1. Métiers
  2. Les métiers de la santé
  3. L'emploi dans le secteur de la santé
Enquête

L'emploi dans le secteur de la santé

Envoyer cet article à un ami

Pas de doute, le secteur de la santé comme celui du social regorgent d’emplois. Autant dire qu’une fois votre diplôme en poche, vous aurez toutes les chances de trouver un poste dans les plus brefs délais. Ne vous précipitez pas pour autant sur la première offre venue !Entre les départs à la retraite, l'augmentation de la demande de soins et l'insuffisance du nombre de jeunes diplômés, nul doute que les futurs médecins, sages-femmes, infirmiers… sont très attendus, à l'hôpital comme en libéral. Même scénario du côté des métiers du secteur social portés par une demande croissante.

Une pénurie de médecins annoncée

 

Chirurgiens, médecins généralistes, pédiatres, sages-femmes, pharmaciens... longue est la liste des professionnels qui feront bientôt défaut dans le secteur médical français, quand ce n'est pas déjà le cas !
Crise des vocations ? Appréhension des étudiants face à la durée des études qui s'échelonne, selon les professions, de cinq à onze ans après le bac ? Rien de tout ça apparemment, car les candidats à la médecine ne manquent pas. Est en cause en revanche, le numerus clausus appliqué à l'entrée en deuxième année de médecine ces dernières années, qui se révèle aujourd'hui clairement insuffisant pour compenser le départ à la retraite de la génération du baby-boom.

Les pouvoirs publics ont réagi en augmentant récemment les quotas d'élèves admis. Mais il faudra attendre une dizaine d'années - le temps nécessaire à leur formation - pour bénéficier de l'amélioration escomptée. C'est une mauvaise nouvelle pour les hôpitaux, les cliniques, les cabinets et autres centres de santé qui souffrent déjà de la pénurie sur certains postes. Les futurs professionnels de santé, en revanche, devraient avoir l'embarras du choix à l'issue de leurs longues études.

Recherche infirmières désespérément

 

Même perspective d’emploi dans le secteur paramédical qui fait face à des départs à la retraite massifs. Certains métiers affichent d’ailleurs d’ores et déjà des difficultés de recrutement, à l'image des infirmières, des aides-soignants, ou encore des manipulateurs en électroradiologie. Dans la seule fonction publique, les recrutements des personnels du soin devraient ainsi augmenter de 17 % d'ici à 2012. Kinésithérapeutes et infirmières manquent également dans le secteur privé et en libéral, où le vieillissement de la population fait déjà ressentir ses effets.

« Quels que soient les progrès de la médecine et des technologies, la valeur des soins est irremplaçable, insiste Michelle Bressand, infirmière générale à l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris). En la matière, impossible d'avoir recours à un quelconque robot ! »

Social : une demande croissante

 

Même scénario pour les futurs professionnels du secteur social. Chômage, précarité, violence, exclusion... En France, plusieurs millions de personnes en difficulté économique, sociale ou psychologique bénéficient de l'aide des professionnels du social. Une demande en forte augmentation, qui devrait assurer une insertion professionnelle sans nuages aux futurs travailleurs sociaux. Il est certes difficile de s'en réjouir totalement, mais les opportunités d'emploi sont au rendez-vous.

En effet, des métiers de l'assistance et du conseil (AS, c'est-à-dire assistants de service social, et conseillère en économie sociale et familiale) à ceux de l'éducation (éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants, etc.), en passant par l'animation ou l'aide à domicile, les besoins en personnel seront prochainement d'autant plus cruciaux qu'une large part de la profession partira à la retraite dans dix ans à peine.

Premier employeur de la profession - elle mobilise 47 % de l'ensemble des travailleurs sociaux - la fonction publique territoriale table ainsi sur le départ de 37 % des fonctionnaires de la filière d'ici à 2012. Pour les seuls conseils généraux - dont 30 % des agents sont affectés au secteur social - un tiers des recrutements envisagés concerne les travailleurs sociaux, et en particulier les AS.

A savoir : l’aide à domicile, des métiers d'avenir


Les TISF (techniciens d'intervention sociale et familiale), assistantes maternelles, aides à domicile et autres auxiliaires de vie représentent un cinquième des emplois sociaux. Ils connaissent, depuis les années 90, la plus forte croissance du secteur, notamment du fait du vieillissement de la population et de la mise en place de l'APA (allocation personnalisée à l'autonomie).

Pour aller plus loin : Quelles études pour travailler dans le secteur paramédical, avec ou sans le bac ? / Bacs pro du secteur paramédical : toutes les fiches / Formations médicales et paramédicales : testez vos idées reçues / Médecine : les spécialités les plus prisées… et les autres

Sommaire du dossier
Postuler dans le secteur médical, paramédical ou social