?

Les six enseignements de spécialité les plus choisis en 2022 sont mathématiques, SES, physique-chimie, HGGSP, SVT et LLCER.
Les six enseignements de spécialité les plus choisis en 2022 sont mathématiques, SES, physique-chimie, HGGSP, SVT et LLCER. © Adobe Stock/Rudzhan
Par Nina Waechter, publié le 28 mars 2023
6 min

En 2022, les choix des spécialités des élèves de lycée général ont été relativement stables par rapport à l'année précédente, selon les chiffres du ministère de l'Éducation nationale. Les mathématiques sont toujours le premier choix des élèves, malgré des disparités importantes en fonction du genre.

En 2022, les choix des élèves de lycée général en matière de spécialités ont été très proches de ceux de 2021,selon la DEPP

(Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance), le service des statistiques du ministère de l'Éducation nationale. Les spécialités les plus choisies restent globalement les mêmes, que ce soit en terminale et en première.

Ainsi, en terminale, les six enseignements de spécialité les plus choisis en 2022 sont, dans l'ordre : mathématiques, SES, physique-chimie, HGGSP (histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques), SVT et LLCER (langues, littératures et cultures étrangères et régionales), comme en 2021. Les doublettes de spécialités les plus choisies restent mathématiques et physique-chimie, HGGSP et SES, et physique-chimie et SVT.
En première, les six spécialités les plus choisies sont presque identiques : on retrouve les mathématiques, SES, physique-chimie, SVT, HGGSP et LLCER, en 2021 comme en 2022. Pour ce qui est des triplettes de spécialités, pas de changement non plus d'une année à l'autre : mathématiques, physique-chimie et SVT sont en première position, devant le trio HGGSP, LLCER et SES, et en troisième position, mathématiques, HGGSP et SES.

Les spécialités les plus choisies en première et en terminale

Le nombre d'élèves en mathématiques en légère augmentation

Parmi les rares évolutions, on peut noter une légère augmentation du nombre d'élèves en spécialité maths en première, mais surtout en terminale : elle a été choisie par 39,6% des élèves en 2022, contre 37,5% l'année précédente.
Par conséquent, cette dernière est moins abandonnée que l'année dernière en fin de première : 38,4% des élèves l'ont abandonnée en terminale en 2022, contre 41,7% en 2021. Les spécialités les plus conservées par les élèves entre la première et la terminale restent les matières artistiques, alors qu'à l'inverse la NSI (numérique et sciences informatiques) et les SI (sciences de l'ingénieur) sont abandonnés par plus de la moitié des lycéens.
Les mathématiques sont donc de plus en plus prisées par les élèves. La majorité des élèves de première et de terminale suit des cours de maths. Cette année, cela représente 56% des élèves de terminale générale, dont 16% en enseignement optionnel maths complémentaires, et 72% des élèves de première, dont 7% dans l'enseignement optionnel mathématiques spécifiques.

Part des élèves étudiant les mathématiques en 2022

Mais l'augmentation du nombre d'élèves ayant choisi la spécialité maths en terminale est encore plus importante chez les filles que chez les garçons : la proportion de filles faisant des maths est passée de 39,8% en 2021 à 40,6% en 2022.

Des choix de spécialité très genrés

Pourtant, elles demeurent sous-représentées dans la matière. L'écart entre filles et garçons est encore plus grand dans d'autres spécialités, comme en NSI ou en SI, où les filles représentent respectivement 14,6% et 13,6% des élèves en terminale en 2022.
Filles et garçons choisissent en effet des spécialités différentes, en première comme en terminale : si les filles sont sous-représentées dans les matières scientifiques, les garçons sont, à l'inverse, minoritaires dans les disciplines artistiques, les langues ou les sciences humaines. En HLP, par exemple, ils ne représentent que 19,4% des élèves en 2022.
La répartition des choix de spécialités entre filles et garçons a très peu évolué entre 2021 et 2022. Les écarts ne semblent pas se réduire : en terminale, les filles sont même moins nombreuses cette année en SVT ou en physique-chimie.

Proportion de filles par spécialité en terminale

Tout comme le genre, l'origine sociale des élèves est corrélée à leurs choix de spécialité. Les élèves d'origine sociale très favorisée sont surreprésentés en mathématiques ou en physique-chimie, tandis que les élèves d'origine sociale défavorisée sont surreprésentés en sport et dans les langues vivantes. Mais cette répartition n'a, elle non plus, pas véritablement évolué depuis l'année dernière.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !