BTP (Bâtiment travaux publics)

Dans le secteur du BTP, de nouveaux besoins émergent, souvent liés à des préoccupations environnementales, un vaste choix de formations prépare à des métiers anciens ou nouveaux.

Description

BTP (bâtiment travaux publics)

Malgré la crise qu’a connue le secteur, le BTP reste l’un des premiers employeurs de France avec plus d’un million de salariés et 218 000 recrutements en 2015, selon l’Observatoire des métiers du BTP. Les nouveaux besoins en matière de rénovation de bâtiment et d’écoconstruction demandent de nouvelles compétences et l’offre de formation s’est développée, allant du bac + 2 au diplôme d’ingénieur.

Les formations courtes : BTS et DUT

Une quinzaine de BTS prépare en deux ans à des postes à responsabilité dans le BTP. La formation comprend un stage professionnel et une trentaine d’heures de cours hebdomadaire, en général : un tiers de matières générales (français, mathématiques, langue vivante), un tiers de matières professionnelles et un tiers consacré au projet de réalisation de deuxième année.

Certains BTS préparent à des professions qui touchent à plusieurs corps de métiers : BTS bâtiment, BTS études et économie de la construction ou BTS travaux publics qui mènent à des postes de chef de chantier ou de conducteur de travaux. Tandis que des BTS plus pointus offrent des débouchés plus spécialisés comme le BTS aménagement finition  pour devenir plâtrier, peintre en bâtiment, carreleur ou le BTS fluides énergies domotique option domotique et bâtiments communicants (DBC)  pour être… domoticien !

Si vous préférez une formation plus théorique, le DUT est fait pour vous, mais la sélection à l’entrée y est plus difficile : les bacheliers professionnels y sont rares, la majorité des effectifs provenant de bac S ou STI2D. Le DUT génie civil, construction durable permet d’appréhender les fondamentaux du BTP et d’acquérir des compétences opérationnelles allant de la conception des ouvrages à leur réalisation sur un chantier. Un autre DUT permet d’exercer dans le secteur du bâtiment : le DUT génie thermique et énergie qui permet d’intervenir dans le secteur des installations énergétiques et climatiques.

Que vous choisissiez un BTS ou DUT, vous aurez l’option de vous former en alternance.

Enfin, l’ESTP (Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie), propose une formation en deux ans de conducteur de travaux accessible en alternance

A l’université : licences et masters

Ces dernières années, les licences professionnelles dans le secteur du BTP se sont multipliées, il en existe aujourd’hui plus d’une centaine quasiment toutes proposées en alternance, qui complètent les formations courtes et sont bien appréciées de la profession. Leurs domaines sont variés de la licence professionnelle métiers du BTP : génie civil et construction à la licence professionnelle domotique, en passant par les licences professionnelles métiers du BTP : performance énergétique et environnementale des bâtiments ou encore agencement.

Il existe moins une vingtaine de licences générales à l’université : les licences génie civil ou sciences pour l’ingénieur parcours génie civil. Il est ensuite possible de poursuivre en master ou d’intégrer une école d’ingénieurs, afin de s’orienter vers des fonctions d’études techniques ou de conduite de travaux.

Les écoles d’ingénieurs

La sélectivité est forte à l’entrée en école d’ingénieurs, l’admission  s’effectuant le plus souvent sur concours que ce soit après le bac ou une classe préparatoire, mais c’est la voie idéale pour accéder aux fonctions d’encadrement dans le BTP.

Outre les écoles spécialisées : l’ESTP, les ESITC (Ecole supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction), l’ENTPE (Ecole nationale des travaux publics de l'Etat), l’École des Ponts ParisTech et l’ESGT (Ecole supérieure des géomètres et topographes) qui forme des géomètres experts, il existe une quarantaine de diplômes d’écoles d’ingénieurs reconnues par la CTI (Commission des titres d’ingénieur) qui proposent une spécialisation en dernière année dans le domaine du BTP ou du génie civil.

Pour parachever leur formation, les ingénieurs peuvent intégrer un Mastère Spécialisé reconnu par la Conférence des grandes écoles, comme le MS bâtiment à énergie positive de l’école des Mines d’Albi ou encore le MS ouvrages maritimes et portuaires de l’ESITC de Caen.

Autres témoignages