Du BTS à l'école d'ingénieurs : deux étudiants racontent leur parcours

Par Clément Rocher, publié le 25 Août 2021
5 min

À la rentrée 2020, 19% des nouveaux entrants en première année de cycle ingénieur avaient validé un BTS ou un DUT. Philippe et Alexandre font partie des diplômés de BTS à avoir poursuivi en école d’ingénieurs pour décrocher un bac+5. Passés par la voie des admissions parallèles dédiées aux bac+2, ils reviennent sur leur parcours.

Philippe est actuellement en deuxième année de cycle ingénieur prévention des risques, environnement sur le campus d’Aix-en-Provence (13) de l’ESAIP. Le bac en poche, un peu indécis sur son avenir, le jeune homme s’est tourné dans un premier temps vers une fac d’histoire.

"Mais je me suis rendu compte que ce n’était pas le domaine dans lequel je voulais travailler. Puis je me suis intéressé au métier de technicien de maintenance éolienne, qui collait à mes valeurs." Ainsi, Philippe a intégré un BTS maintenance des systèmes au lycée St Eloi d’Aix-en-Provence.

Alexandre, lui, effectue sa troisième année du cursus ingénieur en génie énergétique de la construction durable sur le campus de Cachan (94) de l’ESTP. Après le lycée, il a validé un BTS fluides énergies domotique (FED) au lycée Raspail, à Paris (75). "J’ai développé une appétence pour le bâtiment et les enjeux énergétiques et du développement durable", confie-t-il.

Le jeune homme a choisi de réaliser son BTS en alternance "pour associer la théorie à la pratique en entreprise." Il a travaillé dans une société de chauffage et de climatisation en tant qu’assistant chargé d’affaires et conducteur de travaux.

Lire aussi

Philippe : "J’avais besoin d'agir sur mon environnement"

"J’ai effectué mes deux années de BTS avec succès. J’avais besoin de manipuler et de pouvoir agir sur mon environnement. Je voulais comprendre comment le monde autour de moi fonctionnait. Tout au long de ma formation, j’ai gardé cette envie de travailler dans l'énergie, de comprendre ce qui se passe au niveau de l’entreprise et comment tout se décide", explique Philippe.

Le lycée bénéficie d’un partenariat avec l’ESAIP dans le cadre du dispositif "BTS prépa" qui permet aux étudiants de BTS de préparer leur entrée en école d’ingénieurs. "Des intervenants venaient au lycée pour présenter les cours et nous avions des petits ateliers pour apprendre des notions de mathématiques ou de physique de niveau ingénieur."

Philippe reconnaît que la transition en école d’ingénieurs s’est faite en douceur mais il n’a pas relâché pour autant ses efforts. "J’ai continué à maintenir cette rigueur de travail à l’ESAIP pour ne pas perdre la cadence. En ce moment, j’ai l’occasion d’être en stage, cela me permet de développer les connaissance acquises à l’école. J’arrive à voir ce que je peux faire véritablement sur le terrain", poursuit l'étudiant.

Il ne faut pas avoir d'appréhension à l'entrée en école d'ingénieurs. Se retrouver avec des étudiants aux parcours différents constitue un véritable atout, selon Philippe. "Il faut rester humble quand on sort de n'importe quelle filière. On ne sait pas forcément tout et on se rend compte que d'autres personnes peuvent nous éclairer. Cela se vérifie dans le monde de tous les jours."

Lire aussi

Alexandre : "Je voulais apprendre des notions qui ne sont pas vues en BTS"

"Le BTS est une formation très technique. C’est un parcours très pratique qui permet d’être rapidement embauché. Mais je voulais apprendre des notions de gestion de projet, de management de la qualité, qui interviennent dans les projets de construction et qui ne sont pas vues en BTS", explique quant à lui Alexandre.

Le jeune homme a bénéficié d’un an de remise à niveau en intégrant une prépa ATS (adaptation technicien supérieur) au lycée Diderot, à Paris, avant de rejoindre l’ESTP. "J’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté. Après une classe prépa ou un DUT, les étudiants sont parfois plus à l’aise dans les matières théoriques."

"Cette prépa permet de remonter son niveau en mathématiques, physique et sciences de l’ingénieur. C’est un programme très lourd et le rythme est très intense. Il faut s'accrocher, la formation permet d’intégrer de très bonnes écoles d’ingénieurs", continue-t-il.

Alexandre a choisi de poursuivre ses études en alternance chez Eiffage Énergie Systèmes. "Il y a beaucoup d’avantages en termes d’expérience professionnelle. On devient plus autonome et on commence à avoir des responsabilités. Ma formation a répondu à mes attentes et j'ai une meilleure vision de l’ensemble des métiers possibles dans la construction."

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une BTS/DUT

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !