1. Ma vie d'étudiante à Berlin : Louisa, en L3 à Toulouse
Portrait

Ma vie d'étudiante à Berlin : Louisa, en L3 à Toulouse

Envoyer cet article à un ami
Louisa devant l’un des vestiges du mur de Berlin, sur la Potsdamer Platz, en centre-ville. // © Didier Bizet/Hans lucas pour l'Etudiant
Louisa devant l’un des vestiges du mur de Berlin, sur la Potsdamer Platz, en centre-ville. // © Didier Bizet/Hans lucas pour l'Etudiant

Louisa, en troisième année de licence LLCE, a décidé de partir outre-Rhin pendant un an. Berlin, capitale historique mondiale, l’a séduite par son architecture hétéroclite, ses vélos et ses quartiers branchés.

Partir un an en échange au pays de Goethe était "une évidence" pour Louisa, 21 ans. Bilingue allemand grâce à sa mère, elle se sent "très proche de ce pays". Cette étudiante en troisième année de licence LLCE (langues, littératures et civilisations étrangères) allemand à l'université Toulouse – Jean-Jaurès admet se comporter "comme une vraie Allemande : je mange souvent salé au petit déjeuner par exemple !"

Une ville culturelle

Son choix s'est porté sur Berlin. "J'aurais pu choisir une autre destination en Allemagne, mais je voulais séjourner dans une grande ville, qui me rappelle un peu Paris, où j'ai longtemps vécu", justifie Louisa. La capitale allemande l'a attirée aussi à cause de "son côté culturel et de son mélange d'architectures. Chaque quartier a son identité visuelle." Elle a déjà découvert une grande partie des attractions touristiques, telle la Tour de la télévision de Berlin, les marchés de Noël ou le ferry. Elle a visité beaucoup de parcs, le zoo et plusieurs musées dont "le Musée égyptien, le Musée juif, le DDR (Deutsche Demokratische Republik) Museum".

Une colocation difficile à trouver

Pour l'installation, trouver un logement n'a pas été évident… "Je ne m'attendais pas à avoir autant de difficultés. Il y a beaucoup de choix sur les sites Internet spécialisés dans la colocation, mais aussi beaucoup de personnes qui cherchent. Et les critères sont parfois précis : sexe, âge, végétarien…", souligne l'étudiante.

Louisa souhaitait au début loger avec des Allemands et avoir un grand salon. "J'aime qu'il y ait une pièce commune dans une colocation, c'est plus convivial. Mais les appartements que l'on trouve à Berlin en ont très rarement." Elle a dû revoir ses exigences à la baisse… "J'avais commencé mes recherches en juin et je n'ai trouvé qu'en septembre. Finalement, je partage un appartement de 60 m2 avec une amie française. Nous payons chacune 380 € par mois", pécise-t-elle. Une aubaine.

L'étudiante loge dans le nord de Berlin, dans le quartier Pankow. "C'est bien situé, à trente minutes en transports en commun pour aller à Alexanderplatz (la place berlinoise la plus célèbre) et à vingt minutes du quartier Prenzlauer Berg, qui est très animé", indique-t-elle.

Pour se rendre à l'université, elle peut cependant mettre entre une heure et une heure et demie, car le tram ne passe que toutes les vingt minutes.
"Berlin est une grande ville, qui n'est pas faisable à pied. En revanche, beaucoup d'Allemands circulent à vélo. Je m'en suis d'ailleurs acheté un, bon marché, à la rentrée", se félicite-t-elle.

Des coûts supplémentaires à prévoir

Financièrement, Louisa réussit à joindre les deux bouts grâce à ses parents qui l'aident, ainsi qu'à la bourse d'échange Erasmus qu'elle perçoit. Elle dépense une trentaine d'euros par semaine pour son alimentation et déjeune souvent à la cantine de l'université pour limiter ses dépenses.

"Les loisirs sont chers, une place de cinéma coûte 10 € et il faut retenir sa place à l'avance, ce qui peut augmenter le tarif si on souhaite être au fond de la salle", note-t-elle. Louisa prévoit ainsi un budget pour ses loisirs d'une centaine d'euros par mois environ.

Côté dépenses, Louisa, qui suit ses cours à l'Université libre de Berlin, a été surprise. "Les professeurs nous donnent une liste de textes à imprimer pour préparer les cours à l'avance", relève-t-elle. Autres différences : "Le contenu des devoirs est plus important que la longueur, et les professeurs sont plus ouverts qu'en France : nous pouvons les tutoyer."

Louisa regrette "d'être entourée surtout d'étudiants français. Nous avons peu de cours avec les Allemands et cela prend du temps de nouer de véritables liens, d'où l'importance, pour moi, de rester une année entière." Bien décidée à s'intégrer outre-Rhin, elle envisage de poursuivre ses études ici, avec une formation dans l'événementiel.

AVANT DE PARTIR…

Prendre rendez-vous à la mairie. Pour séjourner en Allemagne, vous avez juste besoin de votre carte d'identité française ou de votre passeport. Une fois sur place, vous devrez aller vous inscrire à la mairie de Berlin. Pensez à prendre votre rendez-vous deux ou trois mois à l'avance, car cela prend parfois du temps. Autre demande à faire avant le départ : la carte européenne d'assurance maladie.

Les tests de langue. Si vous souhaitez vous perfectionner en allemand, les universités d'outre-Rhin proposent des cours d'été. Comptez entre 500 et 900 € pour trois à quatre semaines de cours, hébergement compris. Vous pouvez mesurer votre niveau grâce au TestDaF (Test Deutsch als Fremdsprache), le test d'évaluation exigé pour vous inscrire dans une université allemande.

Trajet
Pour un aller-retour Paris-Berlin, comptez entre 80 et 150 € en Thalys ou en avion.

SUR PLACE…

Se loger
- La colocation ("Wohngemeinschaft", dite "WG"), est très répandue chez les étudiants. Deux sites Internet proposent ce type de logement : wg-gesucht.de et studenten-wg.de
- Consulter les petites annonces dans les services d'accueil des étudiants étrangers, du Comité général des étudiants (AStA), de la représentation des étudiants de votre discipline (Fachschaft), du restaurant universitaire (Mensa).
- D'après une enquête des Œuvres universitaires allemandes (Deutsches Studentenwerk), un étudiant dépense en moyenne 298 € par mois pour se loger. Les places en résidences universitaires sont moins chères (180-210 €), mais les listes d'attente sont longues.

Se déplacer
Vous pouvez vous déplacer en bus, en tram ou en métro. Lors de votre inscription à l'université, vous payez pour un semestre 250 € de frais supplémentaires qui correspondent à plusieurs services fournis, notamment un abonnement semestriel aux transports.
- Un ticket à l'unité coûte 2,70 €.

Bons plans
- Plusieurs groupes Facebook réunissent des étudiants qui partagent des astuces et postent des annonces sur "Les Français de Berlin".
- L'Office allemand d'échanges universitaires vous renseigne sur le coût de la vie et des études, et sur la reconnaissance des diplômes étrangers.