Les rentrées décalées en BTS, comment ça marche ?

Par Hélène B.R., publié le 11 Decembre 2020
6 min

Se réorienter en cours d’année pour intégrer un BTS, c’est possible ! Une fois que vous aurez identifié le bon établissement, vous devrez montrer une grande motivation et vous accrocher pour rattraper les cours du début de l’année en accéléré. On vous explique comment ça se passe.

Dès le premier trimestre à l'université ou en école, un certain nombre d’étudiants réalisent qu’ils ne sont pas à l’aise et qu’ils ont du mal à suivre les cours. Pour éviter de perdre une année, ils sont de plus en plus nombreux à candidater à l’automne pour intégrer un BTS au moment des rentrées décalées.

Lire aussi

Une seconde chance en cas d’erreur d’orientation

Clémence Zacharie est la cheffe d’établissement de l’Institut des Études Commerciales (IEC) de Créteil (94), où il est possible de commencer un BTS management commercial opérationnel (MCO) en février. Elle constate qu’un bon nombre de demandes d’inscription à la rentrée décalée émanent de jeunes gens ayant fait des faux départs. "Il s’agit d’étudiants ayant débuté une formation universitaire au mois de septembre, souvent en droit, en économie ou en langue, et qui se sont rapidement rendu compte que le fonctionnement de la faculté n’était pas adapté à leur personnalité. Les galops d’essai de l’automne sont alors des évènements déclencheurs. Les étudiants en échec prennent conscience que la fac, ce n’est pas pour eux. En général, au mois de décembre, il y a un boom des demandes d’inscription pour la rentrée de février."

Elle mentionne également les cas d’étudiant recalés par Parcoursup. Jonathan Quinsac, le directeur pédagogique de l’École de préparation au BTS (EPB) à Gentilly (94), reçoit également des demandes correspondant à ces profils pour les rentrées décalées en BTS MCO et gestion des PME (GPME). Ainsi que d’autres types de candidatures : "Il y a ceux qui ont voulu démarrer un BTS en septembre mais qui n’ont pas pu car ils n’ont pas trouvé d’entreprise pour les accueillir en alternance. Et puis il y a quelques personnes en reconversion, qui ont en général plus de 25 ans."

Lire aussi

Des promotions d’une quinzaine d’élèves

Ces rentrées en cours d’année ont lieu entre janvier et mars et concernent différentes spécialités. Elles sont très rares dans les lycées publics. "Les rentrés décalées sont le plus souvent possibles dans les établissements privés, pour des raisons de souplesse dans l’organisation et de disponibilité des professeurs", explique Clémence Zacharie. Autre caractéristique : elles ne sont ouvertes qu’à un nombre réduit d’élèves (entre quinze et vingt par promotion, soit plus de dix fois moins qu’en septembre).

En première année, les élèves ayant pris le train en marche suivent des cours à part. Clémence Zacharie précise qu’à l’IEC, les recrues de février "commencent par un mois de cours intensifs pour rattraper le niveau dans les matières professionnelles, et ne terminent pas en juin comme les autres, mais en juillet. Dès le mois de mars, elles pourront être en alternance en entreprise."

En fonction des établissements, en deuxième année, tous les élèves sont regroupés ou ont des cours en commun. La plupart des lycées et des CFA bouclent les inscriptions pour la rentrée de février avant la fin du mois de décembre. Clémence Zacharie est moins à cheval sur les délais : "Nous acceptons les dossiers d’inscription jusqu’à la veille de la rentrée si le nombre d’élèves sélectionnés le permet."

Lire aussi

Des candidats triés sur le volet

Les étudiants intéressés par les rentrées décalées doivent se renseigner sur les formations dans les établissements qui les proposent et se poser les bonnes questions pour éviter une deuxième erreur d’orientation. Ensuite, il faut contacter chaque BTS pour connaître les modalités d’inscription, les pièces à fournir et les délais pour déposer sa candidature. En général, la présélection sur dossier est suivie d’un entretien de motivation.

Le recrutement est plus sévère que pour la rentrée de septembre. Jonathan Quinsac prévient : "Nous revoyons nos exigences à la hausse car ces élèves disposeront d’un temps d’enseignement plus court mais plus dense, et devront faire preuve de plus d’autonomie. Pour février, nous sélectionnons des élèves plus matures et plus expérimentés." Même son de cloche chez Clémence Zacharie : "Pour les élèves qui souhaitent intégrer le BTS en décalé, l’entretien de motivation est plus exigeant car ils devront suivre un rythme plus soutenu que ceux entrés dès septembre."

Au cours de l’entretien, en plus des questions traditionnelles, les candidats sont interrogés sur les raisons qui les poussent à changer d’orientation, ce qui n’a pas marché dans le cursus qu’ils avaient initialement choisi, ce qu’ils attendent du BTS en question. Résultat ? "Nous constatons souvent un meilleur taux de réussite chez les élèves arrivés en février par rapport à ceux rentrés en septembre. Cela s’explique probablement par leur plus grande maturité, précise Jonathan Quinsac." Voilà un bon argument pour ceux qui hésitent !

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une BTS/DUT

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road