Dans la peau d'un étudiant en BTS

Par Amélie Petitdemange, publié le 20 Juillet 2020
4 min

À quoi ressemble le quotidien d'un étudiant en BTS ? Quentin, Emy et Elodie racontent leur expérience.

La formation en BTS (bac+2) se déroule généralement dans un lycée, et ce n'est pas une coïncidence. Vous serez très encadrés par les professeurs, la transition avec la terminale se fera donc en douceur.

Lire aussi

Des études supérieures dans le cadre du lycée

"J'ai choisi le BTS car je ne me voyais pas me lancer à la fac, j'avais besoin d'encadrement pour réussir. On est énormément suivis pas les profs, ils vérifient les devoirs… C'est un élément à prendre en compte, c'est quasiment comme si vous étiez au lycée", témoigne Elodie, en BTS commerce International au lycée La Cadenelle de Marseille (13). Avec elle, 28 étudiants sont en deuxième année, bien loin des grandes promotions de l'université.

Quentin, étudiant en BTS MUC (management des unités commerciales) à Merkure business school (Aix-en-Provence), a aussi choisi cette formation pour sa "taille humaine" et un niveau qu'il considère comme "plus soutenu qu'au lycée, mais un peu moins qu'à la fac".

Lire aussi

Beaucoup d'heures en cours et peu de travail personnel

La particularité du BTS, c'est aussi que la charge de travail se concentre pendant les cours plutôt que seul à la maison. "Il faut bien écouter les cours magistraux. Il y a aussi beaucoup de pratique, avec des simulations de vente par exemple, et des travaux en groupe. Une fois à la maison, il faut juste revoir le cours et, parfois, faire quelques exercices", témoigne Emy, en BTS NDRC (négociation et digitalisation de la relation client) au lycée La Cadenelle. La jeune femme suit des cours de négociation et vente, de digitalisation, ou encore d'animation des réseaux de distribution.

En BTS commerce international, Elodie a par exemple cours du lundi au vendredi, de 8h à 16 ou 17h. "J'ai des cours d'économie, d'anglais, de la veille des marchés étrangers, de la prospection… Les cours peuvent être magistraux, comme en éco, mais ils sont majoritairement tournés vers la pratique. On réalise par exemple des études de marché pour de vrais entreprises", raconte-t-elle.

En 2e année, le rythme s'accélère un peu, avec beaucoup de vocabulaire pour la négociation en langue étrangère par exemple, ainsi qu'un stage d'un mois. "Si vous suivez bien les cours et que vous êtes motivé, ça fonctionne", assure Elodie.

Lire aussi

Un rythme soutenu en alternance

Emy est quant à elle en alternance, le rythme est donc plus soutenu qu'en formation initiale. Elle passe chaque semaine deux jours en cours, de 8h30 à 18h, et quatre jours en entreprise, samedi compris. Les périodes de stages et de vacances scolaires, sauf Noël, se passent aussi en entreprise.

"Au début c'est dur, mais ensuite on prend le rythme et ses marques dans l'entreprise", rassure la jeune femme, qui effectue son contrat dans le groupe de matériaux de construction SIMC. "Il faut s'accrocher, mais ça en vaut vraiment la peine, ça me plaît d'avoir un contact humain et de mettre les cours en pratique."

Lire aussi

De nombreuses poursuites d'étude

Si le BTS est une formation professionnalisante qui promet une bonne insertion, les étudiants sont nombreux à poursuivre leurs études.

Elodie intégrera une prépa ATS pour ensuite postuler en école de commerce. Emy vise quant à elle une licence professionnelle en marketing digital et Quentin poursuit avec un bachelor commercial et marketing digital à la rentrée 2020.

Lire aussi

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !